Articles

Les qualités insoupçonnées des introvertis

Dans un monde où le culte de la personnalité est roi, n'est-il pas temps de mettre en valeur les qualités des introvertis?

Par Alexandre Roberge , le 22 mars 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 22 avril 2015

Le silence est mal vu en cette époque. Tout doit avoir de l'impact et faire du bruit. Chez les individus, il se développe naturellement un respect pour ceux qui prennent de la place. On veut des enfants et souhaite des employés ayant de l'ambition et qui l'affirment. Conséquemment, les personnes plus introverties sont ignorées ou jugées moins favorablement.

On doute de l'employé qui ne dit presque rien durant son quart de travail ou qui regarde de façon oblique durant un entretien d'embauche. Quant aux étudiants dans les universités qui ne posent que peu de questions ou n'embarquent pas dans les conversations en grand groupe, on les considère parfois comme des parasites. Dans plusieurs établissements américains, ils sont même pénalisés dans la note de participation au cours.

Ainsi, on voit de nombreux sites de psychologie proposer des solutions pour se sortir de cette timidité. Débarrassez-vous de cette affliction qui vous freinera toute votre vie! Mais cette attitude n'est-elle pas une ségrégation envers des individus qui ont pourtant beaucoup de qualités insoupçonnées?

Le culte de la personnalité

Il peut sembler étrange de voir de plus en plus d'élèves et d'étudiants introvertis mal perçus par le milieu scolaire. Étrange, car ils ont généralement de bonnes notes. Or, dans un monde scolaire qui pousse à l'apprentissage actif et au travail d'équipe, les introvertis ne trouvent pas leur place. Et ce n'est pas qu'ils soient asociaux, contrairement à la croyance populaire. Ils aiment les contacts avec les autres. Toutefois, ils préfèrent les face-à-face entre amis que les grands groupes où il y a tant de personnes et de stimuli que cela les épuise. Ils sont aussi plus prudents et calmes que les extravertis, des qualités qui auraient leur place dans un contexte de leadership. Et pourtant, moins d'entre eux obtiennent des postes de cadres.

Depuis 2012, Susan Cain défend la place et les qualités des introvertis dans un livre intitulé « La force des discrets ». Elle y décrit comment notre monde ne pense pas à accommoder cette masse importante de gens. En effet, entre 30 et 50 % de la population serait introvertie à différents degrés. Dans une conférence TED donnée dans les mois suivants la parution de son ouvrage, elle explique bien comment l'Amérique (et une bonne partie de l'Occident) est passée d'une culture d'agriculture et de contemplation à une des affaires et du culte de la personnalité au tournant du 20e siècle.

Ce n'est pas en soi, mal, et l'auteure prend bien soin de spécifier qu'il ne s'agit pas d'une guerre entre caractères extravertis et introvertis. Au contraire, la plupart des timides admirent ceux qui ont de l'aplomb et n'ont aucun problème à parler publiquement. Par contre, ces mêmes personnes feraient bien de s'intéresser à ce que développent les timides dans leur coin. Ils seraient surpris de ce qu'ils pourraient apporter au monde.

Mieux accepter ce type de personnalité

Alors, comment faire pour mieux valoriser les introvertis en classe? Les laisser faire du travail en solo, tout simplement. Bien sûr, cela ne veut pas dire qu'ils ne doivent pas aussi participer à des travaux d'équipe. Ils doivent, comme tous les autres enfants, apprendre à travailler avec des camarades. Mais est-ce nécessaire pour tout? Par exemple, dans des travaux exigeant plus de créativité, Cain croit que les résultats sont meilleurs si on laisse les jeunes introvertis travailler en solo.

Certains professeurs, surtout dans les milieux postsecondaires, seraient tentés de donner un temps obligatoire aux timides pour qu'ils parlent en classe. Cette approche peut fonctionner en partie, mais elle ne doit pas être coercitive. Il ne faudrait surtout pas copier le modèle d'écoles comme Harvard qui pénalisent les étudiants qui causent ou participent moins durant les cours. Cela épuise les étudiants timides et rend plus pénible leur parcours universitaire.

Le succès des introvertis passe par l'acceptation sociale de leur besoin d'introspection et le respect de leurs qualités qui sont aussi essentielles dans notre monde que celles des extravertis.

Illustration : Rasstock, shutterstock

Références :

MacFarlane, Bruce. "No Place for Introverts in the Academy?" Times Higher Education. Dernière mise à jour : 25 septembre 2014. http://www.timeshighereducation.co.uk/features/no-place-for-introverts-in-the-academy/1/2015836.article.

Prest, Julien. "L'incroyable Conférence TED De Susan Cain." Un Monde Pour Les Introvertis. Dernière mise à jour : 24 juin 2014. http://unmondepourlesintrovertis.fr/ted-susan-cain/.

Prest, Julien. "La Force Des Discrets." Des Livres Pour Changer De Vie - Développement Personnel. Dernière mise à jour : 28 octobre 2014. http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/la-force-des-discrets/.

Van Caemerbèke, Oliver. "Myself & Co : “SOS, Je Suis Ultra-timide" : Nos Antidotes Pour Mieux Gérer." Trendy. Dernière mise à jour : 9 mai 2014. http://www.letudiant.fr/trendy/myself/mon-cercle/sos-je-suis-ultra-timide.html.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné