Articles

L'abandon en FOAD

Thèse de doctorat sur la dimension socio-affective et l'abandon en formation ouverte et à distance

Par , le 02 mars 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 01 avril 2015

Clément Dussarps a soutenu sa thèse de doctorat en Sciences de l'Information et de la Communication (sous la direction de Didier Paquelin) le 27 novembre 2014 à l'Université Bordeaux Montaigne, travail de recherche dans lequel il essaie de déterminer les facteurs socio-affectifs expliquant l'abandon, ou inversement la persévérance, dans le cadre des dispositifs de formation ouverte et à distance (FOAD).

Contexte et axes thématiques

Depuis le développement des cours en ligne ouverts et massifs connus sous l'acronyme MOOC, les chercheurs établissent, selon l'auteur, un constat récurrent, celui de l’abandon, constituant de facto « un enjeu important tant pour les apprenants que pour les organismes de formation, que ce soit pour des raisons économiques, sociales, ou encore d’image (de soi ou publique) ». Les besoins des apprenants en termes d’accompagnement, ajoute Clément Dussarps, sont tant techniques, cognitifs et métacognitifs, qu’affectifs. C'est en particulier sur cette dernière composante que se focalise la présente thèse ou plus exactement sur la question de la socio-affectivité au vu de l’importance et de la prégnance de la dimension sociale dans l’apprentissage.

La thèse est structurée en 6 chapitres abordant successivement les composantes de l'apprentissage (notamment sa dimension affective ainsi que la question de la motivation en formation), la socio-affectivité et la persévérance en formation ouverte à distance, la méthodologie de recherche, les attentes et projections socio-affectives et motivationnelles des apprenants en FOAD, les vécus socio-affectifs et enfin l'abandon en FOAD en tant que tel.

Les enseignements de l'étude

Clément Dussarps opère une typologie des apprenants : les intégrés, qui ont des échanges réguliers et des relations de qualité avec les enseignants et leurs pairs, les exclusifs, qui échangent essentiellement avec les enseignants, les compensateurs, qui « pallient le manque socio-affectif avec les enseignants »  par leurs pairs et les isolés, qui ont très peu d’interactions avec les acteurs du dispositif.

Dans son résumé de soutenance, l'auteur indique que l’abandon est dû à des facteurs tant internes qu’externes à l’individu. Certains facteurs présents avant le début de la formation permettent d’établir des profils d’apprenants « à risque », davantage susceptibles d’abandonner par la suite dans des situations où d’autres persévéreront, comme le motif initial de suivi de la formation. Pour d’autres, précise l'auteur, c’est le vécu de la formation qui permettra d’identifier les raisons de l’abandon.

Des réponses détaillées et nuancées aux hypothèses préliminaires sont apportées en conclusion générale par Clément Dussarps, sans oublier la formulation d'un certain nombre de recommandations qui s'avèrent intéressantes à la fois pour les concepteurs des dispositifs de FOAD ainsi que leurs participants potentiels.

Illustration :  junpinzon, Shutterstock

Source

Clément DUSSARPS. Dimension socio-a ffective et abandon en formation ouverte et à distance. Université Bordeaux-Montaigne, 2014.
https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01108344

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné