Articles

Enseignement à distance : gestion des outils, temps, et communication.

Par Thot , le 25 juillet 2004 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

gras statistique de référence : http://www.dep.u.picardie.fr/

Cette enquête s’articule autour d’un double objectif, d’une part analyser l’utilisation que font les apprenants des fonctionnalités offertes par la plate-forme et d’une part étudier la manière dot les apprenants organisent leur travail à distance.

La finalité principale de cette étude tente de déterminer quels environnements informatiques sont pertinents dans le cadre d’un enseignement à distance et plus particulièrement dans celui de l’accompagnement des apprenants et de l’apprentissage collectifs. Pour répondre à ces objectifs, un questionnaire de 43 questions fait par l’université de Picardie, auprès de 137 apprenants, a été mise en place.

La passation d’est faite par courrier électronique étant donné la répartition géographique de chacun. Une fois réceptionnés à 39.42% les questionnaires ont été analysés suivant la méthode à tri à plat.

Ainsi, je présente, dans une première partie, comment les apprenants organisent leurs études à distance. Nous verrons, dans une première partie, quel est leur rapport avec le télé tutorat et, dans une troisième partie, j’aborderai leur utilisation des outils de communication de la plate-forme INteractive E-learning System (INES). Enfin, je conclurai sur la présentation de ces principaux résultats. grasL’organisation du travail à distance :

D’après les statistiques présentés par l’université de Picardie, 42.2% des étudiants n’ont pas de créneaux horaires de travail défini puisqu’ils sont, pour la plupart, salariés. Certains étudient quand une plage horaire se libère pendant leur travail, le soir ou le week-end. En revanche, d’autres ont un créneau horaire prédéfini et régulier, le plus souvent en semaine et pendant plus de deux heures.

Quel que soit le moment d’étude, l’impression des cours est quasi inéluctable, pour la simple raison que les supports écrits jouent un rôle central dans la formation à distance, les étudiants passent beaucoup de temps à travailler de manière indépendante sur les documents papiers.

En effet, 66.7% des étudiants interrogés toujours selon les statistiques de l’université de Picardie, impriment le cours et le classent dans un dossier, contre 15.2% qui l’impriment et le lisent immédiatement. Parmi les étudiants qui classent le cours, 33.3% le lisent dans la semaine, contre 27.3% dans la journée, et 12.1% avec les autres modules.

La majorité des étudiants qui utilisent ce mode de travail, disent lire les chapitres en fonction de leur complexité et non d’un planning précis. Ils le lisent parfois un mois après l’impression, voire la veille de l’examen pour certains.

Après avoir décrit comment les étudiants organisent leur travail à distance, intéressons nous maintenant à la relation qu’ils établissent avec le télétuteur, interface humaine de l’enseignement à distance. grasLe télétuteur :

Le télétuteur est un facilitateur d’apprentissage dans le cadre de l’enseignement virtuel, qui permet une collaboration synchrone et asynchrone. Comment est-il perçu dans l’échantillon de notre enquête ?

A 93.3% les étudiants ont besoin d’une interface humaine représentée par le télétuteur. En effet, 72.7% des contacts se font entre les étudiants et le télétuteur, contre 45.5% entre étudiants, 12.1%de contacts avec l’enseignants et 6.1% avec l’administrateur. Le télétuteur est, en fait, l’interlocuteur privilégié des étudiants.

grasPourquoi ?

C’est l’unique personne intermédiaire entre l’étudiant et les professeurs qui ne sont pas toujours disponibles, selon ma propre expérience, il humanise l’enseignement à distance et c’est rassurant de savoir que quelqu’un est là pour me venir en aide si besoin.

Le télétuteur est considéré comme quelqu’un qui aide, conseille, encourage, accompagne, mais surtout qui répond aux questions de façon individuelle. Les échanges sont, donc, essentiellement duels. La dynamique de groupe d’installerait, quand à elle, lors des regroupements en présentiel, animés par un télétuteur. http ://wwwupmf-grenoble.fr/iut2v2/pages/technologies/cnte

La relation duelle étudiant - télétuteur et donc l’individualisation de l’apprentissage sont, ici, clairement privilégiées. D’ailleurs, comme je le montrerai dans le paragraphe suivant, l’exploitation de certains outils de communication assure cette individualisation. grasLes outils de communication :

La messagerie électronique est l’outil privilégié pour la plupart des étudiants, car elle permet la relation duelle et individualisée qu’ils attendent de la relation apprenant - télétuteur. Il semblerait, aussi, que l’outil étant asynchrone l’apprenant prenne le temps d’écrire clairement ses messages et d’y répondre aussi lisiblement.

Le mail est, en fait, de l’ordre du privé, de l’individualisation et permet d’aller à son rythme contrairement aux outils de communication synchrone, comme le chat.

Ce dernier apparaît, d’après les étudiants, non adapté à la formation étudiée. En effet, les séances programmées par le télétuteur sont peu, voire pas fréquentées. Les apprenants ne feraient pas confiance à leurs pairs pour échanger et construire des connaissances ensemble. De plus, le télétuteur doit être capable de repérer les rythmes personnels afin de synchroniser les activités collectives, ce qui n’est pas effectif selon les témoignages des apprenants interrogés par l’université de Picardie. Le forum quand a lui, apparaît comme le second outil de communication le plus apprécié des apprenants, après le mail. Soulignons toutefois, qu’il faut distinguer deux types d’utilisateurs : lest actifs qui participent, interviennent sur le forum et les passifs qui ne lisent que les messages.

La messagerie électronique est, donc, l’outil de la communication le plus utilisé car asynchrone et d’ordre privé ; vient, ensuite, le forum de discussion et enfin le chat. grasConclusion et perspectives :

Les résultats présentés ci-dessus nous laisse penser que les étudiants n’exploitent pas toutes les informations qui leur sont offertes ; mais aussi qu’ils privilégient la relation duelle étudiant - télétuteur et donc l’individualisation de l’apprentissage, en exploitant essentiellement les outils de communication asynchrone. De plus, ils attendent du télétuteur une grande disponibilité pour conserver une interface humaine malgré les environnements informatiques nécessaires à l’ EAD. Ceci nous laisse penser qu’il s’agirait d’un phénomène fusionnel classique, qu’il serait utile de caractériser. Ainsi, le souci est de porter l’attention sur les pratiques des tuteurs à distance.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné