Articles

Francisation des élèves allophones : l’atout de l'outil numérique

L'outil numérique permet la mise en place d'une pédagogie adaptée aux jeunes migrants

Par Élodie Lestonat , le 27 septembre 2016 | Dernière mise à jour de l'article le 26 octobre 2016

Ils sont habitués à jongler avec trois ou quatre langues différentes, en fonction du chemin qui les a amenés jusqu’à nous et des pays traversés.

Turc, allemand, grec, italien… Alors c’est avec facilité et plaisir qu’ils s’essayent au français. Pour certains, il s’agit juste d’un investissement à court terme. Apprendre quelques mots pour savoir se débrouiller avant de continuer vers ailleurs. Pour d’autres, l’apprentissage de notre langue est un véritable enjeu, un passeport pour une intégration réussie.

Ils sont réfugiés, ou simples migrants. Jeunes, ou moins jeunes. Certains n’ont jamais connu l’école. D’autres ont déjà un diplôme en poche. Ils ont leur propre culture, leur propre façon d’appréhender leur environnement, leur propre histoire, leurs propres traumatismes. Ils sont tous différents mais tous ont une langue maternelle autre que celle de la communauté dans laquelle ils s’apprêtent à vivre. Ils sont donc tous confrontés au même défi : faire du français un outil de communication parfaitement maîtrisé.

Que ce soit aux abords de la jungle de Calais, à proximité d’un centre pour migrants ou au sein d’une communauté dans une ville de province, ils sont pris en charge et encadrés par des enseignants dont la priorité est de leur proposer l’autonomie grâce à un apprentissage de notre langue moins académique, plus actif.

Des situations de communication motivantes

Ainsi le cadre pédagogique conventionnel est-il mis de côté. La journée d’étude n’est plus divisée en heures. Les projets ne sont plus programmés en mois. Les élèves ne se rangent plus dans le couloir devant leur classe. Ils ne prennent plus place sur leur chaise, derrière leur table. Ils n’ont plus de devoirs à rendre, de contrôles à réviser. Ils n’ont plus à faire systématiquement silence. L’espace de travail s’ouvre. Le temps se détend. Les contraintes s’évaporent.

Attention, l’objectif est ici de faire en sorte que plusieurs mondes éloignés cohabitent, qu’ils se respectent, s’accueillent et s’apprécient. La culture et la langue d’origine de chacun doit exister au même titre que la culture et la langue seconde.

C’est au sein des « unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants » (U.P.E.2.A.) que sont rassemblés et pris en charge ces jeunes venus d’ailleurs. Tous les élèves y font preuve d’une réelle soif d’apprendre cette langue qui n’est pas la leur. Cette envie, liée à un nécessaire impératif de communiquer et couplée à l’existence de mécanismes d’acquisition naturels, ont permis d’élaborer et d’expérimenter une autre méthodologie d’apprentissage.

Le but clairement affiché n’est pas l’enseignement du français mais la mise en place de situations motivantes de communication. Ces situations sont des projets linguistiques et esthétiques collectifs dans lesquels les élèves sont décideurs puis acteurs. Ils imaginent, proposent, organisent et agissent. De la sorte, en coopérant autour de tâches stimulantes et parfois même techniquement ardues, les élèves vont développer des compétences orales de plus en plus complexes de manière tout à fait naturelle et sans jamais avoir l’impression de suivre un cours de français.

L’intuitivité de l’outil numérique

Du côté de l’équipe enseignante, le challenge est de susciter en permanence la curiosité des élèves afin d’activer leur volonté de proposition et leur goût pour la création. Car si l’enseignant offre un cadre de départ, ce dernier ne doit en aucun cas être un obstacle à l’imagination des apprenants. Bien au contraire, il doit être suffisamment malléable pour s’adapter aux souhaits de leur imagination. Seul moyen pour que les élèves se l’approprient et laissent libre cours à leurs idées, en même temps qu’à leur disposition à s’exprimer.

L’outil numérique, par son ergonomie et sa simplicité d’utilisation, autorise une prise en main rapide et intuitive, même à des personnes ne maitrisant pas la langue française. Par ailleurs, sa souplesse et sa richesse en termes de fonctionnalité permettant à chacun de créer à son propre rythme et en toute autonomie, il s’est rapidement imposé aux équipes enseignantes comme un atout majeur pour faciliter la mise en œuvre de leurs projets pédagogiques auprès des jeunes allophones.

Ainsi équipés, les élèves se concentrent sur leurs travaux, communiquent entre eux ou avec leur professeur, mettent en application leurs idées tout en manipulant la langue sans se soucier des habituelles contraintes liées à son apprentissage. Pour exemple, le cas de ce livre numérique, écrit et entièrement réalisé par des élèves allophones grâce à l’utilisation de tablettes, d’un traitement de texte et d’un logiciel de création de livre.

La multiplication des possibles

Mais l’intérêt de l’outil numérique ne s’arrête pas là. Il autorise à tout utilisateur une approche et un rendu quasi professionnels. Ainsi qu’une mise à disposition presque instantanée auprès d’un large public. Les jeunes allophones arrivés au collège Jacques Brel de Vesoul peuvent donc élaborer albums de musique, clips vidéo, expositions virtuelles guidées par MP3, MP4 ou tablettes numériques, animations et enregistrements d’émissions de radio, documentaires vidéo et reportages, tutoriels informatiques, etc… avant de les proposer à un auditoire conséquent et , pour une large part, non scolaire.

Ce faisant, l’outil numérique offre au système éducatif une ressource parfaitement adaptée à la prise en charge des pluralités culturelles des jeunes allophones souhaitant s’installer, leur permettant d’acquérir rapidement la connaissance de la langue française et de s’insérer avec le plus de chances de succès possibles dans le processus éducatif classique.

Illustration : Vasnic64 via Foter.com / CC BY

Références

Battaglia, Mattea. "Près De La « jungle » De Calais, L’école En Attendant L’Angleterre." Le Monde.fr. Date de publication 11 juillet 2016. http://www.lemonde.fr/festival/article/2016/07/08/a-calais-l-ecole-en-attendant-l-angleterre_4966012_4415198.html.

Hattais, Philippe. "Les élèves Allophones écrivent Un Livre Numérique Au CDI | Tablettes." Tablettes | Blog Des Collèges De La Métropole De Lyon Engagés Dans L'expérimentation Tablettes. Date de publication 25 juin 2015. http://classeultramobile.blogs.laclasse.com/2015/06/25/les-eleves-allophones-ecrivent-un-livre-numerique-au-cdi/.

"A Propos… | Up2jazz TV." Canopé Académie De Besançon : Accueil. Date de consultation 27 septembre 2016. http://canope.ac-besancon.fr/up2jazz/?page_id=2.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné