Articles

Les précurseurs de la laïcité et de la mixité, Ferdinand Buisson et Paul Robin

Activer le libre arbitre

Par Julie Trevily , le 03 mai 2016 | Dernière mise à jour de l'article le 09 mai 2016

L’éducation est un domaine particulièrement sujet à la réflexion et à l’amélioration. Parfois brutales et parfois trop douces, les mesures qui sont prises dans le cadre de l’éducation de nos enfants sont souvent critiqués car, en cas d’échec, les conséquences peuvent être lourdes.

Pourtant d’aucuns proposent au fil du temps des avancées parfois majeures, mais qui nécessitent du temps pour coller aux préoccupations et mentalités du moment.

Ferdinand Buisson ou l’éducation laïque et morale

C’est un intellectuel, philosophe et homme politique qui va recevoir le prix Nobel de la paix en 1927 avec Ludwig Quiddle. Cet homme d’ouverture est aussi co-fondateur de la ligue des droits de l’homme et un farouche défenseur des droits de la femme. On le connaît dans l’éducation car il fut directeur de l’enseignement primaire à la demande de Jules Ferry.

Ferdinand Buisson posera de nombreux jalons de ce qui est devenu aujourd’hui le système éducatif français. Ainsi, il prône une éducation laïque, mais fondée sur la différence entre bien et mal, comme dans la religion catholique. Ses leçons de morale sont un pavé dans la mare : il montre ainsi ce qu’apporte la capacité des enfants à appréhender les deux notions pour agir et choisir en conscience. Il décline ainsi les effets de la morale sur le corps, l’esprit, le cœur, le caractère, la société ou le civisme. Cela n’est pas sans faire écho à la volonté de l’Education Morale et Civique qui souhaite réactiver le libre arbitre de nos jeunes.

Les caractères mixte et laïc de l’école française aujourd’hui nous semblent très naturels mais ils sont en réalité le résultat de nombreuses tentatives dont la principale est à imputer au travail de deux hommes : Ferdinand  Buisson et Paul Robin.

Touts deux se rencontrèrent autour de l’orphelinat de Cempuis, mis en place par Joseph Gabriel Prevost. A la mort de ce dernier, Ferdinand Buisson est exécuteur testamentaire en charge de trouver un nouveau responsable pour l’orphelinat, dans le respect des principes avant-gardistes du philanthrope qui veut en faire une école mixte et laïque. Cet établissement précurseur pose un certain nombre de principes qui sont toujours très actuels en 2016. 

Paul Robin, vers une  éducation mixte et laïque

Au cours de ses activités, Ferdinand Buisson rencontre Paul Robin, un libre penseur qui déclenche de vives réactions quant à sa volonté de bousculer l’éducation en France. Les deux hommes vont collaborer au travers du dictionnaire de pédagogie et d’instruction publique lancé par Ferdinand Buisson qui y écrit plusieurs articles dès 1882. Les axes pédagogiques favorisés par Paul Robin attirent l’attention de Ferdinand Buisson qui ui propose la direction de Cempuis.

Ce qui avait dérangé dans sa pratique pédagogique jusque là devient un atout pour l’orphelinat. Education physique, sorties pédagogiques, travail manuel etc. vont devenir des outils très utilisés au quotidien, tandis que la mixité qu’il prônait à la plus grande horreur de certains devient le fer de lance de son établissement. C’est ainsi que va naître l’Enseignement intégral, qui se compose de l’instruction intégrale (apprentissage) et l’éducation intégrale (mode de réception des connaissances).

A l’orphelinat, les jeunes de 4 à 16 ans se rassemblent pour travailler de manière mixte, libre et fortement orientée vers la pratique. Ces axes qui sont au goût du jour en 2016, déclenchent de très violentes réactions et l’hostilité prend toute sa force quand le président Carnot est assassiné. Paul Robin se retire du devant de la scène et le projet es abandonné vers le milieu des années 1880. 

Pour autant, cela n’empêchera pas la mixité scolaire de se mettre en place à partir de 1950. Elle est d’abord uniquement liée à la cohabitation  des deux sexes, puis en 1990, sa sémantique renvoie aussi bien à la culture, à la religion ou à l’espace. 

Crédits photos : Museum of Hartlepool / Flickr

Références

Ferdinand Buisson - Prix Nobel de la paix
http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/peace/laureates/1927/buisson-bio.html

Gallica - Site de la BnF - Ferdinand Buisson "leçons de morale"
http://gallica.bnf.fr/services/engine/search/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&collapsing=disabled&query=%28gallica%20all%20%22le%C3%A7on%20de%20morale%20Ferdinand%20buisson%22%29%20and%20dc.relation%20all%20%22cb31888598d%22

Une histoire de la mixité - Geneviève Pezeu - cahiers pédagogiques - n°487 - "Dossier filles et garçons à l'école"
http://www.cahiers-pedagogiques.com/Une-histoire-de-la-mixite

Encyclopédie de Picardie - Paul Robin et l'orphelinat de Cempuis
http://www.encyclopedie.picardie.fr/Robin-Paul.html

BENP n°44 - Institut collaboratif de l'école moderne - Paul Robin éducateur
http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/11167

L'éducation intégrale - Michel Violet 
http://www.lecture.org/revues_livres/actes_lectures/AL/AL112/AL112_p021.pdf

Institut français de l'éducation
http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné