Articles

Publié le 30 juin 2015 Mis à jour le 16 septembre 2015

Processus de Bologne. Où en sommes-nous ?

Un rapport, dévoilé à l'occasion de la conférence d'Yerevan, fait un bilan (mitigé) du processus de Bologne.

Un rapport, dévoilé à l'occasion de la conférence interministérielle de Yerevan, revient sur la mise en œuvre du processus de Bologne sur la période 2012-2015. Bilan et perspectives...

Petit "glossaire"

L'objectif du processus de Bologne est de créer un espace européen de l'enseignement supérieur, qui agrège des systèmes éducatifs compréhensibles et comparables, attractifs et qualitatifs et qui favorise la  mobilité et l'employabilité, grâce à une meilleure reconnaissance académique et professionnelle.

Au départ, en 1998, c'était une déclaration d'intention de 4 pays et une idée de "dimension européenne" de l'enseignement supérieur. Aujourd'hui, ce sont 47 pays, 5 600 institutions (30 millions d'étudiants) et un enjeu qui transcende les frontières de l'Europe.

Plusieurs idées clés ont ponctué ce processus: une structuration de l'enseignement supérieur en trois cycles (Licence-Master-Doctorat), des outils de reconnaissance comme le système de transfert de crédits ECTS, le supplément au diplôme (un document explicatif livré parallèlement au diplôme), les cadres européen et nationaux de qualifications et l’assurance qualité... Des instruments qui existent, mais qui sont encore appliqués de façon très inégale.

Les conclusions du rapport

Une grande disparité persiste dans les pratiques. On est encore loin du modèle unique : le taux de réussite des étudiants peut varier de 48% à 88% et l'écart de charge de travail peut représenter jusqu'à 120 crédits ECTS, ce qui rend la reconnaissance des diplômes très compliquée... et lorsqu'on évoque les qualifications courtes, le panorama devient encore plus flou.

Si au moins 16 pays ont introduit un cadre national des qualifications, les deux tiers n'ont pas progressé dans l'introduction du supplément au diplôme, sa délivrance automatique ou sa promotion auprès des employeurs. L'Allemagne figure comme exception : la moitié des employeurs déclare connaître et utiliser le supplément au diplôme dans ses procédures de recrutement.

Le rapport évoque plusieurs axes de progression : un meilleur accompagnement des institutions universitaires dans leur rôle de reconnaissance des qualifications, l'implication des étudiants dans les processus de définition et de garantie de la qualité, la définition d'indicateurs pour assurer le suivi des publics à besoins spécifiques ou plus "à risque" (seulement un établissement sur cinq disposeraient de données ad hoc).

L'objectif donné semble ambitieux: un espace européen effectif d'ici 2020, avec une reconnaissance entièrement automatique.
Reste à trouver la feuille de route : la mobilité moyenne, pourtant en hausse, n'est que de 5%. 
Prochain rendez-vous en France: la conférence interministérielle de 2018.

Références

1. Commission européenne. Bologna Implementation report. Mai 2015
http://eacea.ec.europa.eu/education/eurydice/documents/thematic_reports/182EN.pdf

2. Pour des exemples de supplément au diplôme : https://europass.cedefop.europa.eu/en/documents/european-skills-passport/diploma-supplement/examples

Dernière consultation : juin 2015


Mots-clés: Rapport Certification Reconnaissance des acquis conférence mise en oeuvre Diplôme processus de Bologne assurance qualité processus Occasion Bologne Yerevan

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !