Articles

Afrique Noire : Microsoft fait du charme*

Par Louis-Martin Essono , le 01 novembre 2004 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Le passage de J-P. Courtois, président Europe Moyen-Orient et Europe de Microsoft au Sénégal et au Cameroun semble avoir laissé bonne impression, par ses déclarations et ses promesses à l’endroit des Africains; partout où il est passé, M. Courtois a exposé la vision et les stratégies de Microsoft. Cette firme a pour ambition de créer des partenariats et des solutions afin de répondre aux besoins de ses clients hétérogènes : ceux-ci s’étalent en effet de la proportion maximale des États, des grandes organisations, des Pme, aux structures comme les universités, les établissements scolaires à l’exemple des lycées et collèges.

L’objectif principal vise à innover pour accroître l’utilisation et l’efficacité des TIC en Afrique. Et aussi, très sûrement, d’y revoir la politique des prix pratiqués. À Douala, le Cameroun lui a fait savoir « que les prix pratiqués en Afrique centrale en particulier sont, pour ainsi dire, des prix occidentaux. Il serait souhaitable que Microsoft prenne en compte les réalités d’ici pour réduire ou tropicaliser les coûts ». Ces coûts éliminent de nombreuses franges sociales de l’informatique.

J. Courtois revenait du Gabon pour le lancement de programmes destinés aux écoles et aux administrations. Il s’agissait, pour la firme internationale, d’établir de nouveaux programmes visant à accroître, avec les gouvernements locaux, les compétences et les ressources technologiques dans les écoles et les collectivités. Les programmes de la société intitulés "Partners in Learning", "Unlimited Potential" et "Local Language Programme" mettront en avant "le rôle clé de Microsoft dans la promotion de la culture numérique et de l’insertion", selon un communiqué, Microsoft entend souligner son engagement à étendre les compétences technologiques, à renforcer l’autonomie des enseignants et des étudiants, à soutenir le développement des programmes éducatifs propres aux régions et à procurer un plus grand accès aux toutes dernières technologies informatiques.

Le même langage a été tenu à Dakar quelques jours plus tôt, mais de manière plus concrète. Dans un article, assez long, le journal Le Soleil annonce que "c’est pour briser la fracture numérique à l’école que la Microsoft a signé un partenariat avec le ministère de l’Éducation. Trois millions d’élèves et étudiants bénéficieront de l’accès à un ordinateur". "Partners In Learning", symbolise l’appui de cette multinationale à l’éducation aux Tic pour le système éducatif sénégalais. Ce plan poursuit 4 objectifs

  • la formation des enseignants
  • la gestion du système éducatif par le biais de progiciels adaptés,
  • la mise en commun des ressources et des savoirs grâce à un portail pour les enseignants
  • la création des "IT Academies".

Il reste à souhaiter que les avantages accordés au Sénégal soient généralisés dans toute l’Afrique au profit de l’éducation. Aucun autre logiciel n’étant aussi connu en Afrique que celui que développe Microsoft. Dans ce pays, qui a effectivement oeuvré pour la démocratisation des TIC, les villages les plus reculés attendent aussi de bénéficier de ces offres.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné