Articles

Histoires entrepreneuriales inspirantes à travers l'Afrique

L'innovation frugale en toute ingéniosité et efficacité.

Par Federica Minichiello , le 16 février 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 23 février 2015

L'Afrique a le vent en poupe dans toutes les statistiques: elle figure dans les pays à plus plus forte croissance (FMI), dans les marchés les plus attractifs (African Retail Development Index, A.T. Kearney).

La pénétration de la connexion mobile et du numérique bousculent une économie caractérisée par sa nature informelle et micro-entrepreneuriale. Les incubateurs, qui se multiplient dans le continent, deviennent des lieux de promotion d'initiatives innovantes, qui donnent l'exemple.

Pour commencer ce voyage d'entrepreneuriat, on s'appuie sur un "vrai" voyage, démarré en 2014:  Juga(d) Africa. Trois jeunes se sont lancés dans un périple, en Afrique, à la rencontre d'entrepreneurs ingénieux, dans tous domaines.

Jugaad est un mot hindi qui résume l'idée de «faire plus avec moins», notamment dans des situations de pénurie de matières premières, d'énergie, d'argent. L'innovation frugale, source d'inspiration pour le monde occidental ? 

Des entrepreneurs pour l'information

L'amélioration dans la qualité de données et de l'information est un axe de développement souvent évoqué pour le continent africain. Môh Ni Bah (1), en Côte d’Ivoire, propose un système de déclaration des naissances par SMS, afin de réduire les distances géographiques entre mairies et zones rurales et faciliter la collecte de données essentielles pour la scolarisation des enfants.

Le système est simple mais repose sur une organisation humaine structurée (chef du village, sages-femmes, accoucheuses et agent local), totalement adaptée à la vie locale : le jour de marché est aussi le jour de collecte des données.

Dans la même registre on peut évoquer le projet OkHi, au Kenya (2): une application mobile qui permet, via les fonctionnalités de géolocalisation et de prise d'image, de créer une adresse physique pour les personnes qui en sont dépourvues, confrontées à des obstacles quotidiens : impossibilité de recevoir une livraison, de faire une demande de prêt etc. 

De l'information pour les entrepreneurs

L'information est aussi essentielle pour conduire un exercice commercial ou une exploitation agricole. Farmerline (1), au Ghana, est un service d'information sur les marchés agricoles, réalisé par des messages vocaux dans toutes les langues du pays : l'oralité de l'information permet à des agriculteurs de plusieurs ethnies, parfois pas alphabétisés, de vendre leurs marchandises au meilleur prix, s'informer sur les données météo etc. 

Au Sénégal, Somtou (2) a élaboré un prototype de logiciel et d'accessoires connectés, pour faciliter la gestion de tous les petits commerces: une console, un petit lecteur de code-barre, une petite balance, qui permettent de comptabiliser et de suivre le stock des produits, souvent très diversifiés.

L'élément commun de toutes ces idées est que l'innovation part d'un regard sans à priori sur le fonctionnement d'une économie, d'une société, et propose ensuite des solutions adaptées. Comme une technologie, une idée entrepreneuriale doit prendre en compte les ressources et les spécificités locales.

Sa culture aussi : nous terminons ce voyage par la société Genii Games, au Nigéria, qui développe la collection d'applications mobiles "Asa" (culture en langue yoruba) destinée à promouvoir l'apprentissage  de langues vernaculaires et la diffusion de la culture traditionnelle, par une série de jeux qui mettent en scène personnages, décors et musique issus du folklore local.  

Pour continuer à suivre ce flux d'innovations, nous vous proposons deux sources :

  • Le Prix Anzisha, une competion destinée aux jeunes entrepreneurs innovants de tout le continent. Dans les finalistes 2014 on trouve, par exemple, le projet Repurpose Schoolbags, des cartables scolaires fabriqués à partir de plastique recyclée, qui intègrent des mini-panneaux solaires : le cartable se recharge dans la journée et devient une lumière pour étudier, la nuit tombée. Encore une expérience où le tissu humain est essentiel : tout endroit public (école, église, commerce) est appelé à devenir une banque "textile" pour le projet.

Sans vouloir ternir la vitalité de ces initiatives, il reste de l'incertitude sur l'évolution en termes de développement. L'entrepreneur nigérien Tony Elumelu faisait l'actualité, en décembre dernier, par la création d'un fonds de 100 millions de dollars au soutien de la nouvelle génération d'entrepreneurs africains, en déclarant que "l'Afrique doit créer 10 millions d'emplois par an et les gouvernements et les grandes entreprises ne peuvent pas le faire seuls".

Selon un article publié par le think-thank "L'Afrique des idées", si le numérique offre des solutions d’efficacité pour l'économie africaine, il ne peut pas en être le socle et ne se substitue pas à un tissu industriel fort et durable, qui reste à construire.

Illustration :  Jim Vallee, Shutterstock.com

Références

1. Juga(d) Africa. http://jugaad-africa.fr/ (consulté en février 2015).
Pour en savoir plus sur l'innovation Jugaad, se référer aux travaux de Navi Radjou, http://naviradjou.com/ (consulté en février 2015).

2. Start-up africaines : des initiatives très variées. Le Monde Afrique. Février 2015. http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/02/09/startups-africaines-des-initiatives-tres-variees_4573012_3212.html#d8qeHSpTSAEszSY4.99

3. Vidéo "Technologie africaine – hi-tech" (à partir de la minute 2:08) . Pouvoirs d'Afrique. Janvier 2015. http://www.pouvoirsafrique.com/2015/01/14/technologie-africaine-hi-tech/

4. Anzisha Prize. Consulté le 15 février 2015. http://www.anzishaprize.org/

5. (S’)Investir en Afrique, pourquoi pas? The Afropolite. Mars 2014 (consulté en février 2015). http://www.afropolite.com/sinvestir-en-afrique-pourquoi-pas/

6. Tony Elumelu consacre 100 millions de dollars au soutien de l'entrepreneuriat africain . Jeune Afrique. Décembre 2014 (consulté en février 2015). http://economie.jeuneafrique.com/managers/decideurs/23616-tony-elumelu-consacre-100-millions-de-dollars-au-soutien-de-l-entrepreneuriat-africain.html

7. Lagassane Ouattara. Le numérique ne portera pas le développement des pays africains. L'Afrique des idées. Février 2015. http://terangaweb.com/le-numerique-ne-portera-pas-le-developpement-des-pays-africains/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné