Articles

Gérer les imprévus dans sa salle de classe : conseils pratiques

La confiance dans ses capactés à faire face à l'imprévu

Par Philippe Menkoué , le 03 février 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 17 mai 2016

Des parents d’élèves qui déboulent dans votre classe ; des élèves démotivés dont la participation est pourtant essentielle à la qualité du cours, une bagarre qui éclate dès que vous tournez le dos ; des élèves qui vous accusent d’être raciste, et j’en passe, le métier d’enseignant est fait de situations dont l’imprévisibilité a parfois de quoi vous mettre les nerfs à vif.

Et face à ces imprévus, respirer juste un grand coup ne suffit presque jamais. Et de votre attitude dépend parfois l’avenir de vos élèves ou de votre carrière. Alors, que faire face à un imprévu ?

D’abord, qu’est ce qu’un imprévu ?

Alain Jean, enseignant-chercheur à l’IUFM de l’Université Montpellier II, définit un imprévu tout simplement comme étant : « toute action, réaction d’élèves, de l’enseignant, d’un élément du monde intérieur ou extérieur à la classe, qui sort de la planification de l’enseignant ». Pas forcément quelque chose de « dramatique ou tragique » donc. Peut-être juste quelque chose d’insolite, voire de drôle, pourquoi pas. 

Nicole Bénaïoum-Ramirez, citant le Grand Robert (1985) et Quillet (1986), le définit quant à elle, comme « ce qui arrive sans avoir été prévu, sans qu’on l’ait pu conjecturer, dans un contexte d’incertitude pour le sujet ».

Ainsi, si à la base, un imprévu n’est pas systématiquement quelque chose de dramatique, très souvent, les situations évoluent vite dans ce sens et il importe de savoir s’y prendre pour éviter d’en arriver là.

Bien gérer un imprévu ne s’improvise pas

Certes, toutes les situations (même de crise) ne se valent pas, mais à défaut de pouvoir véritablement les anticiper, il faudrait tout de même s’y préparer. Cela passe par une série d’attitudes à adopter, avant et pendant une situation de crise.

  • S’entrainer à des situations imprévues.

    Une étude (de 2008) de l’Université de Sherbrooke, montrait que l’entraînement des enseignants à l’improvisation active dans la gestion des imprévus dans les classes du secondaire, pouvait finir par les amener à développer une certaine vigilance et une certaine rapidité d’exécution devant une situation non planifiée, lorsqu’ils s’y retrouvaient finalement confrontés.

    Ainsi, les jeux de rôles et les simulations exécutées au préalable peuvent vous être d’une certaine utilité, s’ils sont assez réalistes.
      
  • Apprendre à bien gérer son stress.  

    Car, de notre capacité à gérer notre stress dépend le dénouement de la situation. Ceci d’autant plus que l’enseignement est un métier particulièrement sujet au stress. Alors, à défaut de pouvoir changer la situation, il faudrait pouvoir agir de manière efficace sur les éléments qui la compose.
     
  • Être confiant et sûrs de vous.

    Cela passe par une bonne maitrise de soi et une bonne maitrise de votre sujet. Car, une réponse vague à une question par exemple, peut éveiller chez vos élèves, des doutes sur vos compétences et votre niveau réel. Tout comme une hésitation ou un manque d’assurance de votre part, peut susciter des débats à l’issue desquels vous courrez le risque de ne pas avoir le dernier mot, de voir votre autorité ainsi sapée et plusieurs années d’études et/ou d’expérience réduites à néant.
     
  • Éviter de toujours préparer des scénarios.

    Comme l’affirme Jacques Nimier : « C'est ce qu'on fait mentalement parfois avant de recevoir un parent d’élève, par exemple : "Il m'a demandé un rendez-vous pour me parler de cela sans doute, dans ce cas je lui parlerai de cette affaire, oui mais il me répondra que... alors je pourrais lui rétorquer que ... " et ainsi de suite ! On cherche à tout prévoir mais en même temps on tue la rencontre qui nécessite pour être vivante, justement de l’imprévu ! De même si on cherche à tout prévoir face à une classe violente, c'est probablement autre chose qui arrivera ».
     
  • Rester réaliste.

    Garder en tête que la réalité sera toujours différente de ce qu’on avait prévu. Vous finirez ainsi, par avoir « la certitude, par l'expérience acquise, qu'on est capable de s'adapter à ces situations imprévues sans dommages trop grands et en faisant parfois le deuil de certaines illusions de perfection ». N’en faites donc pas systématiquement des montagnes.
     
  • N’ayez pas peur et affronter la réalité.

    C’est du moins ce que vous recommande Dana Truby qui, dans A Teacher’s guide to sticky situations, illustre des situations imprévus et parfois insolites auxquelles nombre d’enseignants sont régulièrement confrontés et propose une attitude à adopter face à chacune d’elle.
     

Des conseils et bien d’autres qu’il faut parfois relativiser, car il n’existe aucune solution miracle et tout dépend des contextes, évidemment. Pour paraphraser Vergnaud : « vous ne disposerez pas toujours de toutes les compétences nécessaires, ce qui vous obligera parfois à un temps de réflexion et d’exploration, à des hésitations et même à des tentatives avortées ».

Nicole Benaïoum-Ramirez ajoute d’ailleurs qu’il pourrait chez les enseignants « des divergences de conception et donc de gestion des imprévus ».

Et si ces imprévus avaient des vertus sur le plan pédagogique ?

L’imprévu comme catalyseur de l’action

C’est du moins ce qu’affirme le psychologue Philippe Perrenoud (1999) car, pense-t-il, « capable d’anticipation, l’être humain peut espérer qu’elle lui permettra de se prémunir contre la plupart des imprévus ». Ceci d’autant plus que, « dans les métiers de l’humain, on peut douter de la possibilité de réduire l’imprévu par une planification " totale ". Ne vaudrait-il pas mieux, contre cette tentation aussi obsessionnelle que vaine, préférer former à traiter l’imprévu, voire l’inconnu ? » Comme il le rappelle.

Abondant dans le même sens, Nicole Bénaïoum-Ramirez, va jusqu’à estimer que, la manière dont vous gérez tous ces imprévus, participe à la « construction de la professionnalité enseignante. () Des praticiens différents, dans une même situation, n’improvisent pas de la même façon : l’imprévu agit comme un révélateur de l’habitus, selon le point de vue sociologique —et comme un révélateur des représentations, selon le point de vue psychosocial : représentations différentes en fonction de l’histoire personnelle ou professionnelle et des groupes d’appartenance professionnels et psychosociaux.

Mais un même praticien n’improvisera pas non plus de la même façon dans des situations semblables à des moments différents : à la variabilité interindividuelle s’ajoute une variabilité intra-individuelle (M. BRU, 1994). »

C’est peut-être d’ailleurs l’un des objectifs de la « formation psychologique des enseignants » comme le pense Jacques Nimier.

Prévenir valant toujours mieux que guérir (comme dit l’adage), l’association des enseignants franco-ontariens suggère aux enseignants novices, quelques idées de choses très simples à faire avant le début des classes. Après tout, il suffit parfois d’un rien pour tout changer non ?

 

Références :

- Jean, A. Face à l’imprévu : formation, improvisation ou bricolage ? Cahiers pédagogiques N°477. Lien : http://www.cahiers-pedagogiques.com/Face-a-l-imprevu-formation-improvisation-ou-bricolage

- Bénaïoum-Ramirez, N. Imprévus et construction de la professionnalité enseignante. Université de Toulouse 2 (Archives ouvertes). Lien : https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00825035/document

- Pelletier, JP., Jutras, F. Les composantes de l’entraînement à l’improvisation actives dans la gestion des imprévus en salle de classe du niveau secondaire. Université de Sherbrooke. Lien (pdf) : http://mje.mcgill.ca/article/download/763/2244

- Menkoue, P. L’enseignement : une profession à haut risque de stress ? Thot Cursus. 8 mai 2013. Lien : http://cursus.edu/article/19858/enseignement-une-profession-haut-risque-stress/#.VNAil9KG94U

- Nimier, J. 10 conseils pour… Gérer le stress. Café Pédagogique. 4 septembre 2012. Lien : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2012/09/04092012Article634823308957325330.aspx

- Truby, D. A teacher’s guide to sticky situations. Solutions and strategies for teaching’s unexpected challenges. Lien : http://files.eric.ed.gov/fulltext/EJ792294.pdf

- AEFO. Avant le début des classes. Lien : http://aladecouverte.aefo.on.ca/ma_profession/gerer_ma_classe/avant_debut_classes/index_f.php

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné