Articles

Discipliner l'indiscipline

Se confronter à l'essence même de son métier.

Par Om El Khir Missaoui , le 16 juin 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 12 août 2015

Dans le triangle pédagogique, la relation entre l'enseignant et l'élève met en jeu les composantes affectivité et relations interpersonnelles qui influent les perceptions que l'on a de soi-même et par delà, de son degré de performance. 

On évoque souvent les problèmes de mal-être et d'échec scolaire qui affectent les apprenants. Mêmes risques pour les adultes qui les accompagnent, adultes qui peuvent se confronter à des remises en question concernant l'essence même de leur métier.

Ahmed Chawqi, le célèbre poète et dramaturge égyptien, idéalise la mission des dépositaires et passeurs de savoirs :

Lève-toi et vénère l’instituteur,
Sache qu'il s'en faut de peu
Pour que de Dieu
Il ne soit l'émissaire.

Même si cette sacralisation n'est plus de mise aujourd'hui, l'estime de soi pour un enseignant reste la résultante à la fois de l'image qu'il se fait de sa pratique et de celle que lui renvoient ses élèves à travers leurs attitudes et leurs comportements avec lui. Avouons-le : cette image est trop souvent largement écornée.

Epuisement professionnel des enseignants

Dans le corps enseignant, il y a des indices qui ne trompent pas : gérémiades, taux d’absentéisme, ampleur, fréquence et degré de sévérité des punitions, comportements imprévus ou irrationnels pour des situations ordinaires… un enseignant stressé à un point d’inconfort alarmant ou simplement élevé ça se voit, ça se sent et ça en devient un phénomène de société. 

Parmi les raisons apparentes et pointées par tous : les difficultés à gérer sa classe du point de vue de la discipline qui se traduit par les chahuts de toutes sortes qui peuvent en arriver  jusqu’aux agressions verbales et physiques contre les enseignants.  Pourquoi certains arrivent-ils à gérer cela mieux que d’autres ? Peut-on s'empêcher de culpabiliser ? Est-ce que cela est de la seule responsabilité des enseignants ? Du simple stress au véritable épuisement professionnel, le chemin n’est pas court mais on peut le parcourir allègrement à son insu.

Une thèse de doctorat inédite, de Robert Dubois (2015); Université de Montréal L'épuisement professionnel des enseignants : l'indiscipline des élèves et le rôle modérateur du sentiment d'autoefficacité (.pdf) adopte un angle d'attaque qui se situe au niveau de la relation entre les différents comportements d’indiscipline et l’épuisement professionnel tels que vécus par les enseignants, notamment ceux du secondaire.

La présente étude porte sur la relation entre les comportements d’indiscipline des élèves et l’épuisement professionnel des enseignants. Elle s’intéresse aussi au rôle du SAE (Sentiment d'Auto Efficacité) dans cette relation. Le but poursuivi est donc à la fois une exploration de la relation entre l’indiscipline scolaire et l’épuisement professionnel et une analyse compréhensive du rôle du SAE au sein de cette relation. En ce sens, notre étude se situe dans la lignée des recherches sur le vécu professionnel des enseignants

Lewis (1999) souligne à ce propos que c’est la conscience de l’écart négatif entre les stratégies (coercitives) utilisées par l’enseignant pour contrôler les élèves et sa conception idéalisée des pratiques en gestion de classe qui sont une source de stress. Néanmoins, il ajoute que, comme tout stress chronique, le stress répétitif produit par les comportements d’indiscipline demeure significatif pour le vécu professionnel des enseignants.

Comportements stressants pour l'enseignant

Les recherches de Geving (2007) ont cerné dix catégories de comportements d’élèves jugées stressantes par les enseignants :

  1. Les actes de vandalisme sur les propriétés de l’école;
  2. Les gestes d’hostilités envers les autres élèves;
  3. Les élèves qui se présentent en classe non préparés;
  4. Les gestes d’hostilités envers les enseignants;
  5. L’inattention en classe;
  6. Le manque d’effort en classe;
  7. Les troubles de l’hyperactivité;
  8. Les démonstrations ouvertes de désintérêt pour l’apprentissage;
  9. Le chahut en classe;
  10. L’irrespect envers les règles.


L’indiscipline des élèves (notamment insultes, menaces, attitudes hostiles et agressions) constituent l'une des principales causes du stress des enseignants, sinon la plus importante.

Risques de dégradation de l'acte d'enseigner

Trois aspects du monde scolaire se trouvent directement menacés par l’épuisement des enseignants : la qualité de la relation maître-élève, la santé physique et mentale des enseignants et leur satisfaction face à leur profession, d'où une menace directe à la qualité de l’acte d’enseigner. 

Selon Robert Dubois, l’indiscipline des élèves a un effet dramatique sur le SAE des enseignants et la perte de ce sentiment est aussi associée à l’épuisement professionnel, c’est-à-dire que l’effet des comportements d’indiscipline sur l’épuisement professionnel est augmenté ou diminué selon le niveau du SAE de l’enseignant. Une dynamique de cercle vicieux.

Deux hypothèses pour cette recherche

  • Une fréquence élevée de comportements d’indiscipline en classe va entraîner une hausse de l’épuisement professionnel.
  • Le SAE peut augmenter ou diminuer l’incidence des comportements d’indiscipline des élèves sur l’épuisement professionnel des enseignants.

s'agissant des croyance de ceux-ci en leur capacité d’accomplir leurs tâches (efficacité en enseignement, gestion de classe, engagement des élèves).

Sans entrer dans le détail des variables envisagées, il ressort que l'incidence des indisciplines plutôt mineures passent avec plus ou moins de dégâts selon la distance affective et la manière de les appréhender mais que les indisciplines majeures impliquent d'autres facteurs et intervenants.

L'étude invite donc, entre autres, à une prise de conscience que la présence de la violence à l'endroit des enseignants doit sortir de la banalisation dont elle est l’objet, tant par les autorités scolaires que par les enseignants eux-mêmes.

Informer, former, prévenir plutôt que guérir et ne pas laisser l'enseignant affronter seul un phénomène qui ne dépend pas uniquement de la relation enseignant / élève.

Illustration : wavebreakmedia- ShutterStock

Référence

Dubois, R. (2015). L'épuisement professionnel des enseignants : l'indiscipline des élèves et le rôle modérateur du sentiment d'autoefficacité. Université de Montréal.
https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/12104/Dubois_Robert_2014_th%C3%A8se.pdf

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné