Articles

«Comprendre le transmedia storytelling», un MOOC captivant!

Un MOOC vous tient en haleine chaque semaine

Par Élodie Lestonat , le 02 novembre 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 17 mai 2016

Je n’avais aucune raison particulière de suivre ce MOOC.

Je n’étais ni fidèle à une série télé, ni au fait des univers des jeux vidéos, ni versée dans la consommation d’un cinéma qui me paraissait davantage construit pour des ados en vacances. Et puis….

Il y a eu l’article de Christine Vaufrey de Thot Cursus grâce auquel j’avais découvert une maître de conférences passionnée par un domaine dont elle a fait une spécialité universitaire: le transmedia storytelling ! Cependant, j’avoue que ce sont trois éléments complètement subjectifs et sans aucun rapport entre eux a priori qui m’ont définitivement convaincue de m’inscrire sur la plateforme FUN : tout d’abord la conclusion du teaser (« May the force be with you !» ), ensuite le T-Shirt de Mélanie Bourdaa illustrant l’article (j’adore Star Wars, mon premier film vu au cinéma en 1977), enfin le contenu du MOOC assez varié dont certains points s’intéressaient au domaine marketing (ça pouvait peut-être servir pour mes cours).

Tout ceci peut sembler un peu léger pour motiver un apprentissage ! Et pourtant.... Du premier du premier au dernier cours j’ai été captivée ! J’ai même développé une certaine forme d’addiction et je vois du transmédia storytelling dans tout désormais.

Le MOOC « Comprendre le Transmedia Storytelling » est un exemple de MOOC engageant pour un apprenant. Réalisé par Mélanie Bourdaa, maître de conférences à l’Université de Bordeaux Montaigne, et son équipe, ce MOOC est très bien construit et s’organise autour d’une dynamique qui tient à la fois des choix quant au contenu et à l’implication des apprenants dans les temps de mutualisation et d’échange.

Pourquoi ce MOOC est-il engageant et implicant ?

Les atouts du MOOC : simplicité et dynamisme

La structure est assez classique : chaque semaine un ensemble de vidéos, de quizz, des travaux personnels à déposer, un forum et une évaluation entre pairs. Le MOOC s'échelonne sur 6 semaines et ne nécessite que trois à quatre heures de travail minimum hebdomadaire ce qui le rend attractif pour des personnes qui ne peuvent se dégager beaucoup de temps.

Ce que j'ai apprécié : Quasiment identique d’une semaine à l’autre, la structure  facilite le repérage pour l’apprenant qui peut facilement naviguer et sur la plateforme et dans les ressources proposées. Cette simplicité m’a permis de ne pas me perdre dans les rubriques et blocs de la plateforme, ce qui est confortable pour tout apprenant à distance. Certes ce MOOC ne dure que 6 semaines ce qui rend possible des modules dont la structure ne varie guère. Pour un MOOC qui s’étale sur un semestre, ceci n’est guère envisageable car on finit par s’y ennuyer.

Cependant, le parti pris de l’équipe de Mélanie Bourdaa pour ce MOOC est de varier les intervenants sur 6 semaines, chaque semaine représentant une plateforme médiatique (télévision, cinéma, Jeux vidéo, publicité, comix, culture fan / culture geek). 

Ce que j'ai apprécié : les semaines ne sont donc pas tout à fait identiques car si la structure reste la même, les intervenants diffèrent. D’ailleurs ce changement crée la surprise et de l’émulation car les choix de mise en scène sont aussi variés. Entre la séquence vidéo filmée en plan américain, celle s’appuyant sur un contexte ludique ou celle où l’intervenant vous reçoit dans son bureau, on obtient des dynamiques différentes permettant à chacun d’entre nous de préférer l’un ou l’autre, et de suivre les différents modules pour pouvoir les comparer ! 

Le mode d’évaluation par les pairs : exigeant et bienveillant

L’évaluation par les pairs a été intégrée comme élément de la formation dès la conception du MOOC et l’équipe s’est affranchie des difficultés inhérentes à la plateforme FUN dont les fonctionnalités sont réduites en proposant un forum extérieur.

Selon Mélanie Bourdaa :

«  Dès le début, le mode de l’évaluation par les pairs nous a paru être une évidence pour deux raisons : renforcer les échanges dans la communauté des apprenants puisqu’ils devaient s’évaluer entre eux, et développer leur créativité autour des notions vues dans les cours filmés. »

Ce que j'ai apprécié : Cette évaluation était indispensable à l’obtention de la certification finale. J’ai apprécié que soient spécifiés les critères permettant d’évaluer les productions des autres apprenants. Ceci permettait de justifier l’appréciation et la note attribuée. J’ai pu observer une véritable motivation et un réel sérieux des apprenants à travers les devoirs.

La qualité tant dans la recherche d’originalité que dans les explications et les justifications des choix opérés m’ont beaucoup surprise. Certains devoirs m’ont vraiment intéressée car ils m’ont permis de découvrir le transmedia storytelling autour de séries que je ne connaissais pas. Et puis ça m’a réconciliée avec les copies ! Plus encore j’ai trouvé assez ludique d’être à mon tour évaluée. C’est assez rare pour une enseignante !

Je rejoins donc l’analyse de Mélanie Bourdaa :

« Beaucoup se sont pris au jeu et ont proposé des créations de grande qualité. Au-delà de ça, j’ai été impressionnée par le sérieux apporté à évaluer les pairs, la qualité des commentaires et conseils, qui ont généré des échanges à long terme pour améliorer la qualité des productions. »

 Les échanges : une occasion de se former aux réseaux sociaux

Le MOOC s’appuie sur des échanges nombreux entre pairs. Les apprenants sont invités à participer à la réflexion via les réseaux sociaux et forums de la plateforme. C’est d’ailleurs cette dimension qui permet de distinguer un MOOC d’un cours en ligne.

Ce partage d’informations se fait sur Facebook (https://www.facebook.com/MoocTransmedia?ref=hl), Twitter ( @MoocTransmedia #MoocTransmedia) et le Tumblr (http://ciel-notre-mooc.tumblr.com/ )  intéressant pour le partage d’infographies décalées.

Ce que j'ai apprécié : ce MOOC parvient à faire émerger une véritable construction des savoirs. L’équipe enseignante y joue un véritable rôle d’animateurs répondant aux questions des apprenants de façon très réactive. J’ai été très sensible à l’implication des enseignants vis-à-vis des apprenants. Cet accompagnement favorise l’implication car on supprime ainsi le sentiment de distanciation entre l’élève et le maître. Là les intervenants, spécialistes dans leur domaine restent disponibles pour ceux qui souhaitent avoir un complément d’information ou d’aide en cas de difficulté technique.

Ce MOOC est au jour d’aujourd’hui un bon exemple de MOOC réussi. Il serait intéressant que ce type de MOOC puisse s’enrichir de débats entre enseignants ou intervenants et les apprenants volontaires. Certes ceci est plus facile à dire qu'à faire car la gestion de classes virtuelles ou de conférence-débat en direct nécessite des moyens humains et financiers. Je vous encourage vivement à suivre la session 2016 : " May the force be with you !"

Références

"Comprendre Le Transmedia Storytelling | FUN - France Université Numérique." | FUN - France Université Numérique. Date de consultation 31 octobre 2015. https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/courses/bordeauxmontaigne/07001S02/Trimestre_1_2015/about.

 Pédagoform. "PEDAGOGIE ET MOOC : INTERVIEW DE MELANIE BOURDAA." PEDAGOFORM. Date de publication 29 avril 2014. http://www.pedagoform-formation-professionnelle.com/2014/04/pedagogie-et-mooc-interview-de-melanie-bourdaa.html.

 Vaufrey, Christine. "Passionnés Et Partageurs ? Créez Votre MOOC !" Thot Cursus. Date de publication 19 mai 2014. http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/22061/passionnes-partageurs-creez-votre-mooc/#.VjRmqLfhCUk.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné