Articles

Un sous-sol de découvertes

Le sous-sol : des étonnantes découvertes scientifiques et des précieuse données à explorer

Par Federica Minichiello , le 10 mars 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 17 mai 2016

2015 a été déclaré par les Nations Unies "l'Année internationale des sols".  Cette initiative de sensibilisation vise à promouvoir la protection durable de nos sols : selon les estimations de la FAO, 50 000 kilomètres carrés de terre (la taille du Costa Rica) seraient perdus tous les ans.

Mais qu'il y-a-il vraiment, en dessous de nos pieds ? Des minéraux nous révèlent, parfois, des histoires étonnantes.

Des pierres et des découvertes

En début d'année une géophysicienne américaine découvrait un minéral provenant du sous-sol, l'aragonite, qui présentait des traces biologiques : des signes de vie à 19 kilomètres sous le sol. Des bactéries auraient réussi à survivre à des températures rédhibitoires, à l'intérieur de la terre, protégés par la pression.

L'année dernière un autre minéral, la ringwoodite, était découvert à l'intérieur d'un diamant d'aucune valeur et relançait l'hypothèse de la présence d'eau dans une couche du manteau terrestre : une quantité d'eau qui représenterait trois fois le volume des océans sur terre, qui viendraient eux-mêmes du sous-sol, poussés à la surface par l'activité géologique terrestre.

Ces théories restent à confirmer, cependant elles prouvent que le sous-sol est un terrain encore à explorer et une mine de données à découvrir.

Des données précieuses

Tout d'abord, le sol se collecte... et se conserve longtemps. La procédure minutieuse d'extraction de «l'ADN» du sol est définie par une norme ISO ad hoc (par exemple, un tamisage avec une maille de 2 mm). L'UMR Agroécologie (AgroSup Dijon - INRA), conduit l'ambitieux programme d'échantillonnage du sol Génosol : 8500 sols déjà collectés, 1500 en cours d'acquisition. Ces échantillons sont utilisés principalement pour analyser les communautés microbiennes et observer ainsi l'évolution de la biodiversité dans le temps. Mais selon un récent article du Joint Research Center de la Commission européenne, cette utilisation n'est que partielle et nombreuses informations collectées, inexploitées, ont une valeur scientifique encore inconnue.

Si ces informations sont peu parlantes pour des non spécialistes, il y a aussi des données "grand-public". OneGeology, par exemple, est un programme international qui rassemble les cartes géologiques numériques fournies par les services géologiques nationaux : une sorte de "puzzle géologique", de presque 120 pays.

En France, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières met à disposition, dans la base de données InfoTerre, les archives des résultats de forages profonds du sous-sol national.  L'enjeu est de garder une mémoire de tous les trous qui pourraient être exploités ou causer des risques dans le futur. Il existe aussi une version "appli": elle permet d'explorer son propre territoire, visualiser les cartes géologiques et découvrir tous les forages d'eau, les différents trous (sondage, pieu, puits etc.) et leur profondeur, les anciens sites industriels, les cavités souterraines, les mouvements de terrain etc.

D'autres histoires du sous-sol

La connaissance du sous-sol (et sous les mers) est aussi un enjeu économique fort : les sondages 3D et 4D déterminent le succès des activités de forage. L'offshore profond (500 mètres) et très profond (plus de 1500 mètres) sont le théâtre d'investissements colossaux : licences d'exploration, contrats faramineux... Mais il n'y a pas que des histoires d'argent! 

Le Programme international de géosciences de l'UNESCO a publié, en 2012,  le livre "Récits gravés dans les roches". 40 ans de projets passionnants liés au sous-sol, parmi lequel l'archéologie sismique. Cette discipline s'appuie sur l'étude de vestiges archéologiques pour évaluer les risques sismiques à long terme. Si les instruments utilisés dans l'étude de séismes existent depuis peu, l'archéologie peut aider à investiguer sur une activité sismique qui est millénaire.

Toujours dans les tremblements de terre, OpenQuake est une plateforme collaborative open source, qui propose un certain nombre d'outils pour évaluer et explorer les risques sismiques dans le monde. Après inscription, vous pourrez notamment visualiser et réutiliser plusieurs cartes, comme le catalogue historique de tous les tremblements de terre de magnitude supérieure à 7, du 1er janvier de l'année 1000 au début 1900 (d'autres cartes permettent de visualiser les évènements plus récents).

Dans ce sous-sol, si peu connu, nous cherchons donc des richesses, des ressources naturelles... mais nous y puisons aussi nos racines. L'ouvrage "Le Monde souterrain", de Jean-Jacques Terrin,  propose un parcours sous-terrain dans tous ces nuances de vie, de création, de destruction. Un voyage à la fois dans notre connaissance  (à approfondir), notre exploitation (à réfléchir plus durablement) et notre imaginaire (nos origines, nos peurs).

Illustration : Muamu, Shutterstock


Références

1. FAO. Fiche pédagogique : "Soils Challenge Badge". 2014. http://www.fao.org/3/a-i3855e.pdf

2. Brice Louvet. De la vie microscopique à 19 kilomètres sous terre ? Février 2015. http://sciencepost.fr/2015/02/de-la-vie-microscopique-19-kilometres-sous-terre/ (consulté le 8 mars 2015)

3. The Guardian. Earth may have underground 'ocean' three times that on surface . Juin 2014. http://www.theguardian.com/science/2014/jun/13/earth-may-have-underground-ocean-three-times-that-on-surface (consulté le 8 mars 2015)

4. JRC. Using DNA barcodes for soil biodiversity assessment. Novembre 2014. https://ec.europa.eu/jrc/en/news/soil-dna-barcodes (consulté le 8 mars 2015)

5. BRGM. Données et services numériques. http://www.brgm.fr/production-scientifique/donnees-services-numeriques/donnees-services-numeriques (consulté le 8 mars 2015)

6. Agence EcoFin. Golfe de Guinée : SeaBird décroche un contrat de sismique 3D de 11 millions$ pour Geo Pacific. Août 2014. http://www.agenceecofin.com/hydrocarbures/2508-22312-golfe-de-guinee-seabird-decroche-un-contrat-de-sismique-3d-de-11-millions-pour-geo-pacific
Philippe Passebon. Forer 2 000 lieues sous les mers. Avril 2014. http://www.industrie-techno.com/forer-2-000-lieues-sous-les-mers.29012 (consultés le 8 mars 2015)

7. UNESCO. Récits gravés dans la pierre. 40 ans du Programme internationale de géosciences (2012). http://unesdoc.unesco.org/images/0021/002152/215284f.pdf (consulté le 8 mars 2015)

8. OpenQuake. http://www.globalquakemodel.org/openquake/about/platform/openquake-release/ (consulté le 8 mars 2015)

9. Jean-Jacques Terrin. Le Monde souterrain (2008). Editions Hazan. Acheter sur Decitre 

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné