Articles

La créativité, notre atout face aux robots. Études convergentes

Être créatif nous rendrait plus résistants à l'intelligence artificielle.

Par Federica Minichiello , le 02 juin 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 02 juillet 2015

Rapport NESTA "Creativity Vs. Robots" (2015)

Quelle est la probabilité qu’un robot récupère votre travail ? Un petit test, en six questions, vous prépare à vous méfier (ou pas) de vos futurs collègues robotiques.

Cette approche, certes simpliste, a le mérite de rouvrir le débat passionnant sur la relation homme-machine, dans lequel nous ne sommes pas à l’abri de surprises : on découvre, par exemple, des définitions très fantaisistes comme « future-proof » (nous serions censés nous protéger du futur ?) ou des conseils pour défendre notre emploi des robots, comme l’explique la société Monster (« Robot-proof your job »).

Les interrogations sur la capacité des ordinateurs d'agir comme des hommes ne sont pas nouvelles (tests de Turing, Lovelace 2.0 etc.). Les machines travaillent déjà à la place de l’homme (les transports sans conducteurs), on apprend par les machines, on décide et on consomme par les données… Allons-nous continuer (juste) à travailler ?

Créativité versus Robots

L’association anglaise NESTA a publié le rapport "Creativity vs Robots" sur la relation entre créativité du travail et (future) probabilité d'automatisation. Être créatif, faire preuve d’intuition, nous rendraient plus résistants à l'intelligence artificielle.

Les auteurs avaient déjà analysé, en 2013, plus de 700 métiers et élaboré une relation mathématique liant la faible probabilité d'automatisation à trois variables : notre perception (lorsque nous manipulons des choses dans des environnements complexes et non structurés), notre capacité de créer de la nouveauté à valeur ajoutée - les codes d'appréciation évoluant sans cesse dans le temps et selon les cultures - et notre intelligence sociale : sens de l’humour, activité gestuelle, expressions du visage etc.

Comme le montre cette visualisation, la moitié des métiers estimés "créatifs" par les chercheurs ne sont pas considérés comme tels dans les statistiques nationales de l’emploi (l'enseignement, par exemple).

Le rapport prend le parti pris  – à juste titre – d’une définition très large de créativité: tout ce qui requiert l’utilisation de l’imagination ou une idée originale. En utilisant la même méthodologie de 2013, les chercheurs ont recatégorisé les 700 métiers (équivalents à 139 millions d’emplois) selon deux critères : le taux probable d'automatisation et le degré de créativité, et observé les relations sous-jacentes. 

Le bilan est « soyez créatifs » : 87% des travailleurs ayant des métiers créatifs ne seraient pas exposés à des risques d’automatisation ; ce pourcentage chute  à 40% si on parle tout métier confondu. Les détails par métier sont encore plus intéressants : on découvre des écarts significatifs entre activités manufacturières (fabriquer des fournitures sportives serait plus « à risque » que fabriquer des vélos) mais aussi dans les services : êtes-vous prêts pour un robot-conseil en assurance vie et fiscalité ?

Quelles perspectives ?

Le travail présenté se concentre exclusivement sur les marchés américains et britanniques, mais d’autres publications ont appliqué cette même méthodologie et tiré des conclusions similaires, pour les vingt ans à venir (cf. The computerisation of Europen Jobs).  

Il est certainement difficile de prédire tous les scénarios possibles, la vitesse d'évolution et les prix des technologies étant des facteurs tout aussi déterminants… Mais il semble clair que l'enjeu est dans la réallocation de ressources humaines des métiers à risque en faveur des métiers porteurs d’avenir. Et dans l'anticipation des besoins liés en termes de formation.

Les auteurs terminent avec une dernière piste de réflexion : la créativité et l'automatisation ne sont pas forcément deux concepts opposés. Les machines peuvent avoir un impact positif sur la création, sans pour autant remplacer l'homme. On pense notamment à l’initiative européenne STARTs (Science, Technology and Arts) pour faciliter l’interaction entre artistes, chercheurs et professionnels TICs...

En guise de conclusion, nous vous proposons l'expérience originale de « jam session » homme-robot, menée par le  groupe de recherche Robotif musicianship du  Georgia Institute of Technology.

 

Références

1) H. Bakhshi, C.Frey et M. Osborne. Creativity vs. Robots. The creative economy and the future of employement. (2015)

2) C.Frey et M. Osborne. The future of employment: how susceptible are jobs to computerization ? (2013)

3) J. Bowles. The computerisation of European jobs (2014)

(Dernière consultation le 28/5/15)

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné