Articles

Les pétitions en ligne : succès (pas toujours) assuré

Le pouvoir d'un mouvement social réside parfois par une simple signature sur une pétition en ligne

Par Alexandre Roberge , le 13 novembre 2016 | Dernière mise à jour de l'article le 21 novembre 2016

La force du nombre, voilà une des caractéristiques d'Internet. Des milliards de personnes s’y retrouvent pour discuter, rire, se consoler ou se disputer. Une immense place communautaire qui n’est cependant pas encore accessible à tous. En effet, 53 % de la population mondiale n’a pas encore accès à Internet. Or, selon certains, en 2017, le chiffre pourrait descendre à 50 % précisément, voire plus bas.

Bref, la place devient immense et ils sont nombreux à vouloir exprimer leur opinion sur le réseau. Or, les internautes ne cherchent pas qu’à influencer leurs proches. Ils désirent aussi voir des effets auprès des hommes et femmes politiques.

Un outil pour se faire entendre

Si auparavant, il fallait réunir des gens pour former une manifestation ou les solliciter dans des endroits publics ou à leur domicile pour obtenir un appui, tout cela a changé avec Internet. La pétition en ligne est devenue le moyen pour se faire entendre et facilement. Un nom entré, une adresse courriel confirmée et un clic. Voilà que l’internaute exprime sa vision des choses par rapport à un événement de l'actualité, une loi, un projet de société, un élément d’une organisation qu’il veut changer, etc. Et ils sont nombreux à s’en servir. Change.org a 7 millions d’utilisateurs uniquement en France, Avaaz 4,3 et mesopinions.com 4 millions. Tout un monde participe régulièrement à ce type de manifestation en ligne.

L’Hexagone a commencé à s’intéresser avec les effets des signatures de masse de certaines. Par exemple, la loi El Khomri reportée en mars face à la vindicte populaire ou l’amnistie de Jacqueline Sauvage.

Certaines ont même eu des répercussions sur la politique directe et les partis. Il faut dire qu’en France, il n’y a pas de loi comme en Grande-Bretagne où toute pétition signée par plus de 100 000 personnes doit être débattue au Parlement. Il n’y a pas non plus de lieu Internet officiel où lancer et signer des pétitions qui sont parrainées par des députés comme au Québec. Alors, pour les Français, les sites comme Change.org ou Avaaz deviennent le moyen de s'exprimer par rapport aux enjeux publics.

La force de la pression

Ainsi, Internet facilite l’expression d’une insatisfaction par une signature. Ce qui, par contre, a souvent été vu comme de l’activisme paresseux. Après tout, il peut sembler facile de seulement signer et s’en laver les mains sans devoir exprimer son mécontentement d'autre façon. Mais pour ce sociologue et ce chercheur, cela serait réducteur de le voir ainsi. En effet, ce n’est pas rien de mettre son nom publiquement apposé à un texte dénonçant une situation ou réclamant des changements. Et puis, cela permet de décloisonner l’activisme à ceux qui n’ont peut-être pas les capacités et la force d’être dans l’action militante tout en leur donnant un appui.

Ce qui fait le succès d’une pétition, toutefois, ce n’est pas le nombre de signataires. Il s’agit de l’effet de la pression sur les instances publiques, même selon Change.org qui se targue d’ailleurs de ses succès sur son site.

Parce que comme le souligne la directrice adjointe, il y a des pétitions signées par 100 ou 200 personnes maximum qui ont un impact sur la décision de fermer une école en région rurale, par exemple. Il faut qu’il y ait une pression sociale et qu'elle soit le miroir d’une grogne ou d’une inquiétude.

Imparfait, mais essentiel

La pétition en ligne n’est pas un outil parfait. Déjà, certains ont réussi à trafiquer le nombre de signatures avec de faux noms et adresses courriel qui ne sont pratiquement pas vérifiées. De plus, certains trouvent qu’elles sont beaucoup trop teintées d’idéologie ou que des sites ont des modèles d’affaires pas toujours transparents comme la collecte de données sur les signataires pour créer de la publicité en conséquence.

Et puis, il y a la notion du « après ». Que fait-on après qu’une pétition ait pris de l’ampleur? Surtout quand les politiciens font la sourde oreille. Cela nécessite alors une mobilisation plus grande. Il peut aussi y avoir des menaces de boycottage comme le propose le site i-Boycott qui où sont proposées des campagnes en ligne afin de boycotter des entreprises. Celles-ci ont un droit de réponse et les gens votent pour si la campagne persiste ou non selon celle-ci.

Les pétitions en ligne font donc partie de ce nouvel arsenal de l'activisme sur Internet. Un aspect souvent peu abordé en classe et, pourtant, essentiel. Il faudra aborder avec les plus jeunes cet aspect du militantisme, ses effets, ses défauts et la réflexion que cela suscite chez eux.

Pour ceux qui désirent voir des changements en matière d’éducation, la pétition en ligne peut aussi être un outil abordé. Que ce soit des transformations majeures dans le système scolaire national ou des enjeux plus locaux comme l'exigence d’un plan intelligent d’intégration des TICE dans une école ou un réseau d’établissements. Les pétitions en ligne ne sont qu’un des outils et il n’y a pas d’obligation pour les hautes sphères de s’y soumettre. Toutefois, elles ajoutent une pression qu’ils ne peuvent ignorer.


Références 

Barral, Clémence. "Les Pétitions En Ligne Cartonnent … Ou Pas : Les Clés Du Succès." Pampa. Dernière mise à jour : 11 mars 2016. http://pampamag.com/apartides/les-petitions-en-ligne-cartonnent-ou-pas-les-cles-du-succes/.

Blavignat, Yohan. "La Frénésie Des Pétitions En Ligne S'empare De La France." Le Figaro. Dernière mise à jour : 26 février 2016. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/02/26/01016-20160226ARTFIG00217-la-frenesie-des-petitions-en-ligne-s-empare-de-la-france.php.

Herreros, Romain. "Un Million De Signatures Pour La Pétition Contre La Loi El Khomri, Et Après ?" Le Huffington Post. Dernière mise à jour : 5 octobre 2016. http://www.huffingtonpost.fr/2016/03/05/un-million-de-signatures-pour-la-petition-contre-la-loi-el-khomr/.

I-boycott.org. Consulté le 10 novembre 2016. http://beta.i-boycott.org/.

"La Moitié De La Population Mondiale Pourrait être Connectée En 2017." La Libre.be. Dernière mise à jour : 15 septembre 2016. http://www.lalibre.be/economie/digital/la-moitie-de-la-population-mondiale-pourrait-etre-connectee-en-2017-57daa7463570b0f26a150634.

Leroy, Sophie. "Les pétitions en ligne : un nouveau moyen de se faire entendre." La Voix du Nord. Dernière mise à jour : 10 juin 2016. http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/les-petitions-en-ligne-un-nouveau-moyen-de-se-faire-entendre-ia0b0n3562169#.

"Les Plateformes De Pétition En Ligne, Nouvel Outil Dans La Guerre De L’information ?" Knowckers. Dernière mise à jour : 27 avril 2016. http://www.knowckers.org/2016/04/les-plateformes-de-petition-en-ligne-nouvel-outil-dans-la-guerre-de-linformation/.

"Pétitions en ligne : quel engagement vaut un clic ?" La Voix du Nord. Dernière mise à jour : 10 juin 2016. http://www.lavoixdunord.fr/9644/article/2016-06-10/petitions-en-ligne-quel-engagement-vaut-un-clic.

"Pétitions En Ligne : Autant De Signatures Que De Signataires ?" L’Oeil Du 20 Heures. Dernière mise à jour : 3 mars 2016. http://blog.francetvinfo.fr/oeil-20h/2016/03/03/petitions-en-ligne-autant-de-signatures-que-de-signataires.html.

"Pétitions Victorieuses." Change.org. Consulté le 10 novembre 2016. https://www.change.org/fr/victoires.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné