Articles

La e-collaboration observée

Par Franck Henry , le 25 février 2003 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

L’homme n’en est pas à son coup d’essai. Déjà repéré dans l’utilisation de SPIP à des fins pédagogiques (voir l’article Jeudi 10 octobre sous Le Préau : "Qui s’y frotte s’y SPIP") sous un remue-méninges qualifié d’" e-briefing", Jean-Louis Bourgogne récidive avec son " Observatoire de la e-collaboration", sous-titré "La synergie des compétences". L’observatoire observéSelon ce consultant en organisation et en management, par "e-collaboration", il faut entendre "l’ensemble des méthodologies et outils issus des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) qui permettent à des acteurs de réaliser une oeuvre commune en partageant des idées, des informations et des résultats". Ainsi seront traités des thèmes tels que le travail collaboratif, la conduite de projet en équipe, l’apprentissage en groupe, l’entreprise étendue, la gestion des connaissances...

Parmi les services proposés, citons :

  • des brèves (articles courts non archivés) ;
  • un agenda sur les manifestations professionnelles du domaine ;
  • des articles ventilés en quatre rubriques : "Sur le terrain", "En formation", "Les méthodologies", "Les outils" ;
  • un forum général
  • une lettre d’informations sur les dernières publications parues sur le site.

Le site est structuré, pensé, organisé. On devine une approche didactique. A titre d’exemple, les forums offrent une entrée par catégories : le travail collaboratif et l’apprentissage collaboratif, avec respectivement par cinq et trois sous-rubiques. Le cadre est fixé mais l’oeuvre collective peine à se dessiner. Seul Jean-Louis a, pour l’instant, essentiellement contribué ! La collaboration isoléeL’originalité du service est de compter sur la contribution altruiste des internautes de la même obédience intellectuelle afin de former une "communauté de professionnels". Jean-Louis Bourgogne souhaite développer une mise en synergie de " rédacteurs", à raison d’un "article par période de douze mois". Un changement de posture est demandé pour enrichir le site. Au dernier décompte, 400 abonnés à la lettre et 5 rédacteurs annoncés sont recensés. on est loin des espérances d’échanges spontannés! Il est clair que l’élan démultiplicateur favorise la quantité d’informations. Or, la contribution ne se décrête pas ! Force est de constater que pour faire vivre le projet, il faut l’alimenter. C’est ce à quoi l’animateur du site s’emploie : rédaction d’articles, réactualisation, recherche de sponsors et de partenariats... En outre, les fonctionnalités de SPIP s’intègrent parfaitement à la volonté d’enrichissement mutuel. Chaque publication se voit affectée d’un forum. Or, ce système fonctionnel d’annotations n’est pas, actuellement, utilisé par les consultants internautes. Du coup, la communauté élargie tourne exclusivement autour de son seul promoteur ! L’appel du piedCertes, cet "observatoire" n’est pas forcément connu. Sa réputation se fera sur le long terme. Cette initiative individuelle peut pâtir d’une image opportuniste d’un consultant aux vocations plus commerciales que fédératrices. La pérennité du service permettra de voir si la synergie des compétences souhaitée positionne le site comme portail de référence sur la thèmatique du "travail collaboratif" A travers le peu de contributions communautaires visibles, on pointe du doigt les difficultés réelles à constituer une communauté élargie : crédibilité de l’action, histoire de vie partagée, motivation individuelle et collective, objectifs communs, temps d’investissement, comportement altruiste, culture réseautée, retour escompté... L’outil existe, il ne manque plus que les e-collaborateurs...

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné