Articles

L'humour pour mettre à nu les clichés sur l’Afrique

Découvrir et révéler la beauté que le préjugé a dissimulée

Par Philippe Menkoué , le 17 février 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 23 février 2015

« Il est des préjugés qui deviennent principes pour la plupart des gens », disait le philosophe français Jean-Baptiste-René Robinet.

Et ce ne sont pas les africains qui aujourd’hui, diront (facilement) le contraire. Fatigués de voir ce continent trop souvent réduit à des clichés misérabilistes véhiculés par la plupart des médias occidentaux ou tout simplement à sa faune et sa flore luxuriante, de plus en plus d’africains (et pas seulement) tentent de donner une image plus positive certes, mais surtout plus « proche des réalités » du continent.

Avec ironie, autodérision et parfois un peu sarcasme, ils tentent de mettre à nu les poncifs les plus courants sur l’Afrique. Petit tour d’horizon.

Famine, guerre, épidémies… et puis quoi encore ?

L’Afrique semble avoir tellement de mal à se défaire d’une certaine image. Une image sur laquelle surfent parfois des ONG (d’Afrique ou d’ailleurs) qui, tout en les moquant (ou prétendant le faire), essayent d’attirer l’attention sur elles.

C’est le cas du SAIH (le fonds d’aide internationale des étudiants et universitaires norvégiens) en Norvège qui, en novembre 2013, publiait sur Youtube une vidéo pour sa campagne baptisée « Africa for Norway » dans le but de dénoncer les clichés de certaines ONG qui pour eux, « nuisent à la dignité » de l’Afrique.

La vidéo qui mettait en scène une jeune star norvégienne de l’humanitaire se faisant passer pour un enfant misérable, entendait ainsi moquer les poncifs du genre, en usant du sarcasme comme arme de « déconstruction » massive (des préjugés, évidemment), comme le soulignait Slate Afrique.

Non, l’Afrique est bien plus qu’un seul pays !

C’est du moins le message que voulait véhiculer l’association des étudiants africains de l’Université Ithaca (une petite ville au Nord de New York) à travers le projet « The Real Africa : Fight The Stereotype » (en français, La vraie Afrique : combattez les stéréotypes). Initié il y’a un an, ce projet qui a consisté en une campagne très médiatisée lancée sur les réseaux sociaux.

À travers une série de photo de ces étudiants arborant chacun le drapeau d’un pays africain et scandant des messages tels que : « L’africain n’est pas une langue », « l’Afrique n’est pas un pays », « les africains ne courent pas tous vite », « la pauvreté ne définit pas l’Afrique », « l’Afrique n’est pas une jungle remplie d’animaux sauvage », « l’Afrique n’est pas sans espoir » et bien d’autres. Une initiative qui rencontrera un franc succès. Aux États-Unis du moins.

Abondant dans le même sens, les artistes plasticiens français Jessica Korbédeau et Clément Garnung, initiait début 2014 à Dakar, l’exposition d’arts plastiques baptisée « 10 000 préjugés ». Son but était de « promouvoir le dialogue interculturel, comprendre et déconstruire les préjugés qui empêchent les cultures française et sénégalaise de se fondre l’une dans l’autre ».

Et le cinéma n’est pas en reste.

L’Afrique n’est pas que rurale et traditionnelle

C’est du moins le message qu’essaye de véhiculer le producteur sud-africain Steven Markovitch. En misant sur des projets cinématographiques mettant « l'accent sur des histoires urbaines et non plus, comme par le passé, sur l'Afrique rurale traditionnelle urbaines en Afrique », il espère ainsi montrer que l’Afrique n’est pas que rurale et traditionnelle comme d’aucuns ont parfois tendance à penser. C’est d’ailleurs la principale raison l’ayant poussé à initier début 2013, le projet African Metropolis

Autant d’initiatives et bien d’autres qui voudraient, chacune à sa manière, montrer l’autre visage de l’Afrique, celui que d’aucuns semblent s’entêter à ne pas admettre.

Une preuve, s’il en était encore besoin que, même si « tous les préjugés ont un fondement » comme le pensait l’écrivain français Bernard Fontenelle, « l’art doit découvrir et révéler la beauté que le préjugé et la caricature ont dissimulée », comme l’affirmait l’écrivain afro-américain, Alan Locke.

 

Références :

- Un spot norvégien tacle les stéréotypes du Charity Business. Golem 13. 18 novembre 2013. Lien : http://golem13.fr/lets-save-africa-gone-wrong/

- Les clichés sur l’Afrique ont la vie dure. Slate Afrique. 09 novembre 2013. Lien : http://www.slateafrique.com/409677/cliches-afrique-humanitaire-miserabilisme

- Shoemaker, S. African student Association Campaign do “Fight the Stereotype” Aims to educate About Africa. Ithaca College. 04 mars 2014. Lien : http://www.ithaca.edu/news/releases/student-campaign-to-fight-the-stereotype-aims-to-educate-about-africa-36962/

- Kermeliotis, T.Africa is not a country”: Students' photo campaign breaks down stereotypes. CNN. 7 février 2014. Lien : http://edition.cnn.com/2014/02/07/world/africa/africa-is-not-a-country-campaign/?iref=obinsite

- Bengeloun, S. « 10 000 préjugés » ou combattre le feu par le feu. Enquête +. 28 février 2014. Lien : http://www.enqueteplus.com/content/exposition-arts-plastiques-%E2%80%98%E2%80%9910-000-pr%C3%A9jug%C3%A9s%E2%80%99%E2%80%99-ou-combattre-le-feu-par-le-feu

- Obenson, T.A. 'African Metropolis' (7 Filmmakers, 7 Cities, 7 Stories) Gets New Partner In GT Bank, Dates. Shadow and Act. 11 mars 2013. Lien : http://blogs.indiewire.com/shadowandact/african-metropolis-7-filmmakers-7-cities-7-stories-gets-new-partner-in-gt-bank-dates

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné