Articles

Cameroun : les femmes à l’assaut des TIC

Par Louis-Martin Essono , le 01 novembre 2004 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

L’ IAI-Cameroun vient de former huit promotions de femmes de toutes les catégories sociales : les revendeuses, les ménagères, les élèves, les étudiantes, les infirmières, les sages-femmes, les secrétaires, les policières, les sapeuses-pompières (!), les conductrices d’automobiles, etc. Le représentant résident, lors des différentes cérémonies de Yaoundé et de Douala où se remettaient les attestations, a relevé l’importance de l’action sociale de l’Institut dont il a la charge et dont, avoue-t-il, la femme est l’une des priorités. En effet, la moitié du personnel est féminin ; plus de 30% des étudiants sont des femmes. Les femmes formées en cours du soir bénéficient d’une réduction de 10% dans leur frais de scolarité.

L’intérêt des femmes est bien compréhensible aujourd’hui au Cameroun, car, outre le courriel, les femmes ont commencé à pratiquer le commerce électronique et s’informent aussi des cours mondiaux. De plus, elles utilisent les Tic pour rapprocher les associations féminines africaines. Il en va ainsi des échanges d’expériences commerciales, médicales, académiques, agricoles et, surtout, d’idées : discussions de tous genres entre femmes, de cuisine et de ménage, recherche de travail, éducation des enfants, traditions, etc.

Les Camerounaises se connectent encore pour mieux soigner les malades. En effet, les médecins et les sages-femmes dialoguent avec leurs confrères du Nord pour avoir accès aux résultats des travaux des équipes dans des spécialités variées.

À Yaoundé, la cérémonie de remises des attestations à la 8ème promotion a pris une envergure beaucoup plus grande, car le Directeur de la CRTV, la Télévision camerounaise, désigné parrain de la promotion, a proposé une réflexion sur les Tic et la gent féminine. Il a axé son propos sur les rapports entre les femmes et les Tic, notamment les téléphones portables et la domotique, la science qui étudie la tenue et la sécurité des foyers.

Le portable est l’outil de communication préféré des femmes. Les abus sont pourtant dénoncés : l’infidélité, l’insouciance au volant, outil manifeste de snobisme, utilisation intempestive, outil charriant l’impolitesse, etc. Mais, le portable sert beaucoup au développement de la société. L’orateur a également présenté ses réflexions sur l’Internet qui peut être ou non un outil porteur de bonheur.

On sait que la moitié de la population camerounaise est féminine. On comprend pourquoi les différentes administrations ont accepté de faire suivre la formation aux Tic à leurs personnels. Les Ministères des Relations Extérieures, de l’Industrie, de l’Education, de l’Urbanisme et de l’Habitat, etc. comptent parmi ceux qui ont envoyé "leurs" femmes en formation.

On attend aussi que cette formation, qui concerne encore les villes principales, s’étende jusque dans les campagnes et qu’elle intéresse aussi toutes les strates comme cela a été dit. D’ici à 2012, 100.000 femmes sauront naviguer, utiliser les tableurs XL, assurer un traitement de texte parfait.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné