Articles

F.E.R.I.I. : un ambitieux programme de formation technique et scientifique

Par Thot , le 12 juin 2000 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

1997, un premier panorama de la situation

Ceux et celles qui s’intéressent à la formation à distance en Afrique connaissent certainement le rapport de Régine Thomas publié par le Secrétariat d’Etat français à la Coopération et présenté à Saint Louis du Sénégal en octobre 1997. Cette étude,

Formation à distance au niveau de l’enseignement supérieur dans les pays d’Afrique francophone et lusophone

a fait l’objet d’une publication sur le réseau et sa dernière mise à jour date de la fin 1999. C’est que dans ce domaine les choses évoluent rapidement.

Le rapport reste encore utile pour comprendre les initiatives et les projets actuels, pour cerner les enjeux et contextes institutionnels. Comme ce rapport était fort bien fait et très complet, il demeure de plus un bon outil surtout pour se frayer un chemin ainsi que pour prendre un premier contact avec une réalité difficile à saisir de loin.

Au Sénégal, le projet F.E.R.I.I.

Avec l’aide de l’Agence universitaire pour la francophonie, l’Ecole supérieure polytechnique (Université de Dakar) et un réseau de partenaires ont mis en place un un ambitieux projet

Formation, Enseignement et Recherches Interactifs sur Inforoutes

F.E.R.I.I.

Ce projet vise, en se basant sur les inforoutes, à améliorer les chances d’accès à l’enseignement supérieur pour un plus grand nombre, tout en promouvant l’émergence de nouvelles offres de formation complémentaires à celles de l’enseignement public. Il s’agit aussi de faciliter l’introduction de nouvelles filières d’enseignement dans les disciplines scientifiques et techniques pour que l’Afrique francophone en particulier soit en phase avec les évolutions dans les domaines des sciences et techniques. Le projet est ambitieux: il s’appuie sur une conception globale de la formation scientifique et technique ainsi que de son rôles comme levier de développement économique en Afrique francophone.

Le projet réunit l’ Ecole Supérieure Polytechnique (ESP) de l’ Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui dispose d’une expérience réseau depuis 1992, du Collège Polytechnique Universitaire (CPU) de l’Université nationale du Benin spécialisé dans l’enseignement des technologies et enfin de l’Université du Havre dont l’expérience en matière d’outils de formation EIAO constitue un atout. Le projet d’enseignement sera utilisé à échelle réelle et validé sur les deux sites, dakarois et béninois.

Le campus et le site

On accède aux différents enseignements à travers une représentation stylisée en 2D du campus de l’université : les bâtiments du génie civil, génie chimique, génie informatique et génie mécanique abritent les matériaux de cours soit entièrement disponibles soit en cours d’élaboration puisque, dans certaines zones, certains chapitres font encore défaut.

Quant au site, il propose en plus des cours de lESP et du CPU un forum et un espace discussion, une liste des sites de référence, une liste de recherches dont certaines pages sur le solaire, les biotechnologies, l’imagerie médicale, l’énergie éolienne, etc.

L’ensemble de la réalisation est très intéressant. Il montre le chemin parcouru depuis trois ans et le développement des réseaux de collaboration tissés entre les universités francophones d’Europe et d’Afrique. Un bémol, peut être : dans le site certains liens sont inactifs ou cassés et la section

Actualités

dont la dernière annonce date de août 1999 mériterait une mise à jour. Gageons que ce n’est qu’une maladie de la jeunesse, et donc une maladie d’amour ... pour la formation de qualité, pour les projets porteurs d’un développement durable.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur