Articles

La direction d'école négative, par l'exemple

Heureusement, on peut toujours s'améliorer.

Par Denis Cristol , le 08 mai 2016 | Dernière mise à jour de l'article le 16 mai 2016

Photo Credit: Aldor Via Foter.com / CC BY-NC-ND

En éducation, il nous arrive de rencontrer des tricheurs aux examens, des élèves qui recopient les notes ou les devoirs des autres, s’approprient des textes et des idées à peine dégrossies sur internet, se cachent dans les groupes de travail mais ne produisent rien...

Il est aussi possible de relever des professeurs qui ne revoient jamais leurs cours et le répètent indéfiniment pendant des années ou bien qui lisent et corrigent vaguement les devoirs sans se forcer à apporter un jugement qualitatif, ne prennent aucune initiative et se plaignent des programmes trop lourds, ou pas assez précis.

Il y a des parents d’élève qui confient leurs enfants à une institution scolaire puis s’en désintéressent mais qui râlent au moindre prétexte. On peut aussi regarder de près le personnel administratif et les dirigeants des écoles, lycées, collèges ou universités qui peuvent faire la différence dans l'atteinte des visées éducatives mais qui l'oublient.

Il n’y a rien de plus facile que d’être un parasite quand on est le dirigeant d’un organisme de formation. La mission qui l'anime devrait être portée par une vocation profonde, celle d’aider à faire société, à agir et apprendre ensemble. Or, les dirigeants et leaders éducatifs  peuvent aussi s’organiser pour que l’idéal pédagogique ne trouble en aucune façon leur confort.

En voici 10 exemples :

  1. L'administrateur orthodoxe

    Le dirigeant ou manager éducatif peut simplement gérer. Il établit des procédures de gestion pour régler l’entretien, le ménage, les allers et venues, la sécurité dans les bâtiments.

    Il pose un tel nombre de contraintes protectrices, que son confort personnel est mis en péril dès qu’une activité pédagogique nécessite de déroger à la règle; cela devient un parcours du combattant pour les éducateurs et formateurs. Un peu le cas de Coluche dans le film « Le maître d’école ».
     
  2. Le craintif

    Son manque de courage managérial le caractérise. Quand un professeur, un enseignant, un formateur réalise imparfaitement sa mission (absence, faible attention aux apprenants, support pédagogique de faible qualité, etc.), il préfère parfois ne rien dire plutôt que d’affronter une situation de recadrage pénible.  Il attend que cela se passe et que le départ à la retraite résolve le problème. Ou pire, il accélère la promotion du mauvais élément hors de son périmètre pour ne pas avoir à le gérer.

  3. Le submergé

    Il refuse de prendre des initiatives et se réfugie derrière des textes de lois ou l’obligation de respecter un programme pour écarter de lui toute possibilité de coller à la situation réelle dans laquelle est plongée son établissement.  Il incrimine alors les autres, et se laisse porter par les initiatives des plus actifs.
     
  4. Le vaniteux

    Le dirigeant éducatif peut aussi, faire valoir ses privilèges hiérarchiques. Il  s’arroge alors tous les nouveaux équipements technologiques et en fait des objets de statut social plutôt que des instruments éducatifs. Il profite de sa situation pour briller en société avec sa nouvelle tablette numérique ou sa nouvelle salle de vidéo-conférence, plutôt que d’en faciliter l’appropriation aux équipes sur le terrain.
     
  5. Le gardien du statu quo

    Le parasitisme d’un leader éducatif s’exprime parfois par le recrutement de professeurs ou formateurs dociles qui ne remettront pas l’ordre établi en place, ou bien les choix pédagogiques en vigueur.

    Le recrutement de flatteurs, ou de personnes issues de la même école d’origine du dirigeant provoque des risques de faible esprit critique et de reproduction de comportements moutonniers généralisés. Dans le film Le cercle des poètes disparus, le professeur hors norme est rejeté, par des dirigeants qui ne se posent pas de question.
     
  6. L'arbitraire

    Le favoritisme est l’apanage des managers éducatifs qui vont user de leur pouvoir pour influencer la marche de leur organisation dans le sens de leur intérêt plutôt que dans celui de leur école ou organisme de formation. Il s’exprime par des libéralités données aux uns et un surcroit de contrainte chargeant les autres. Ils n’hésitent à aucun moment à supprimer toute personne de l’organisation s’opposant à son pouvoir en lui délégant des missions subalternes ou de faible intérêt, ou en favorisant son départ.
     
  7. L'opportuniste

    Le leader éducatif peut aussi, quand bien même il l’aurait empêché et combattu de toute la rigueur de sa capacité administrative, s’octroyer le bénéfice d’un résultat pédagogique, d’un professeur ou d’un formateur en faisant valoir les mérites d’une école qu’il dirige si bien. Rappelez-vous du film Les Choristes, au sein duquel la chorale manque d’être interdite et devient l’objet de gloire du dirigeant.
     
  8. Le taureau obèse

    Le leader éducatif peut par ses talents financiers vivre et faire vivre son école par un ensemble de subsides payés par la communauté. Il demande toujours plus d’argent, il élabore un marketing sophistiqué pour rendre la réputation de son établissement attrayante (école privée, école de commerce, business-school etc.).

    ll exige en retour des frais d’inscriptions astronomiques. Quand le talent financier devient une rente, le coût des études continue de progresser mais la qualité n’est pas toujours au rendez-vous.
     
  9. Le compréhensif

    Le contrat de parasitisme peut aussi être passé entre le représentant de l’école et les familles. Il s’agit de payer le diplôme. Dans le film Les sous doués passent le bac, la directrice est prête à tout pour augmenter ses résultats et faire que des cancres réussissent.
     
  10. Le charmeur

    Un cas de parasitisme institutionnel est aussi observable quand celle-co s’arroge les meilleurs cerveaux et rejette les élèves jugés médiocres de leur enceinte. Ces institutions draguent les élèves à fort potentiel et se faisant assèchent sans vergogne les réservoirs de bons élèves d’autres établissements qui finissent par rencontrer des difficultés sévères.
      

Bien sûr le directeur d’école peut comme dans la série Harry Potter avoir un rôle positif, le professeur Dumbledore est un des rares personnages de fiction dirigeant une institution éducative à jouer un rôle de développement de chacun de ses élèves.

Quand dans la filmographie  la plupart du temps les dirigeants  sont vus comme des gêneurs du développement des aspirations pédagogiques, on peut se remémorer que leur rôle de construction d’une ambiance et de moyen d’étude est essentiel, même quand ils sont dans l’ombre des missions les plus visibles.

Un regard positif est toujours possible pour un vrai leadership éducatif :

Leadership et changements éducatifs - Dossier de veille de l'IFÉ - Marie Gaussel
http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=24&lang=fr

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné