Articles

La révolution énergétique essentielle en agriculture

Comment le secteur agricole peut se servir des nouvelles technologies pour générer et consommer une énergie propre

Par Alexandre Roberge , le 10 janvier 2016 | Dernière mise à jour de l'article le 18 janvier 2016

L'accumulation des activités humaines a des effets sur la planète. La plupart des secteurs économiques et vitaux des sociétés exigent de l'énergie. Or, de nombreuses méthodes de consommation d'énergie sont polluantes et ont des effets néfastes sur la nature. Parmi les activités humaines énergivores, il y en a une qui doit se moderniser dans ses besoins énergétiques : l'agriculture.

Tout le monde mange

Le milieu agricole serait responsable d'au moins 14% des émissions mondiales humaines. Le retournement des sols crève des puits de carbone qui participent au largage de dioxyde dans l'air. Ce calcul ne prend même pas en compte la pollution liée à la mécanisation, au transport des marchandises, à la congélation et à la déforestation faite pour créer des terres cultivables.

Une situation qui ne semble pas s'être améliorée, malgré la conscientisation environnementale des dernières années. Par exemple, en Suisse, les demandes énergétiques du domaine agricole n'ont pas diminué, semblables à celles des années 1990. Au point où bien des organismes demandaient à ce que le milieu agricole soit abordé dans les discussions de la Conférence de Paris.

D'autant plus que l'agriculture est prise entre deux feux : d'un côté, elle a de grands besoins énergétiques avec une demande de produits grandissante et, de l'autre, elle est la première industrie à souffrir des conséquences des changements climatiques. Désertification, inondations, températures extrêmes… Tout cela a un impact direct sur les récoltes. En fait, des scénarios ont déjà prévu une baisse de 20 à 50% de la production céréalière mondiale si les mesures d'adaptation ne sont pas prises d'ici 2050.

Des solutions dans la cour des cultivateurs

Pourtant, il y a de l'espoir et des solutions qui peuvent être mises en place. Cela exige toutefois de modifier certaines pratiques qui existent depuis des décennies et d'enseigner aux futurs agriculteurs de nouvelles approches plus vertes.

Évidemment, une grande partie de la solution passe par l'usage d'énergies renouvelables. L'agriculture aura toujours un grand besoin d'énergie, toutefois, il faut trouver le moyen d'éviter celles non renouvelables qui sont les plus polluantes. Heureusement, des entreprises et des fermiers travaillent main dans la main à chercher des solutions.

Par exemple, sur l'île de la Réunion, un entrepreneur a travaillé sur des fermes dans l'idée d'utiliser des sources d'énergie renouvelables. Toutefois, hors de question pour les fermiers de sacrifier un lopin de terre pour des panneaux solaires. Ceux-ci se retrouvent alors à surplomber la plantation, créant une serre photovoltaïque, qui plus est, protège la culture des cyclones.

Il y a aussi une nouvelle approche qui intéresse de plus en plus certains agriculteurs et chercheurs en énergie : la méthanisation. En effet, la culture et, surtout, l'élevage d'animaux crée des tonnes de déchets organiques. Près de 150 millions de tonnes, en fait, composés entre autres d'excréments animaux ou de substrats végétaux. Et si ces résidus, au lieu de pourrir sous terre, pouvaient servir à alimenter les fermes en énergie? C'est ce que croient de plus en plus d'organisations qui travaillent à fournir aux agriculteurs des méthaniseurs. Cependant, ce type d'installation n'est pas donnée et il s'agit d'un investissement risqué.

Toutefois, au niveau environnemental, ce type de production d'énergie est probablement une des plus propres et des plus avantageuses. Elle permet la production d'un biogaz qui filtré donne une électricité beaucoup plus propre qu'avec les combustibles fossiles. Pour les agriculteurs, il s'agit d'un tracas de moins puisqu'il n'y a plus les coûts associés au fait de se débarrasser de cette masse importante de déchets. Il ne s'agit pas d'une solution parfaite, mais elle a un potentiel réel de diminuer l'émission de gaz à effet de serre.

L'agriculture est essentielle à nos vies. Bien que polluante, elle doit continuer ses activités. Toutefois, rien n'empêche les milieux agricoles et les chercheurs de trouver des solutions pour diminuer considérablement son empreinte écologique.

Illustration : Phillip Rubino, shutterstock

Références :

"Agriculture Et énergie : Méthanisation Des Déchets Agricoles." IRSTEA. Consulté le 6 janvier 2016. http://www.irstea.fr/nos-editions/dossiers/innovation-agriculture-performante-durable/energie-dechets-agricoles.

Bardou, Florian. "Fumier, Substrats Végétaux… De Plus En Plus D’agriculteurs Recyclent Leurs Déchets Pour Produire De L’énergie." Metronews. Dernière mise à jour : 28 décembre 2015. http://www.metronews.fr/info/fumier-substrats-vegetaux-de-plus-en-plus-d-agriculteurs-recyclent-leurs-dechets-pour-produire-de-l-energie/molB!9c9d9CWC9tijw/.

Jacquemot, Pierre. "Pourquoi Les Enjeux Agricoles Doivent être Au Centre De La COP 21." IRIS. Dernière mise à jour : 30 novembre 2015. http://www.iris-france.org/67538-pourquoi-les-enjeux-agricoles-doivent-etre-au-centre-de-la-cop-21/.

"L'agriculture Suisse Consomme Autant D'énergie Que Dans Les Années 90." Rts.ch. Dernière mise à jour : 24 février 2015. http://www.rts.ch/info/suisse/6568103-l-agriculture-suisse-consomme-autant-d-energie-que-dans-les-annees-90.html.

"Marier énergies Renouvelables Et Agriculture." Futuremag. Dernière mise à jour : 27 novembre 2015. http://www.arte.tv/magazine/futuremag/fr/marier-energies-renouvelables-et-agriculture-futuremag.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné