Articles

Se réorienter à tout âge

De la formation au lycée, au travail et jusqu'à l'après burn out...

Par Julie Trevily , le 14 décembre 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 13 mai 2016

Qu'il s'agisse d'une réorientation voulue ou bien suite à un échec scolaire, il est toujours possible de rebondir pour repartir du bon pied.

Se réorienter à la fac

On croise fréquemment des jeunes sortis de l'université sans diplôme. Ils sont même 20% dans ce cas. Ce sont le plus souvent des étudiants qui travaillent, mais qui ne sont pas à leur place : mauvais cursus, décalage de niveau, déception face aux apprentissages... Certains partent travailler, d'autres reprendront leurs études par la suite, quand ils se connaîtront un peu mieux.

Plusieurs universités ont ainsi mis en place, comme à Paris X avec le CREFOP (Centre de Relations avec les Entreprises et de la Formation Permanente) ou l'Université de Bretagne-Occidentale qui a créé O2 (Objectif Orientation). Le premier essaye de prévenir le décrochage, tandis que le second propose des accompagnements dans le choix d'une nouvelle filière. enfin, le "BTS en 18 mois" permet aux étudiants de reprendre une filière courte au mois de mars, afin de ne pas perdre une année entière. Il est aussi possible de faire une prépa aux cursus scientifiques à Orsay pour combler les manques en matières scientifiques pour les littéraires souhaitant faire des études en médecine, écoles d'ingénieur etc.

Changer de domaine après le bac

Ce n'est pas parce qu'on a choisi de faire un bac S pour se garder le maximum de portes ouvertes, qu'on est obligé de travailler dans le domaine des sciences dures jusqu'à la fin de ses jours, loin de là. Il est fort possible de suivre un cursus d'excellence en littéraire. La preuve en est que la prépa A/L, autrement appelée hypokâgne, reçoit fréquemment des bacheliers scientifiques dans ses rangs.

Ce qui compte n'est pas tant le niveau à l'entrée mais la capacité à absorber les connaissaces en histoire et philo, matières souvent délaissées en terminale, mais parfois très appréciées par certains étudiants. En deuxième année, le retard est souvent gommé et les débouchés multiples. L'autre solution, la prépa B/L accueille aussi des jeunes issus des séries S qui aiment le littéraire mais avaient un bon niveau en sciences dures.

Et après le burn out

Il n'y pas que les jeunes qui ont besoin de se trouver une nouvelle voie. De plus en plus d'actifs se réorientent après un burn out. Certains vont revenir au même poste, dans une plus petite équipe, d'autres vont complètement modifier leur vie professionnelle. Ainsi, on trouve des exemples d'anciens managers de grandes sociétés partis travailler dans le bio après 13 ans d'expérience. Pour y parvenir, il faut commencer par respecter des étapes, comme le renoncement au passé pour s'investir dans l'avenir, prendre son temps ou encore parler aux bonnes personnes. Ensuite tout est possible.

La réorientation fait partie désormais de l'existence de chacun. Fini le temps où on rentrait dans une filière pour ne plus jamais en sortir avant la retraite.

Crédit : iceink (shutterstock)


Références

L'étudiant : Des initiatives pour aider au raccrochage - I Maradan et E Vaillant

L'étudiant : La prépa littéraire après un bac S c'est possible - T Fourquet

Studyrama : Les prépas ENS lettres

Blog sur les prépas B/L 

Onisep : faire des études scientifiques sans le bac S

L'obs : comment rebondir après un burn out?

Cap Cohérence : pour réussir sa reconversion

L'Express : 7 conseils poru se reconstruire après un burn out - Marie-Pierre Nogues-LEdru

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné