Articles

Les données scientifiques en voie d'extinction

Une étude fait un portrait alarmant de la recherche scientifique dont les données se perdent annuellement

Par Alexandre Roberge , le 08 février 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 11 mars 2015

La science, c'est bien plus que des savants en sarrau blanc, des éprouvettes et des laboratoires d'une blancheur immaculée. C'est surtout des données. Des tonnes de données qui permettent aux chercheurs de confirmer ou d'infirmer une hypothèse. Des informations qui intéressent non seulement ceux aux commandes d'une étude, mais aussi toute la communauté scientifique. En effet, à partir des données, les confrères peuvent juger de la validité ou non de sa conclusion ou même reprendre l'expérience et comparer les résultats. Et ce, parfois, des décennies après le déroulement de l'expérimentation.

Bref, ces données sont primordiales pour l'avancement de tous les domaines de recherche. Sans celles-ci, il y a un risque de déclin du milieu de la science. Or, mauvaise nouvelle pour les chercheurs, il semble bel et bien qu'elles soient en danger. En effet, si l'avènement des technologies a amené des façons simples de collecter, classer et partager les infos, elles sont peut-être aussi les plus grandes ennemies dans la recherche scientifique.

Des pertes annuelles

À la fin de 2013, le chercheur invité de l'Université de Colombie-Britannique Tim Vines publiait avec des collègues une recherche stupéfiante. Ils ont tenté de vérifier l'accessibilité des données de plus de 500 études ayant de 2 jusqu'au 22 ans d'existence. Ils ont essayé de contacter les responsables et leur demander la banque de données.

Seulement 23 % des données étaient disponibles ou, du moins, trouvables par les scientifiques. En fait, en faisant des analyses, les chercheurs ont réalisé que chaque année, en moyenne 17 % des informations provenant de la recherche se perdaient. De plus, annuellement, 7 % des adresses courriel des maîtres chercheurs deviennent désuètes, ce qui complique en outre l'accès aux infos. Évidemment, il était beaucoup plus difficile d'avoir les résultats des recherches les plus vieilles. On pourrait se dire que les savants ont moins tendance à répondre pour les anciennes expériences que pour les plus récentes. Or, pas du tout selon l'étude. Ils sont aussi réceptifs que les autres.

Mais où sont passés les...

Le gros problème, c'est le stockage des données. Déjà il arrive dans un pourcentage important que les chercheurs ne se rappellent plus où elles se trouvent. Mais c'est surtout les supports d'entreposage qui se mettent à faire défaut. Il faut dire qu'en vingt ans, nous sommes passés des disquettes souples aux disques durs portatifs en passant par la disquette rigide, le CD-ROM, etc. Mais, on l'oublie, ces articles ont une durée de vie. Après des années, ils peuvent ne plus être aussi faciles à lire ou les données peuvent éventuellement s'effacer. Et puis, il y a les formats de documents qui peuvent devenir désuets et être pratiquement impossibles à lire au fil du temps.

Or, ces données et statistiques perdues, comme le soulignent les chercheurs, sont irrécupérables. C'est donc tout un pan de la culture scientifique qui disparaît annuellement à cause d'erreurs humaines ou simplement de la vétusté des appareils de stockage.

Pour eux, il est essentiel que la communauté place ces données sur des serveurs publics afin d'assurer une plus grande pérennité. Mais là, encore, il y a des doutes. Les serveurs peuvent-ils, eux, être pérennes? Faudra-t-il que des institutions publiques comme les bibliothèques servent de refuge numérique pour la recherche? C'est un dossier sur lequel il est urgent de se pencher.

Illustration : Lisa S., shutterstock

Références :

Leporini, Mathieu. "Les Données Scientifiques Se Perdent à Un Rythme Alarmant." Bulletins-electroniques.com. Dernière mise à jour : 20 janvier 2014. http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/74884.htm.

Roberge, Alexandre. "Les Bibliothèques, Sanctuaires De Nos Trésors Numériques." Thot Cursus. Dernière mise à jour : 24 avril 2014. http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/21690/les-bibliotheques-sanctuaires-nos-tresors-numeriques/#.VNKLBizNbzI.

Vines, Timothy H., Arianne Albert, Rose L. Andrew, Florence Débarre, Dan G. Bock, Michelle T. Franklin, Jean-Sébastien Moore, et al. "The Availability of Research Data Declines Rapidly with Article Age." Current Biology. Dernière mise à jour : 6 janvier 2014. http://www.cell.com/current-biology/abstract/S0960-9822%2813%2901400-0#Summary.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné