Articles

Sensibiliser aux économies d'énergie... oui, mais comment ?

Attirer l'attention - élaborer une réflexion - donner du pouvoir aux utilisateurs

Par Frédéric Duriez , le 11 janvier 2016 | Dernière mise à jour de l'article le 18 janvier 2016

Les actions de communication pour nous sensibiliser aux questions d'environnement se multiplient jusqu'à saturation... Comment continuer à en parler ? Comment attirer l'attention sur ces questions malgré l'effet de lassitude ?

Certains optent pour la provocation ou le détournement de messages publicitaires, d'autres montrent par le théâtre qu'il est possible de débattre autrement de ces questions.

D'autres encore donnent aux personnes en difficulté les moyens de réduire leur consommation. Cet article est un panorama de quelques approches passionnantes ou étonnantes !

synthèse communication sur l'environnement

 

 Les ours sont des communicants peu efficaces

Pour illustrer le réchauffement climatique, l'ours blanc est incontournable. Seul et triste sur une plaque de glace trop petite pour lui, il ne parvient cependant plus à nous émouvoir.

L'effet des centaines de photos d'ours blancs que nous voyons chaque année est limité. Les paparazzis qui se planquent dans des igloos pour avoir la photo la plus émouvante vont pouvoir retourner chez eux, près de leur cheminée.

un ours sur la banquise sirotte

L'image attire l'attention, mais l'éloignement géographique de la situation présentée ne permet pas de s'identifier, ou de se sentir concerné. Les journalistes le savent : l'intérêt que l'on porte à un événement décroit de manière proportionnelle à la distance qui nous en sépare.

Les images sont jolies, rafraîchissantes et donc pas si déplaisantes. Pour répondre aux demandes des chaînes de télévision et des magazines, on a développé une vision très esthétique de la destruction de la planète. Certains se sont fait une spécialité du tour en avion ou en hélicoptère pour nous expliquer les désastres de la pollution par les hydrocarbures...

Le lien de causalité entre notre action au quotidien (fermer la lumière, éviter de prendre sa voiture...) et la survie des ours apparaît très réduit et incertain.  Notre responsabilité se noie dans la responsabilité de centaines de millions d'autres personnes. Alors pourquoi agir ou changer ses comportements ?

André Gunthert, dont on ne saurait trop conseiller le blog, montre que les communications plus concrètes, qui présentent des impacts chiffrés et des données factuelles, ont plus d'efficacité.

La pression sur les marques

Les Climategames proposent d'attirer l'attention par des actes de désobéissance ludiques, non-violents et imaginatifs, voire artistiques. La 27ème région en présente le principe tandis qu'une carte récapitule les plus de trois cents initiatives liées à la Cop 21.

Ainsi, la Team Cooperide a souhaité attirer l'attention sur les mensonges d'une entreprise automobile. Il s'agit d'un groupe scandinave venu à bicyclette de Copenhague jusqu'à Paris. Ils ont investi en grand nombre le local d'un concessionnaire de la marque et ont utilisé une technique de communication bien plus ancienne que les écoles de marketing...

Ils ont présenté leurs parties les plus charnues en vitrine, après y avoir tracé les lettre d'un message sans ambiguïté. Filmé et diffusé sur les réseaux sociaux, ce genre d'action fait souvent parler. Mais cela permet-il de changer les comportements ?

brandalism

D'autres choisissent de dénoncer en argumentant de manière plus construite. Mais les discours sur les excès des entreprises ne portent pas vraiment. La pression médiatique s'essoufle vite après un scandale. Un constructeur automobile organise une fraude aux tests de pollution à grande échelle ? On en parle quelques semaines à peine. Et on oublie. 

La presse ne veut pas mettre en difficulté ses annonceurs, et la puissance publicitaire des entreprises a vite fait d'étouffer les messages qui ne vont pas dans le sens du positionnement de la marque.

Brandalism se propose de détourner des publicités, ou d'utiliser le langage des annonceurs pour mieux les dénoncer. En parodiant le style et le graphisme des messages officiels, en investissant les lieux où ces messages apparaissent, comme les abribus, ils créent une confusion de quelques secondes, qui met en perspective le cynisme des publicités traditionnelles. "On est désolé de s'être fait prendre", dit la fausse affiche d'un fabricant d'automobiles convaincu d'avoir truqué ses véhicules pour obtenir de bons résultats aux tests de pollution. "S'occuper du changement climatique ? Vous n'y pensez-pas, nous sommes une compagnie aérienne !" nous dit une hôtesse de l'air...

brandalism air france

Vous pourrez voir quelques exemples de ces campagnes d'affichage de "brandalism" en cliquant sur ce lien.

Transformer le débat

Bruno Latour et Laurence Tubiana ont organisé une action plus construite. Pendant 3 jours, 208 étudiants ont investi le théâtre des Amandiers, en banlieue parisienne. Ces étudiants étaient inscrits dans le programme SPEAP, Sciences Po Ecole des arts politiques Ils ont reçu une formation d'acteur, ont appris à adopter des postures et une gestuelle de politique.

Par groupe de 5, ces étudiants venus d'une vingtaine de pays ont constitué des délégations différentes de celles de la Cop 21. Il ne s'agissait pas de représenter des états, mais des intérêts plus réels, quoique moins audibles. L'Arctique, l'Antarctique, les espèces en voie de disparition, les océans, les forêts, Internet... Ils ont pu ainsi faire émerger les problématiques réelles et ne pas reproduire les échecs de toutes les conférences internationales précédentes.

Les discussions, les débats sont mis en scène grâce à un mobilier construit par Raumlabor, en Allemagne. Les tables se transforment tour à tour en pancarte ou en visuels, pour présenter les conclusions d'un groupe. L'ensemble est filmé, enregistré, et chroniqué sur une radio interne.

Bruno Latour - cop 21

La dynamique de l'empowerment

Faire débattre, créer des affiches et rédiger des rapports ne sont pas des choses inutiles. Mais dans une approche plus concrète, il faut aussi donner à ceux qui installent les équipements des repères, et les aider à développer des savoir faire.

Certaines associations et des collectivités territoriales ont ainsi proposé des ateliers aux personnes qui rencontrent des difficultés pour régler leurs charges de chauffage. Traditionnellement, l'aide consistait à régler une partie de la facture, et à solvabiliser ainsi la famille en difficulté. 

Mais depuis quelques années, associations et collectivités locales proposent aussi des ateliers de sensibilisation à la gestion de l'énergie. Les participants apprennent à suivre leur consommation, et à installer de petits équipements susceptibles de la réduire. La différence est de taille. Les personnes en difficulté ne sont plus confinées dans un rôle de personnes aidées, en attente d'un secours. Elles sont actrices, elles déploient des idées, elles échangent, elles partagent, elles font avancer le collectif. Le centre communal d'action sociale du Creusot, en France, a proposé une action de ce type.

 Illustrations : Frédéric Duriez

Ressources

Citylab.com : "Artists Hack 600 Paris Billboards With Climate Messages for COP21" consulté le 23 décembre 2015
http://www.citylab.com/design/2015/11/cop21-paris-climate-billboard-artist-volkswagen-brandalism/417897/

La 27ème région "Le théâtre des négociations, ou comment ré-inventer la COP 21, consulté le 20 décembre 2015
http://www.la27eregion.fr/le-theatre-des-negociations-ou-comment-reverinventer-la-cop-21/

Climategames consulté le 3 janvier 2016
https://www.climategames.net/fr/home

André Gunthert - "Réchauffement climatique, des images impuissantes" consulté le 20 décembre 2015 - 
http://imagesociale.fr/2454

Campus responsable - site consulté le 23 décembre 2015 : 
http://www.campusresponsables.com

UNCCAS - Opération kit énergie solidaire - consulté le 23 décembre 2015
http://www.unccas.eu/banque/default.asp?id=1028

et pour un exemple plus technique:
 http://www.campusresponsables.com/sites/default/files/ressources/guide_methodologique_danalyse_et_de_reduction_des_consommations_deau_dans_les_etablissement_tertiaires-4.pdf

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné