Articles

Approches pédagogiques et décalages poétiques

Comme stimulant créatif, dérailleur de la logique attendue

Par Denis Cristol , le 11 juillet 2016 | Dernière mise à jour de l'article le 15 août 2016

La poétique désigne l'étude et la théorisation de la création artistique. Le mot poétique vient du grec poiesis, « créer ».  

La poétique  est régulièrement utilisée en formation comme moyen de décalage de la pensée, de développement personnel, par petite touche, ou sous la forme de composition élaborée. Elle permet, en revenant à des choses simples, de se former à l’expression, d’explorer le monde, d’expérimenter l’intelligence collective, de mobiliser les corps et les sens  mais aussi à s’ouvrir à l’art.

Formation à l’expression

Dans la création de texte puissant et concis on connait les Haikus, composition de  micro-poésie qui aident à s’exprimer et à maîtriser plus finement le langage. Il existe des règles pour composer des haikus percutants.

Mais la création poétique peut aussi passer par l’expérimentation, l’entrainement sur un texte de Queneau ou d’un texte de Cyrano de Bergerac sur la diction ou de Racine sur la pose de la voix. Se laisser emporter par des grands textes recèle une puissance qui connecte à l’âme. Il est aussi possible d’apprendre à se décaler dans sa propre histoire de vie par la rédaction du conte du voyage du héros qui utilise tous les motifs symboles et métaphores nous mettant poétiquement en scène. La formation à l’expression poétique peut aussi passer par l’expérience de la peinture libre et contemporaine.

Olivier Whal s’efforce de faire découvrir le gisement poétique qui git en chacun de nous et aide à développer sa résilience pour faire face aux transformations et changements du monde. Olivier vous dit simplement regarde en dedans de toi et laisse peindre chacun sans chercher à produire une forme déjà connue. Le rôle de l’art est perçu par les écoles de commerce qui cherchent à ouvrir la sensibilité de leurs étudiants par exemple avec le projet  Projet artitude .

Le lien entre art et innovation poursuit ici des visées de création de nouvelles valeurs.

Exploration et prise en compte du monde

L'approche poétique urbaine «  Dérive dans la ville » propose un principe simple : chaque participant se voit remettre une somme de 10 euros et une question : que faire avec 10 euros ? Cette expérimentation imaginée par le Centre d’Innovation et de Recherche Pédagogique de Paris pousse chacun à se retrouver seul avec lui-même et imaginer son propre pouvoir d’engagement créatif au sein d’une ville.  

De retour de leur expédition, chacun est invité à partager en groupe sur sa dérive créative, ses ressentis, ses émotions, la façon dont il a porté un regard sur la ville.  L’exploration poétique peut aussi se produire en créant une œuvre plastique à partir de tout ce qui est disponible dans une salle de cours hormis, les stylos, la peinture, les feutres et le papier, juste en utilisant la poussière au sol, les rebus des poubelles ou en assemblant différemment les corps.

La contrainte oblige la créativité. La création prend un sens différent lorsqu’un rendez vous est donnée à un groupe de stagiaire au cœur de la nuit. Les ombres, les formes et les lumières prennent une autre densité et ouvrent à d’autres possibilités et découvertes. A moins que l’on ne suive les propositions de René Barbier qui cherche à métaphoriser sa perception du monde par le développement d’une écoute mytho poétique.

Intelligence collective

On se souvient des artistes surréalistes Français qui se retrouvaient au café de Flore et griboullait leurs idées, dessins, pamphlets sur des nappes de papier. Ce souvenir nous inspire deux pratiques. Tout d’abord le cadavre exquis ou chacun écrit le début d’une phrase, plie sa feuille de papier et laisse un autre compléter et plier jusqu’à ce que chacun ait écrit son bout de texte et qu’à la lecture finale une poésie surréaliste se dégage, mais aussi la logique du world Café par laquelle des tables accueillent des participants qui écrivent sur des feuilles de papier que l'on mélange en plusieurs itérations jusqu’à ce que la question de chaque table soit traitée sous la forme d’un schéma inventif gai et coloré. Dans ces deux exemples la poésie découle de la surprenante confrontation des idées, les rencontres improbables, et l’aspect graphique.

La mobilisation des corps

La création poétique peut aussi être l’effet des corps humains mis en mouvement. On pense ici à l’exercice de « La machine humaine » pendant lequel chaque participant vient adjoindre son geste à celui d’un autre, jusqu’à ce que tous soit unis par des gestes coordonnées et fassent vibrer une véritable machine organique. Cette mobilisation poétique des corps est aussi accessible par l’exercice de la sculpture  humaine. Dans cet exercice des participants jouent le rôle de sculpteur avec des corps humains qui laissent jouer leur élasticité aux pressions exercées par les sculpteurs jusqu’à ce que la forme finale exprime un état, une émotion, un sentiment particulier.

 

Quel que soit le chemin pour apprendre par le détour poétique, quelque soit le chemin où l'on se perde, il est toujours intéressant de partager averc les autres sa dérive, ses ressentis, ses sensations pour échanger sur ses apprentissages et croiser sur les sens différents des expériences.

Ressources :

http://www.cirpp.fr/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné