Articles

Edugéo : démystifier l'art du croquis en cartographie.

Rassurer pour créer

Par Nicolas Le Luherne , le 30 mars 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 31 mars 2015

De L'Isle Globe, 1765, Minnesota Historical Society.

Le cauchemar de beaucoup d’élèves quand l’enseignant entame une nouvelle leçon de géographie est le croquis. Si la confiance n'est pas là, il est difficile de rendre compte de l’étude. Cet acte devrait être l’aboutissement d’une réflexion intellectuelle souvent bien menée par l’apprenant.

En effet, construire un croquis c’est représenter de façon synthétique une situation-problème. Simplement, que faire quand le geste est complexe ? Que l’on a l’impression que l’on ne sait pas dessiner ou même colorier ? En effet,  cette représentation graphique par les exigences et les normes qu’elles possèdent rendent l’acte complexe, peu explicite et finalement angoissant.

Un croquis est un acte de communication

Construire un croquis est un acte de communication, où l’auteur adresse un message à son destinataire. Il s’agit de faciliter la compréhension de l’autre et donc l’aider à mieux appréhender le monde. Pour le formateur, il convient donc de le penser comme un acte scientifique mais aussi littéraire.

La convention des couleurs, la forme des figurés appartient à une grammaire commune à tous. C’est un bien un langage commun qui permet à chacun de pouvoir lire le croquis. Apprendre à faire un croquis à un élève, au-delà de l’acte évaluatif, c’est lui donner une clef de lecture du monde, un langage partagé par tous.  

Donner confiance à l’apprenant

Pour construire un croquis il convient de démystifier l’acte pour donner confiance à l’apprenant ainsi que l’occasion de partager sa vision de l’étude. Pour comprendre cet acte complexe, il semble pertinent de le séquencer. Elaborer un croquis, c’est synthétiser, dessiner, organiser, classer et mettre en œuvre des savoir-faire. La métaphore de la poupée russe permet d’envisager l’apprentissage progressif du croquis. Comment penser l’apprentissage progressif du croquis sur le temps long ?

Des outils au service de la réussite

Pour construire progressivement un croquis, l’IGN et le ministère de l’Education Nationale français ont mis à disposition des enseignants français un outil très puissant d’apprentissage : édugéo sur le portail éduthèque.

Une grande partie des fonctionnalités du logiciel est disponible pour tous dans le logiciel géoportail mis à disposition par l’IGN. Une version android d’édugeo est en libre accès. Le formateur s'appuie sur ces  outils numériques pour conduire l’élève à élaborer un croquis de manière classique. Il n’y a pas d’opposition entre leur usage.

Une vision globale

Une vision globale constitue un vecteur efficient de l’apprentissage par étapes de l’art du croquis. En effet, cette offre variée peut-être d’une grande aide à l’enseignant. Elle lui permet de construire une grappe pédagogique où chaque graine entre en correspondance avec la suivante. C’est donc une vision sur un cycle d’apprentissage. Chaque outil sert un objectif pédagogique qui va permettre d’amener l’apprenant à un seuil de compréhension l’incitant à découvrir la prochaine étape.

Un apprentissage par grappe

Pour aborder la notion de croquis, le choix de l’application en raison de la simplicité de son utilisation est pertinent. Elle limite le nombre de données accessibles et réduit la complexité de l’initiation. L’élève dessine avec le doigt, expérimente sur un outil du quotidien. L’ergonomie et les éléments de langage intuitifs facilitent le travail.

C’est un moyen simple de conduire l’élève à comprendre la syntaxe du croquis : le code couleurs et les figurés. Le logiciel permet de travailler sur des phénomènes plus complexes avec un plus grand nombre de données. L’élève doit apprendre à classer et hiérarchiser l’information.  C’est la légende du croquis.

L’usage moins ludique et plus difficile est dédramatisé par le travail déjà effectué sur la tablette. C’est une peu comme apprendre à lire, à compter. L’enseignant inscrit l’apprentissage du croquis dans un cycle : initiation, consolidation, approfondissement dans la perspective de l’examen. Ce dernier temps est le passage au papier. L’élève met en cohérence les éléments appris lors des sessions précédentes. Elles  permettent de focaliser l’attention de l’apprenant sur la qualité et la propreté du dessin.

Désangoisser pour créer

La créativité nécessite un apprenant émancipé de la peur de mal faire. Créer c’est être en confiance.  Le croquis a pour objectif de représenter de manière graphique et synthétique l’originalité d’un raisonnement. C’est la représentation graphique des connaissances acquises dans le cours.

L’apprentissage guidé, progressif et régulier ; libère le participant de l’angoisse de l'erreur et stimule sa créativité. C’est l’acte intellectuel que le croquis sert. Mal compris, angoissant l’atout devient piège.

Apprendre à dessiner un croquis de manière progressive c’est donner confiance à l’apprenant et donc valoriser sa créativité.

Sources

Site de l’IGN : http://www.ign.fr

Portail éduthèque : Eduthèque

Site du géoportail : http://www.geoportail.gouv.fr

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné