Articles

Entre intelligence et dérive : le pouvoir des données

À vouloir amasser toutes les statistiques et connecter tous les appareils, serons-nous rejoints par Big Brother?

Par Alexandre Roberge , le 08 février 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 09 février 2015

Devenir intelligente, voilà la quête de nombreuses villes dans le monde. Métropoles et capitales cherchent de plus en plus à accumuler les statistiques de la circulation piétonnière et automobile, sur les incidents concernant les biens publics, etc. Tout se mesure et s'enregistre. Un océan de données pour rendre les agglomérations urbaines plus efficaces et ouvertes.

Tout à l'avantage du citoyen, se dirait-on. Et pourtant, il y a des lacunes dans le système. Déjà, il faut que le tout soit mis à jour. Ce qui n'est pas nécessairement le cas. Depuis 2009, de nombreuses villes américaines ont mis en ligne des tables de statistiques, mais 70 % des initiatives afficheraient des données qui n'ont jamais été mises à jour!

Mais il n'y a pas que ça qui inquiète les observateurs de la scène des villes intelligentes. Il y a aussi une question de morale qui est encore peu traitée dans cette course à l'intelligence des cités.

Big Brother est là

Big Brother, la création de l'auteur George Orwell, est souvent cité comme la forme pernicieuse de dérive dystopique; une instance publique qui observe tous ces citoyens et les surveille en permanence. Pourtant, quand on y pense, la ville intelligente vient, comme le rappellent certains, avec beaucoup de caractéristiques qui se rapprochent assez de cette icône fictive du totalitarisme. Soudainement, les citadins se retrouvent constamment filmés et comptabilisés. La notion du privé se perd alors au profit de l'accumulation de statistiques et de données pour « améliorer la ville ».

Et il n'y a pas que les municipalités qui peuvent abuser. Les objets connectés et la technologie des puces RFID pourraient permettre autant à des entreprises qu'à des parents et des écoles de suivre en temps réel les activités des enfants.

C'est ce type d'évolution des technologies qui fait grincer des dents certains partisans des libertés individuelles. Pour l'instant, nous n'y sommes pas encore. Certains étudient bien la possibilité de développer de telles initiatives pour empêcher les enlèvements, mais pour le moment, nous sommes loin du compte. Pourtant, certains croient déjà dur comme fer que la technologie est déjà utilisée de la sorte en Europe comme le rappelle Hoaxbuster. Une théorie, pour l'instant, farfelue, mais qui sème quand même un doute chez les internautes puisqu'elle se base sur des techniques déjà existantes et utilisées dans le domaine des animaux de compagnie.

Une autre question éthique est celle de l'usage des statistiques dans le contexte urbain. Ces données donnent, certes, un portrait de la ville, mais celui n'est que quantitatif. C'est un constat comptable, mais qui ne prend pas en compte de nombreux critères qui ne peuvent être notés avec des études ou sondages. D'autant plus que, bien souvent, rien ne garantit la neutralité de ces données.

Très facile pour une administration de sélectionner les chiffres qui leur plaisent et ignorer les autres indicateurs pour promouvoir une politique publique. C'est sans compter le prix de telles installations qui peuvent obliger des cités au budget fragile à se tourner vers des partenariats avec des organismes privés pour colliger ces données, sans exiger des normes et éviter que celles-ci soient vendues au plus offrant.

Établir un contrat avec les citoyens

Alors, comment éviter les dérives autocratiques? Il faut que les projets d'intelligence ne soient pas vus comme les seuls indicateurs du bien-être ou non d'une agglomération urbaine. Cela doit être un outil qui doit aussi servir pour le citoyen. Après tout, comme le rappelle ce professeur associé au HEC Montréal, la ville intelligente permet de coconstruire les services avec les citadins. Cela exige donc une flexibilité des administrations municipales que toutes ne seront pas prêtes à laisser. Dans cette ligne de pensée, il faut donc offrir aux personnes des données récentes et claires afin que tous puissent comprendre et analyser les statistiques recueillies.

Pour ce qui est de la surveillance en ville ou à l'école, il y a moyen de faire un pacte social limpide auprès des individus. Ainsi, à Nice, on assure que les données personnelles et nominatives ne sont pas enregistrées et que les informations amassées sont sur des serveurs gérés par la métropole et non par un tiers. Il faudrait aussi, selon certains, donner un peu plus de dents aux organismes de vérification comme, par exemple, le CNIL afin qu'ils inspectent les irrégularités dans cette acquisition de données.

La ville intelligente pourrait permettre, grâce à l'accumulation de statistiques diverses, une administration des cités plus saines, des agglomérations plus vertes et agréables pour le citoyen, etc. Attention toutefois aux dérives et à ne pas laisser de côté les facteurs humains et éthiques qui doivent être centraux dans l'application de ces dispositifs.

Illustration : cherezoff, shutterstock

Références :

Blanc, Sabine. "La Ville Intelligente, Une Big Mother En Puissance ?" La Gazette Des Communes. Dernière mise à jour : 30 avril 2014. http://www.lagazettedescommunes.com/228554/la-ville-intelligente-une-big-mother-en-puissance/.

Butler, Mike. "Future of Surveillance: The Intersection of RFID, IP Cameras." Today's Wireless World. Dernière mise à jour : 10 juillet 2014. http://www.todayswirelessworld.com/2014/07/future-of-warehouse-surveillance-intersection-rfid-ip-cameras/.

Guigue, Simon. "Ce Que La Gestion De L’open-data Dit Des Villes." L'Atelier. Dernière mise à jour : 3 novembre 2014. http://www.atelier.net/trends/articles/gestion-de-open-data-dit-villes_432122.

Guillaud, Hubert. "Les indicateurs urbains nous aideront-ils à piloter les villes ?" Lesechos.fr. Dernière mise à jour : 13 septembre 2014. http://blogs.lesechos.fr/internetactu-net/les-indicateurs-urbains-nous-aideront-ils-a-piloter-les-villes-a14977.html.

Suire, Raphaël. "La Ville Intelligente En Bonne Intelligence." Le Devoir. Dernière mise à jour : 19 juin 2014. http://www.ledevoir.com/politique/montreal/411337/la-replique-la-ville-intelligente-en-bonne-intelligence.

"RFID Pour Tous." HoaxBuster. Dernière mise à jour : 27 janvier 2014. http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/implantation-massive-de-puces-rfid-en-europe.

Tisseron, Serge. "Objets interconnectés, aurez-vous donc notre âme ?" Serge Tisseron. Dernière mise à jour : 11 décembre 2014. http://www.sergetisseron.com/blog/objets-interconnectes-aurez-vous.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné