Articles

Internet à l’école : Encore des places pour des roman(cier)s virtuels

Par Louis-Martin Essono , le 19 janvier 2002 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Un intérêt croissant, une motivation sûre pour l’activité en Net

La concurrence et la rivalité commencent à prendre réellement place dans les moeurs nouvelles. De tout jeunes élèves réagissent (individuellement) dès la parution des communiqués et des appels à contribution pour une participation quelconque aux travaux réalisés sur le Net. Informés en surfant ou par leurs parents sur l’existence de telles entreprises, les élèves des écoles du Cameroun, du Mali, du Sénégal et même une du Burundi ont récemment écrit au Correspondant de Thot pour s’informer des modalités de participation au concours relatif à la rédaction du roman virtuel.

Les romans virtuels sur Internet: encore quelques places... réservées

La curiosité de ces élèves m’a conduit à consulter cette affaire. J’ai donc regardé le site qui en parle en long, en large et en travers : c’est Romans Virtuels. Le message suivant, largement diffusés dans les forums, est aussi arrivé :

"Merci d’informer les enseignants autour de vous. Écriture collective multilingue sur Internet : 7 nouveaux romans virtuels. Il reste encore quelques places pour les classes, en anglais, allemand, arabe et espagnol. Durée du projet: de février à mai 2002. Pour des élèves de 8 à 20 ans. Pratiquez une langue et l’informatique, à plusieurs écoles à travers le monde et tout en s’amusant !

En fermant les yeux sur l’anacoluthe, on observera que ces projets pluridisciplinaires sont faciles à réaliser, puisqu’ils sont déjà éprouvés par plus de 6000 élèves de 30 pays différents. En effet, les participants âgés pour la plupart de 8 à18 ans, choisissent un rôle à jouer et

simulent une vie virtuelle dans un immeuble, une île ou une planète...

En classe, ils imaginent leurs personnages, dessinent, inventent des histoires qu’ils envoient ensuite sur le site Romans Virtuels.

Pour les élèves, c’est un projet motivant qui leur donne le goût d’écrire le plaisir d’être lu, de dialoguer en ligne et de découvrir d’autres cultures. En voici globalement les modalités pour les élèves du continent noir qui semblent avoir été très tardivement informés : "De Février à Mai, les classes rédigent environ un texte toutes les 3 semaines et envoient aussi des illustrations sur le site Internet. Le roman se construit petit à petit collectivement. L’enseignant animateur du roman revoit les textes, valide la production et la met en ligne immédiatement sur le web. Il est également à la disposition des enseignants pour des conseils tout au long de la construction des histoires. Il n’y a pas de niveau requis. Du primaire au lycée, chaque groupe français ou étranger désirant participer à la création collective a la possibilité de le faire, dans l’une des langues et sur l’un des thèmes proposés."

Regrettons, outre ce manque d’informations qui causera encore un préjudice aux élèves d’Afrique du fait que les places en français sont déjà terminées, l’absence d’un emploi du temps véritablement approprié pour ce genre de travail collaboratif dont l’esprit n’est pas encore totalement ancré ici. L’Internet apportera sûrement cet esprit qui manque cruellement et qu’il faut (re)découvrir. Il faut signaler qu’en dehors des pays où existent des réseaux proprement dits, seuls quelques privilégiés possèdent un ordinateur connecté à la maison.

Pour ceux qui tiennent absolument à y participer, qu’ils écrivent à Monique Perdrillat. Ils pourront donc trouver dans le site Romans Virtuels le synopsys des romans de 2002.

Bon courage.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné