Articles

La classe inversée. Episode 1 – pourquoi faut-il s’y intéresser ?

La classe inversée est une démarche pédagogique qui séduit de nombreux enseignants

Par Élodie Lestonat , le 23 février 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 16 avril 2015

La classe inversée ou « Flipped classroom » sur les lèvres de nombreux pédagogues. Mais si les ressources documentaires sont de plus en plus nombreuses et les retours d’expérience partagés –bien que parfois confus-, les enseignants peinent à s’y retrouver et à tenter l’expérience dans leurs propres salles de classe.

Sans prétendre devenir la norme en matière d'apprentissage ou être exclusive de toute autre forme d’enseignement, cette démarche pédagogique est innovante car elle intègre des parcours hybrides et s’appuie largement les nouvelles technologies.

Définition de la classe inversée

Les définitions sont multiples mais on peut retenir la suivante :

«Méthode pédagogique qui se décline autour d’activités d’apprentissage réalisées en groupe et en classe favorisant la co-construction (ou co-élaboration) des apprentissages entre pairs et qui s’appuie sur l’acquisition individuelle des connaissances de cours grâce aux TICE (Technologies de l’Information et de la Communication)». (Elodie Lestonat)

La classe inversée en quelques dates

Bien que l’on puisse remonter au début du 20ème siècle et faire le lien avec les théories d’apprentissage constructivistes et socio-constructivistes utilisant les travaux de Piaget (1967) et de Vygotsky (1985), on peut accorder l’émergence d’une réflexion sur la classe inversée à deux enseignants du Colorado, Aaron Sams et Jonathan Bergmann qui en 2007, qui se sont interrogés devant l’absentéisme accru de leurs élèves.

Afin de ne pas pénaliser leurs apprentissages en raison de leurs absences, ces deux enseignants de physique expérimentent la mise à disposition de leurs cours sous la forme d’enregistrements. Le succès dépasse leur cible initiale puisque ce sont les élèves studieux de la classe ainsi que ceux d’autres classes qui s’y intéressent aussi.

Le concept de classe inversée dépasse alors largement ces enseignants puisque qu’un réseau de réflexion et des forums d’échange entre enseignants qui expérimentent de nouvelles modalités d’enseignement calqués sur ce concept se multiplient.

C’est le lancement de la Khan Academy et son formidable retentissement planétaire qui crée le buzz et rend possible un mouvement d’innovation pédagogique qui déstructure le cadre traditionnel d’apprentissage présent dans de nombreux systèmes scolaires qui souffrent des mêmes limites.

 http://youtu.be/hQtj69rZT0k

Un constat à l'origine d'un nouveau concept

En 1988, Isaac Asimov, écrivain spécialisée dans la vulgarisation scientifique, fait le constat suivant : « de nos jours, ce qu’on appelle «apprendre» nous est en fait imposé, et tout le monde est forcé d’apprendre la même chose, de la même manière, à la même vitesse, en classe».

L’apprentissage traditionnel présupposait que l’enseignant emmagasine connaissances, les sélectionner et les transmettre à ses élèves. Le savoir provenait principalement de ressources papier et la diffusion documentaire de domaines d’expertises spécifiques ne pouvaient se faire que de façon académique dans un lieu physique privilégié qui était la classe.

Or, l’évolution des technologies de l’information et de la communication ainsi que la prise en compte d’une évolution nécessaire des modes d’apprentissages dans notre système éducatif aboutissent à la même conclusion : le modèle traditionnel d’un enseignement de masse doit être refondu et une pédagogie centrée sur l’apprenant intégrant une nouvelle dimension de l’espace-temps est nécessaire.

Cette nouvelle démarche pédagogique ne vise pas à supprimer celles qui lui sont antérieures mais vient prendre en compte les dimensions de l’espace-temps dans la formation.

Enseigner/apprendre : la nouvelle place du paradigme d'apprentissage

Lors du colloque "PédagoTICE 2013" (Université Toulouse II-Le Mirail /(SiUP) de l’Université de Toulouse) , André Aoun et Michel Jacob, respectivement Maître de Conférences à l’Université Paul Sabatier-Toulouse 3 et directeur du département TIC (Informatique) ont mis en avant le point suivant :

« Le paradigme d'enseignement doit laisser plus de place au paradigme d'apprentissage où les aspects pédagogiques qu’ils soient transmissifs, formatifs ou immersifs ne peuvent être dissociés de l’organisation des différentes activités qu’elles se déroulent en présentiel ou à distance ».

 Le concept de classe inversée ou de « flipped classroom » est de plus en plus évoqué dans le monde enseignant. Cette nouvelle façon d’enseigner a séduit de plus en plus de professeurs qui souhaitaient se départir de la façon traditionnelle d’enseigner et utiliser le temps de travail disponible des élèves selon une nouvelle approche.

Marcel Lebrun, professeur en technologies de l’éducation et conseiller pédagogique à l’Institut de Pédagogie universitaire et des Multimédias (IPM) de l’UCL (Université catholique de Louvain, Belgique) partait du même constat : «  J’enseigne oui, mais apprennent-ils ? ». Pour répondre à cette problématique Marcel Lebrun s’interroge sur les concepts apprendre/enseigne et en vient à la conclusion suivante que l’enseignant accompagne et favorise la compréhension des savoirs et savoir-faire davantage qu’il’ « n’apprend » car apprendre reste le fait de l’élève.

Une démarche innovante qui s'appuie sur une dimension collaborative

La prise en compte de ces éléments est d’autant plus nécessaire dans une société où les apprentissages liés aux outils et aux démarches numériques se développent largement. Ainsi la communication, la collaboration et la co-élaboration sont des compétences devenues indispensables. Dès lors, l’organisation des enseignements doit être repensée afin d’intégrer la dimension collaborative dans les apprentissages. A cette fin, la classe devient un lieu privilégié d’exercice d’un apprentissage interactif entre pairs.

L’idée de la classe inversée est donc la suivante : le temps passé en classe ne doit pas être utilisé à la seule fin de transmission des savoirs par une seule personne, l’enseignant. Il serait plus intéressant d’utiliser ce temps pour interagir et favoriser le travail collaboratif des élèves. L’élève est toujours au centre de la démarche mais il de vient acteur principal de son propre apprentissage.

Pour assurer appropriation des contenus tout en rendant l’apprenant acteur, l’acte pédagogique doit favoriser la réalisation d’activités et la réalisation de projets. Il faut donc passer de l’organisation traditionnelle: cours en classe – devoirs à la maison à celle reposant sur des activités et des applications en classe et des ressources de cours à la maison, ce qui favorise l’engagement et l’immersion des élèves.

Attention cependant, cette démarche ne peut être retenue comme LA démarche pédagogique qu’il convient d’adopter. En effet, la pédagogie est un domaine bien plus complexe qui ne peut s’accommoder d’une seule vision et le concept même de classe inversée est au carrefour de nombreuse approches pédagogiques. Une méta-analyse de 24 études portant sur la classe inversée réalisée par Jacob Bishop de la Utah State University et Matthew Verleger de la Embry-Riddle Aeronautical University en Floride montre que

"la classe inversée est indubitablement intéressante et innovante mais elle présuppose que le dispositif auquel elle est intégrée soit construit et réfléchi".
 

Dans le prochain article, nous aborderons, la problématique posé par cette nouvelle dimension espace-temps en termes de didactisation, d’organisation et de positionnement de l’enseignant. Les semaines suivantes seront l’occasion de focus particuliers sur la démarche de classe inversée en présentiel mais aussi en FOAD et des outils et méthodes favorisant la réussite de ce nouveau mode d’apprentissage.

Illustration : auremar, ShutterStock

Références

"Isaac Asimov — Wikipédia." Wikipédia, L'encyclopédie Libre. Date de consultation 22 février  2015. http://fr.wikipedia.org/wiki/Isaac_Asimov.

Aoun, André Aoun, and Michel Jacob. "La Classe Inversée Ou La Réorganisation De L’espace-temps Dans La Dualité Des Paradigmes "Enseigner - Apprendre" / André Aoun, Michel Jacob - Université Toulouse Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail) - Vidéo." Canal-U. - Juin 2013. http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/la_classe_inversee_ou_la_reorganisation_de_l_espace_temps_dans_la_dualite_des_paradigmes_enseigner_apprendre_andre_aoun_michel_jacob.12890.

"Essai De Modélisation Et De Systémisation Du Concept De Classes Inversées - Lebrun, Marcel - Blog De [email protected]" Porte-documents1.pdf. Consultation 22 février  2015. http://lebrunremy.be/WordPress/?p=740.

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné