Articles

En premier lieu… les méthodes de mémorisation efficaces.

Les principes communs

Par Denys Lamontagne , le 03 octobre 2016 | Dernière mise à jour de l'article le 11 octobre 2016

L’antique technique de mémorisation de Simonide de Céos, «le palais de mémoire», n’est qu’une des nombreuses techniques de mémorisation qui peuvent être mises à profit pour se rappeler de quelque chose.  Cette méthode consiste à associer un lieu, fut-il imaginaire, à chaque élément dont on veut se rappeler.  On a ensuite qu’à se référer au lieu pour retrouver l’élément. Simonide avait démontré le pouvoir de l’association pour la mémoire.

Cette méthode a tellement été enseignée en enseignement «classique» qu’en ont découlé les locutions d’énumération «En premier lieu, en second lieu…etc. », qui facilitait la rétention des éléments importants des longs discours. Depuis, on a bien étudié ce qui favorise la mémoire et le rappel. On peut en résumer l’essentiel à trois éléments. Pratiquement toutes les méthodes efficaces mettront plus ou moins l’emphase sur l’un ou l’autre de ces éléments soit : l’intention, l’association et la répétition-rappel-utilisation. Mais dans toutes les méthodes, les trois seront présents.

Pourquoi ça fonctionne

Une élément de connaissance est une relation que l’on fait entre au moins deux choses. Si vous lisez ou entendez «pomme», un certain nombre de données y seront associées. Mais si vous l’entendez complètement dénué de contexte, le même son «pom», ne sera éventuellement perçu que comme un bruit ou, dans une autre langue, évoquera autre chose ou rien du tout.

Le premier élément concerne l’intention. Si l’intention est forte, l’exigence de sens nous stimulera à faire les associations nécessaires et à retenir ce que nous apprenons par nos sens. La prochaine fois que nous entendrons «pom», nous y aurons associé quelque chose. Mais souvent même si l’intention est forte, si on ignore tout du contexte, on aura que peu de choses auxquelles relier ce que l’on tente de mémoriser, aucun lien de sens n’apparaît spontanément, c’est à nous de les faire.  C’est ici qu’apparaissent les méthodes mnémotechniques du style «palais de mémoire». On crée des associations. Avec les enfants, néophytes dans la plupart des domaines, ce sont des méthodes particulièrement nécessaires et utilisées.

Aujourd’hui, plutôt que de se limiter aux lieux, on a découvert que l’on peut mettre à contribution tous les sens et aussi les émotions pour créer des associations. Et ça fonctionne : marcher, écrire, réciter, chanter, écouter de la musique, imaginer, peuvent tous être mis en action. Nos sens de l’espace, du rythme, de la position, de l’ordre, odeurs, couleurs, timbre, émotions, etc. fournissent autant de points d’association, plus ou moins conscients mais réels.  Écouter de la musique ou écrire et reproduire graphiquement ce dont on veut se rappeler, ajoute et impressionne graduellement nos circuits et notre esprit avec des liens avec les données.

Ne pas oublier

Se rappeler est facile, le véritable défi est de ne pas oublier. On se rappelle pratiquement de tout quelques secondes ou minutes après l'avoir «appris»; de beaucoup moins de chose quelques heures plus tard et de vraiment peu de choses quelques années ou décennies plus tard. Ce dont on se rappelle est essentiellement ce que l’on utilise.

D’où le troisième principe de mémorisation : se rappeler, se re-rappeler, utiliser les données dans le contexte où nous en aurons besoin. La répétition, la fréquence de répétition, le délai entre les répétitions, la rétroaction, le délai de rétro-action, les opérations mentales effectuées avec les données, la variété des situations, l’effort fourni, sont tous des facteurs influençant la qualité de la mémorisation.  Évidemment, à chaque répétition de nouveaux liens s’ajoutent ou s’affirment et finalement, les données demeurent gravées plus ou moins profondément.

Mais si, vous avez une bonne mémoire !

De nombreux ouvrages, sites et applications offrent des aides à la mémorisation. Flash-cards, messages de rappel et d’exercices et autres moyens sont proposés. Curieusement, beaucoup s’adressent au client potentiel en s’attaquant à l’idée qu’il a une mauvaise mémoire. Cette impression semble être très répandue. «Oh ! j'ai une mauvaise mémoire» est servi comme excuse ou prétexte au désengagement face à l'étude.

On a tous observé plus ou moins fréquemment que l’on peut se rappeler de choses oubliées depuis des lustres, aussi bien des détails incongrus que des événements d’importance. Parfois il ne suffit que d’une odeur ou d’une associations d’images ou de souvenirs pour tracer le chemin vers un souvenir lointain. Apparemment on n’oublie rien et apparemment on peut se rappeler de tout, avec la bonne clé.

L’environnement aide à nous rappeler.  Ce que l’on veut est de ne pas attendre après l’environnement ou un quelconque événement fortuit pour se rappeler mais de se rappeler de ce que l’on veut quand on le veut. D’où l’avantage de créer soi -même ses propres associations, d’y mettre de l’émotion, des sensations de la créativité, de l’effort. Ainsi, par notre seul regard sur notre environnement intérieur, on se rappelle…

Illustration : Mariamichelle - Pixabay

Quelques références

La palais de mémoire - WikiHow
http://fr.wikihow.com/construire-un-palais-de-la-m%C3%A9moire

Pédagogie classique. J'aime ! - Denys Lamontagne - Thot Cursus
http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/24289/pedagogie-classique-aime

12 applications mobiles de cartes à mémoriser
http://cursus.edu/institutions-formations-ressources/technologie/23515/12-applications-mobiles-cartes-memoriser/

Dix mythes concernant la mémoire - Lecture rapide
http://www.lecturerapide.info/dix_mythes_sur_la_memoire/

10 méthodes pour réviser, mémoriser et apprendre efficacement
http://apprendreaeduquer.fr/quelques-methodes-reviser-memoriser-apprendre-efficacement/

Défi : Comment retenir le nom des gens ?
http://www.sebastien-martinez.com/blog/defi-retenir-nom-gens/

How Much Do People Forget? - Will Thalheimer. - Work-Learning Research, Inc.
http://willthalheimer.typepad.com/files/how-much-do-people-forget-v12-14-2010-2.pdf

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné