Articles

Actif, réflexif. Le temps pédagogique partagé

L'action des technologies dans les écoles.

Par Denys Lamontagne , le 01 juin 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 02 juillet 2015

L’action pour l’action peut-être amusante, vivifiante, détendante et être parfaite ainsi si c’est son but. Mais demeurer dans l’action, sans vision, n’est finalement que «distr-action». On se sera bien amusé.

De l’autre coté, la réflexion sans action ne vaut que pour le plaisir éventuel qu’elle apporte à ceux qui la font. Des plans du pont du Détroit de Gibraltar sont tracés depuis l’antiquité; finalement ce sera un tunnel, un jour.

La meilleure façon de vérifier si nos réflexions ont du bon, c’est par l’action et la meilleure façon d’amener l’action à quelque chose de constructif dans le temps est par la réflexion. Les deux sont nécessaires.

De la technologie dans les écoles

Introduire la technologie à l’école est une action. Que les étudiants et les professeurs utilisent la technologie pour apprendre et enseigner est aussi une action. Assurément les technologies entraînent du mouvement.

La question du but se pose, tout comme celle de l’évaluation de «l’action».  Dans l’article «To put tech into any lesson, start with the lesson», Tom Daccord démontre bien comment les objectifs d’apprentissage orientent l’action pédagogique des technologies et que c’est en fonction de ceux-ci que l’on peut évaluer les effets de l’usage des technologies.  Sans réflexion ni objectif, l’action demeure sans effet notable.

Pour les étudiants, l’action est valorisée : il se passe quelque chose, c’est bien, on ne s’ennuie pas. Si l’étudiant n’adhère pas aux objectifs du cours, le voilà parti dans les champs sociaux d’internet dont les objectifs sont de le retenir et de lui fournir les moyens d’alimenter ses intérêts, souvent circulaires.  Quels sont ses objectifs ?  Passer le temps agréablement est une possibilité intéressante, surtout quand le cours ne l’est pas.

Mais quand la réflexion de l’étudiant est aussi valorisée et qu’elle oriente son action, son usage des technologies se modifie radicalement.

Dans «Manifeste pour une pédagogie renouvelée, active et contemporaine» on se désole de la fracture entre les pratiques des professeurs et celle des étudiants. Les objectifs des uns ne rejoignent pas les autres. L’octroi de latitude, les moments de réflexion sur l’intention pédagogique sont étrangement absents; les programmes visent des compétences, mais les façons d’y arriver, l’action, peuvent être multiples et méritent réflexion. Ils font partie du processus à réaliser personnellement, comme l'apprentissage.

Le temps de réfléchir

La réflexion présentée comme une action est une action. Pour bien des étudiants, réfléchir n’est pas tellement leur tasse de thé. La réflexion, elle aussi, doit poursuivre un but et son but est d’orienter l’action; celle de l’étudiant. Si ceci est compris, le temps de réflexion, même bref, sera productif et ses conclusions pour l’étudiant seront valables et mises en application.  Facebook peut attendre.

Discuter des objectifs de l’action et y réfléchir au besoin est sans doute la «perte de temps» la plus difficile à supporter pour un professeur, qui en connaît déjà la réponse et la conclusion probable et dont les minutes de cours sont comptées. Mais c’est cette perte de temps qui fera en sorte que ses élèves s’auto-disciplineront : ils sauront ce qu’ils font et pourquoi.

Prendre le temps... Qui a dit que les technologies changeaient le rôle du professeur ?

Références

To put tech into any lesson, start with the lesson - Tom Daccord - eSchool News - Juin 2015
How to use devices and apps to support specific learning objectives
http://www.eschoolnews.com/[email protected]8

Manifeste pour une pédagogie renouvelée, active et contemporaine - Pédagogie active
http://www.pedagogieactive.com/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné