Articles

Des typologies pour inventer des situations d'apprentissage

Créer une typologie, c'est créer un classement a priori...

Par Frédéric Duriez , le 24 février 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 25 mars 2015

Créer une typologie, c'est créer un classement a priori, avant même de rencontrer les individus. Il s'agit de présenter des formes "typiques" et contrastées de la réalité à décrire.

Classer les comportements humains, un besoin très ancien.

Les typologies les plus célèbres portent sur des comportements. C'est le cas de celles que les astrologues ont créé.

Une classification très imagée est proposée par l'astrologie chinoise. Les coqs y côtoient les buffles et les chèvres, chaque animal ayant son caractère, ses qualités et ses défauts. L'astrologie maya, de son côté, vous rendra familier avec le jaguar, la tortue, la chauve-souris ou le faucon. Chaque animal représente une façon d'être avec les autres, des attentes en termes de communication et des attitudes.

Hippocrate utilisait lui aussi une typologie qui a connu une longue postérité, puisqu'on la retrouve jusqu'au début du XXème siècle. Son classement reste simple, puisqu'il se limite aux "bilieux", "atrabilaires", "flegmatiques" et "sanguins".

Mais en quoi cela peut-il stimuler la créativité ?

Vous préparez une communication ou un argumentaire. Le public sera assez hétérogène, et vous ne le connaissez pas encore. Comment adapter son message et trouver des idées ?

En se représentant que face à vous, se trouvera inévitablement un "sanguin", un "bilieu" ou un "atrabilaire" pour reprendre les mots d'Hippocrate. Et si vous choisissez une autre typologie, vous savez que dans le groupe, il y aura probablement une chauve-souris, un jaguar, une chouette et un renard. Sans adhérer à ces modèles ni croire à leur réalité scientifique, vous trouverez parmi les participants quelqu'un qui aura un comportement chèvre, un autre plutôt singe, et peut-être même un coq.

Vous voilà prévenus.

Mais surtout, ce petit détour par les typologies peut vous aider à trouver des idées. Vous n'avez pas encore vu vos interlocuteurs, et vous savez néanmoins déjà qu'il est probable que l'un d'eux soit anxieux et ait besoin de beaucoup d'informations, qu'un autre soit plutôt inquiet de la qualité de la relation qu'il peut entretenir avec vous, qu'un autre encore s'inquiète de votre fiabilité personnelle et de votre sens éthique... Qu'il s'agisse d'une présentation, d'une communication ou d'une argumentation, chacun de ces types de publics doit trouver ce qu'il cherche. La typologie fonctionne comme une check-list en vue de la préparation.

Si vous préparez des mises en situation pour prendre la parole, argumenter ou négocier, ces typologies sont autant de sources d'inspiration pour éviter de toujours jouer les mêmes personnages. Les scénarios de films et de séries s'amusent à confronter des personnalités contrastées pour produire des effets comiques.

Les classifications plus récentes

Quelques typologies ont émergé au XXème siècle. Elles visent à donner un caractère scientifique à ces classifications, mais aussi à les orienter vers la communication, les échanges et les transactions avec autrui.

Ici encore, le propos n'est pas de discuter de la validité de ces modèles, ni d'entrer dans leurs subtilités, mais de s'en inspirer pour créer des communications adaptées à des participants variés. La classification "cerveau gauche/cerveau droit" est sans doute simpliste d'un point de vue scientifique, mais elle est très utile pour nous sortir d'automatismes de communication.

La Process-Com

Issu de l'analyse transactionnelle et conçu par Taïbi Kahler, le modèle "Process Com" présente des types de communication contrastés. On y retrouve les "empathiques", sensibles à la qualité de la relation, les "persévérants", qui accordent une grande importance aux valeurs ou les "travaillomanes" qui ont besoin d'activités et de perfection. Chacun de nous est un mélange de ces différents types, mais un mélange différent. Ce qui explique que nous n'attendons pas la même chose d'une communication ou d'une argumentation.

Bien entendu, la Process Com va au-delà de cette classification, mais elle est déjà très utile pour apporter un peu de souplesse à notre communication.

typologie process com

quelques types du process com
(il manque le rebelle, qui a refusé d'être sur l'image)

Cette typologie invite donc à s'interroger sur la part que l'on donne à la relation, à l'information, aux valeurs, à la créativité dans nos échanges. Elle nous oblige à connaître notre zone de confort et à en sortir pour communiquer sur des registres qui nous sont moins familiers. Et sortir d'une zone de confort constitue le début de la création.

Si vous animez des formations à la communication, cette typologie vous donnera une infinité de situations en détaillant le caractère et les attentes des interlocuteurs.

D'autres modèles, comme l'énnéagramme présentent des types de communication qui apportent des nuances par rapport à l'approche process-com.

Mais la classification qui nous amène le plus à développer notre créativité est sans doute proposée par de Bono et ses fameux chapeaux. A chaque chapeau, correspond un mode de communication. Changer de chapeau oblige à communiquer autrement.

les chapeaux de Bono

 

Et en pédagogie ?

Vous n'avez pas encore poussé la porte de la salle de formation. Vos stagiaires en e-learning ne se sont pas encore connectés. Et pourtant, vous savez que certains seront plus attentifs aux ressources visuelles,  d'autres à une communication auditive.
Vous savez que certains apprendront mieux en papillonnant et en multipliant les sources d'information, d'autres en ayant un plan structuré dès le départ dans lequel les contenus vont venir s'insérer.

Des classements en pédagogie, il y en a tant que l'on peine à les classer !

Chacune de ces typologies incite le formateur à se poser la question : "Comment concevoir une séquence qui réponde aux besoins de tel ou tel type ?" Et en cela, elles stimulent la créativité. Mais tous ces classements, parfois binaires et parfois complexes, comme celui de Kolb, peuvent aussi nous laisser avec le sentiment que communiquer avec chacun est impossible...

Les 7 profils d'apprentissage de Jean-François Michel

 Jean-François Michel propose une solution assez pragmatique à travers sept portraits, simples à comprendre. Ici encore, le formateur peut identifier son profil, pour mieux s'en éloigner, et tenter de différencier son approche.

Jean-François Michel - profils

 Chacun de ces profils va hiérarchiser quatre questions importantes pour l'apprenant :

  • "Avec qui vais-je apprendre ?"
  • "Vais-je apprendre ?"
  • "Quelle va être l'utilité de ce que je vais apprendre ?"
  • "Où tout ça se situe-t-il ?"

Alors, comment faire ?

Le "perfectionniste" et l'"intellectuel" attendent une information à jour, et structurée. Ils ne sont pas opposés à un bon cours magistral... Mais l'"enthousiaste" attend une approche plus ludique, avec un peu d'humour. L'"intellectuel" sera plus à l'aise sur une activité qu'il gère seul, mais l'"aimable" a besoin d'être en relation avec le groupe d'apprentissage. Le dynamique veut faire savoir qu'il a réussi, mais l'émotionnel craint d'apparaître comme celui qui n'y arrive pas.

que faire - sept profils

Le formateur a tout intérêt à alterner ses situations d'apprentissage. En particulier, on ne peut que se méfier des méthodes qui prétendent régler une fois pour toute la question de la motivation et de la participation.

A l'opposé, André de Peretti et François Muller nous encouragent à sortir de nos habitudes, à ne pas reproduire inlassablement les méthodes qui ont réussi et qu'on ne remet plus en question. Le site consacré à la diversification en pédagogie que François Muller anime depuis plus de quinze ans propose aussi une classification, qui donnent accès à une multitude de pistes.

illustrations : Frédéric Duriez

Ressources

Styles d'apprentissage  René Cahay, Maryse Honorez, Brigitte Monfort, François Remy, Jean Therer
http://www2.ulg.ac.be/lem/StyleApprent/StyleApprent_CG/index.htm

Les chapeaux de De Bono consulté le 21 février 2015
http://www.projectissimo.com/articles-les-chapeaux-de-bono-pxl-349_358_377.html

les sept profils d'apprentisage Jean-François Michel Eyrolles, 2013
http://www.eyrolles.com/Entreprise/Livre/les-sept-profils-d-apprentissage-9782212556407

Mille et une propositions pédagogiques, André de Peretti, François Muller ESF 2008
http://www.esf-editeur.fr/detail/588/mille-et-une-propositions-pedagogiques.html

Diversifier, la diversification en pédagogie consulté le 22 février 2015 François Muller
http://francois.muller.free.fr/diversifier/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné