Articles

Au Cameroun, le Premier Ministre annonce l’introduction imminente du commerce électronique. -

Par Louis-Martin Essono , le 23 juillet 2000 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Depuis le mois d’avril 1997, le Cameroun semble véritablement être entré dans l’exploitation des sites Internet, en installant un noeud d’accès au

réseau des réseaux

à Intelcam, alors le seul fournisseur officiel, devenu plus tard la Cameroon Telecommunication (Camtel) via la camnet.

C’est d’ailleurs cette société qui continue à être l’unique porte de sortie et d’entrée par satellite; bien que privatisée, elle subit la concurrence de nouveaux, mais timides fournisseurs privés à Douala et à Yaoundé où l’on annonce l’arrivée d’Israéliens dans le domaine. Depuis les années 80, le système Rio fonctionnait déjà, mais il était réservé à la recherche universitaire et scientifique. L’explosion des cybercafés intervient en 1998; mais seules les mégalopoles sont alors connectées.

Les NTIC dans le quotidien camerounais

L’insertion de l’Internet dans le quotidien urbain est réel et s’intègre de plus en plus dans les mentalités. Dans certains cas, elle devient même une exigence. Les six universités d’État ne sont raccordées qu’à l’ Université de Yaoundé : saturée, elle accueille plus de 1500 enseignants et plus de mille étudiants de haut niveau avec seulement six machines. En une semaine, les étudiants de l’École normale supérieure de Yaoundé ont exigé et obtenu du recteur le raccordement de leur établissement à l’Internet.

Plusieurs institutions officielles sont maintenant connectées. D’abord la Présidence de la République, le Premier Ministère, le ministère de la Recherche scientifique, le ministère de l’Industrie et du Commerce et, très récemment, le ministère du Tourisme. Le ministère de l’Économie et des Finances héberge un fournisseur d’accès, le Centre National du Développement de l’informatique, le cenadi qui, comme les autres fournisseurs locaux, achète des "voies" à la camnet.

Vers l’adoption du commerce électronique pour l’an prochain

Devant cette popularité des services électroniques, le Gouvernement camerounais a pris acte de la nécessité pour le pays de franchir assez rapidement une nouvelle étape vers les nouvelles technologies de l’information et de la communication en le propulsant très prochainement dans le commerce électronique.

Aussi, lors de son discours du 14 juin dernier, le Premier Ministre a-t-il annoncé

la mise en oeuvre d’un programme national de développement de l’Internet et des Inforoutes incluant les stratégies d’introduction du commerce électronique au Cameroun.

Le Chef du Gouvernement a présenté les avantages de ce

nouveau

moyen commercial. Il permettra au pays, dès le prochain exercice, de diminuer les coûts des échanges, d’accroître le volume de ces échanges et d’améliorer la présence du Cameroun dans le monde.

Un investissement utile

Si l’État est conscient que la mise en place des systèmes de transaction électronique est

informatiquement

lourde, il tient pourtant à réaliser ce projet -- un tel projet est déjà effectif et fort bénéfique au Sénégal, par exemple. Voilà pourquoi le ministère des Postes, chargé du développement des NTIC au Cameroun, pilote le dossier. Le maître d’oeuvre de l’e-commerce au Cameroun est l’Union Internationale des Télécommunications, dont l’un des objectifs principaux vise à encourager le développement, l’extension et le fonctionnement des réseaux et des services de télécommunications dans les pays en voie de développement.

Pour alléchantes que soient ces promesses, il reste que le système des télécommunications dans le pays reste en grande partie à développer; en effet, les zones rurales, très nombreuses, sont généralement dépourvues de téléphone. Dans un premier temps, l’e-commerce ne concernera que les commerçants titulaires des cartes de crédit. L’utilisation de la carte de crédit est encore très peu répandue et son usage demeure d’ailleurs encore risquée dans l’Internet.

Il est également important de penser aux réseaux de distribution des marchandises

télé-achetées.

Enfin, et c’est là sans doute le plus grand obstacle à affronter, il est urgent de sensibiliser et de convaincre les utilisateurs potentiels de l’importance et de l’efficacité du commerce électronique.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné