Articles

Société civile et Unesco : ensemble pour la formation à distance en Afrique

Par Louis-Martin Essono , le 08 juin 2002 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

A.W. Khan, le Directeur adjoint de l’ Unesco a présenté une plaidoirie pour le Tiers-Monde et pour l’Afrique en particulier. Après avoir reconnu que son organisation encourage le Continent à briser les barrières de toutes natures qu’apportent les nouvelles technologies. C’est pourquoi l’Unesco apporte son soutien régional et international à tous les partenaires en promouvant les différents usages des Tic dans les domaines du développement, de l’éducation et de la santé.

Pour avoir aidé la société civile à prendre part aux travaux de Bamako2002 en vue de la préparation du Sommet Mondial sur la Société de l’Information qu’organise IUT , (International Telecommunication Union) à Genève2003 , l’Unesco a initié des ateliers relatifs aux usages des technologies d’information et de communication et de leur impact sur le développement.

Au cours de ces ateliers, des recommandations spécifiques à l’alphabétisation et à l’éducation, bien qu’arrivées en dernier lieu ont été émises pour sortir les pays africains de l’ignorance grâce aux technologies et à la formation à distance. Ces recommandations sont contenues dans la section de l’Éducation dans et pour la Société de l’Information dont les principes posent que l’accès à une éducation de base de qualité doit être assuré tout le temps, pour tous, partout et gratuitement ou à des prix abordables.

Les TIC dans l’éducation doivent être considérées comme système de soutien/ d’interface/ de diffusion pour faciliter l’échange entre enseignants et étudiants et l’autoformation. Elles seront donc utilisées pour la formation des enseignants. Un des principes fort concerne la formation des enseignants et formateurs à l’utilisation des méthodes d’apprentissage à distance prise comme une priorité.

Outre la mise à disposition de textes et d’outils exemptés de droits d’auteur, de matériel adapté, à jour et disponible en langue nationale, la Société civile et l’Unesco ont souhaité que la langue ne constitue pas un obstacle à l’accès à la Science, mais surtout que la diversité des outils et logiciels pédagogiques soit assurée pour soutenir l’expression créative sans exclure les autres supports traditionnels.

Les actions entreprises pour la réalisation de ces souhaits sont nombreuses, mais parmi les plus importantes, il faut :

  • Établir des stratégies nationales pour l’utilisation des TIC dans l’éducation. Utiliser des lieux et institutions publics tels que bibliothèques, musées et autres centres d’information communautaires comme portes d’accès aux ressources éducatives
  • Favoriser la recherche sur l’impact des TIC sur l’éducation (études comparatives, inter-culturelles et inter-régionales) et former les chercheurs à ces problématiques.
  • Améliorer la formation des enseignants en favorisant l’accès aux TIC dans les institutions de formation d’enseignants et de recherche des pays en développement.
  • Sensibiliser les gouvernements (des pays en développement) sur la question du droit d’auteur, des exonérations au droit d’auteur et de la détention du savoir dans le secteur de l’éducation

Lors des discussions, les participants ont insisté pour que la formation à distance devienne une priorité afin d’atteindre le plus de monde possible. Mais, on sait quelles réticences animent quelques pays africains à cause des équipements encore chers, du manque de formateurs, de contenus appropriés et, surtout, de la volonté affichée de nombreux États à adopter une politique nationale de formation à distance.

On sait que de nos jours, le taux d’analphabétisme est très élevé en Afrique. Et que c’est en Afrique aussi que se comptent tous les maux sociaux dont le remède réside en l’éducation des jeunes blasés par la misère des parents, le chômage et l’inadaptation des programmes. La création des télé-centres, la mise en circulation des nouvelles technologies, l’apprentissage des Tic dans l’éducation peuvent conduire à des solutions susceptibles de faire régresser l’ignorance.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné