Articles

Projets de fin d'année linguistique, version 2.0

Valoriser l’implication des étudiants en langue

Par Sandrine Benard , le 21 juin 2016 | Dernière mise à jour de l'article le 15 août 2016

Ah, bientôt l’été. Ça sent bon les vacances ! Eh oui, on a beau être professeur et ne plus avoir à se trouver de l’autre côté de la classe, pour nous aussi, ça fait du bien ! Mais que penser de nos chers étudiants qui, tout au long de l’année, ou de leurs sessions ont sué sang et larmes dans l’objectif ultime d’apprendre une langue ?

Certes, nous avons bien travaillé, mais eux, encore plus. Et quoi de mieux de concrétiser cette fin d’année scolaire que de le faire en mettant en pratique tout le savoir acquis pendant une année ? Comment ? Plusieurs possibilités s’offrent aux enseignants afin de valoriser l’implication des étudiants en langue. Petit tour d’horizon…

Le livre des finissants version 2.0

La première consécration est une tradition typiquement nord-américaine. Personnellement, je ne l’avais vue que dans les films et je me demandais même si cela se faisait réellement… et quelle ne fut pas me surprise, alors que je n’étais encore que monitrice en francisation, que de me faire réclamer par le professeur de réaliser, pour la fin de session, un livre des finissants. C’était donc vrai !

Ok, pas de problème, ma connaissance cinématographique n’allait pourtant pas suffire et j’ai donc décidé d’innover un peu cette tradition en la mettant au goût des apprenants de français. Pour détailler un peu ma technique, environ un mois avant la fin des classes, chaque étudiant devait répondre à de courtes questions afin de compléter sa propre page personnelle du livre.

Au menu, outre une petite présentation personnelle rapide, l’étudiant devait revenir sur son parcours de formation dans la langue apprise et parler de ses (bons et mauvais) souvenirs en classe, donner des anecdotes, parler des visites et des activités… bref, se remémorer toute sa session d’apprentissage. Un bon moyen de mettre en pratique ces mois d’études, mais dans une ambiance décontractée et à vocation ludique.

Normalement, si on voulait rester traditionnel à 100%, on conserverait le support papier, c’est d’ailleurs ce que j’ai fait avec mes premières sessions. Sympathique, agréable à feuilleter, ces petits livres d’une vingtaine de pages (une par étudiant, sans oublier celles des professeurs et animateurs, mais aussi des annexes avec des photos de classe) demandaient toutefois beaucoup de papier ! Or, avec le temps et les préoccupations environnementales, mais aussi et surtout avec le développement des nouvelles technologies, un tournant semblait devoir être pris. Radicalement. Je décidais donc d’innover et de passer au « livre des finissants, version 2.0», comprenez par là, tout en numérique !

Dans la pratique, il suffisait juste d’avoir un compte Google, qui offrait toutes les ressources nécessaires – et gratuites - à ce projet : un blog (Blogger, très simple et très intuitif à utiliser), une chaîne YouTube et un compte Picasa. Avec ces trois éléments, on pouvait aisément monter un vrai livre de finissants online et multimédia.

Or, il s’est avéré que le fait d’utiliser des supports multimédias comme des enregistrements audio (avec le logiciel Audacity), des diaporamas photos intégrés (avec le programme Picasa –aujourd’hui appelé Google Photos), voire des vidéos (avec YouTube) motivaient particulièrement les apprenants et leur donnaient envie de bien faire, afin de pouvoir garder une petite trace de leur passage à l’école de langues et surtout se remémorer les bons moments de la vie en classe, sans oublier aussi les bons ami(e)s qu’ils ont pu s’y faire.

Le spectacle de fin d'année

Là encore, sûrement un gros cliché, mais ô combien apprécié des étudiants, le fameux spectacle de fin d’année. Qu’il soit en hiver ou en été, il a toujours autant de succès. Au travers de mes différentes sessions, j’ai pu assister à ces deux types de manifestations et on sentait vraiment que les étudiants en jouissaient pleinement. C’était « leur » moment.

Avec mes étudiants, comme ils étaient tous de nouveaux arrivants, la culture du pays leur échappait ou du moins, ne leur était pas familière. Quoi de mieux donc que de leur permettre de s’y intégrer tout en y incorporant des éléments appris tout au long de l’année ?

En effet, l’objectif de nos cours de francisation est bien évidemment d’enseigner le français, mais aussi de permettre à l’apprenant de pouvoir se débrouiller dans des situations de la vie de tous les jours, tout en favorisant son intégration socio-culturelle dans sa nouvelle société d’accueil. Or, la vie festive en fait partie… surtout en Amérique du Nord où la culture des fêtes de fin d’année de Noël et du jour de l’an ont une si grande place. Alors, que faire ? Déjà, découvrir les traditions de Noël en contexte : comment s’y prépare-t-on, que mange-t-on, que fait-on, comment fête-t-on… ?

Ici, avouons-le, l’objectif est surtout de célébrer ce grand moment avant les vacances, donc, donnons du plaisir à nos étudiants et faisons-les chanter ! Le grand classique qui fonctionnait à merveille avec les miens était « Vive le vent », en version un peu country, qui collait bien avec le style musical québécois typique. On pratiquait beaucoup cette chanson en classe et le grand jour, on la chantait sur scène, devant toute l’école, coiffés de somptueux bonnets de Père-Noël, avec derrière nous un grand écran qui faisait également office de karaoké !

Pour ponctuer cette petite chanson, chacun des étudiants de nationalité différente se présentait tout en avant des autres pour souhaiter un « Joyeux Noël et une bonne année » dans sa langue d’origine. Ça marche à tous les coups et chacun est touché ! S’intégrer oui, découvrir la culture des autres, aussi !

Finalement

Que ce soit par un livre de finissants, un spectacle de fin d’année, une représentation élaborée tout au long de la session (j’ai un souvenir mémorable de mes étudiants de l’école de langues de l’Université Laval qui avaient comme option le théâtre et qui, en seulement 4 semaines, ont réussi à monter une petite pièce de théâtre tout en français !)... les occasions ne manquent pas de mettre en valeur ce que les étudiants ont appris pendant leur formation linguistique.

Et pour nous, professeurs, les voir s’épanouir, dans une consécration ultime avant de leur dire au revoir, c’est le plus beau cadeau qu’ils puissent nous faire : nous montrer qu’ils sont maintenant capables d’utiliser cette langue qu’ils convoitaient tant… 

Illustrations - Chants de Noël à l’école de langues de l’Université Laval (Québec)
Blogger - Saisie d'écran
Spectacle de théâtre des étudiants du Cégep Ste-Foy (Québec)

Reférences

Blogger (service Blog de Google) : https://www.blogger.com/
Google Photos (ex Picasa) : https://photos.google.com

 

 

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné