Articles

Au bon soin du docteur I.A.

Les intelligences artificielles, des assistaux médicaux de premier choix pour médecins et pharmaciens

Par Alexandre Roberge , le 20 novembre 2016 | Dernière mise à jour de l'article le 28 novembre 2016

Énormément de questions de fonctionnement et d’éthique sont soulevées par l'utilisation des intelligences artificielles qui s'invitent dans nos vies. Pourtant, plusieurs secteurs peuvent grandement bénéficier de l’I.A., comme les transports ou la santé.

Dans ce dernier domaine, nous serions surpris de voir à quel point le domaine médical s’intéresse et commence à profiter de l’intelligence artificielle. La technologie pourrait donc aider à soigner des gens plus efficacement. Mais comment? Les docteurs doivent-ils craindre pour leur emploi?

Des assistants thérapeutiques informatiques

La machine ne peut pas à proprement dit prodiguer des soins, mais elle peut toutefois seconder considérablement les médecins dans les diagnostics. Voilà d’ailleurs ce qu’étudie en partie Microsoft qui veut développer des intelligences artificielles pour déceler et lutter contre le cancer. Le projet semble très ambitieux, mais il n’est pas si proche de la science-fiction. Il y a déjà des I.A. qui travaillent dans le domaine de la santé.

Si nous sommes dans un monde où l’afflux de données et gargantuesque, il en est de même dans le milieu médical. Les hôpitaux et les cliniques, entre autres, entreposent des milliers de dossiers et de notes qu’il serait impossible pour un professionnel de la santé de retenir. Une machine le peut. En quelques instants, un appareil capable d’apprendre peut analyser les différents dossiers médicaux et pharmacologiques d’un patient et, selon le diagnostic, proposer des pistes de traitement approprié pour cette personne. Ainsi, les risques de contre-indication pharmaceutique, par exemple, peuvent être plus facilement évités.

De plus, un méga disque dur permet de contenir quasiment tous les facteurs et symptômes des maladies connues. Un médecin peut avoir de la mémoire, mais jamais autant qu’une machine. D’ailleurs, une comparaison a déjà faite entre des membres du corps médical et intelligences artificielles pour voir qui faisait les meilleurs diagnostics. Pour un coût plus faible qu’un professionnel de la santé, la machine arrivait même mieux dans 30 % à 35 % des cas à diagnostiquer le problème d’un patient. Et il n’aurait suffi que de quelques ajustements au logiciel pour faire monter ce taux à 50 % selon les chercheurs.

Ainsi, les intelligences artificielles pourraient devenir les assistants rêvés, leur permettant de déceler des irrégularités dans l’étude d’imageries médicales ou l’assistance chirurgicale. Ils personnaliseraient davantage les soins auprès des patients. Le milieu pharmaceutique pourrait aussi bénéficier des banques de marqueurs génétiques et analyses des I.A. sur les effets secondaires pour améliorer la recherche.

Suivre les patients avec les téléphones

Des applications pourraient aider les patients et le personnel médical aussi. Par exemple, Sense.ly se veut une façon de communiquer avec le médecin et d’avoir une infirmière virtuelle rassurante pour les malades chroniques. Elle peut contrôler leur état, noter les changements, rappeler la prise de médicaments, etc.

L’application AI Cure peut vérifier par la caméra d’un appareil mobile si un patient suit bien son traitement. Il doit montrer la pilule à la caméra et une deuxième fois lorsqu’elle se trouve dans la bouche. L’application rappelle aussi l’heure de la prochaine dose. Utile pour les malades chroniques qui oublient leur prescription ou pour suivre ceux atteints d’une maladie psychiatrique qui doivent prendre de la médication. Évidemment, il y a moyen de tricher, mais cela donne quand même un peu plus de possibilités au personnel médical de voir les irrégularités dans le traitement.

Mon psy? Une intelligence artificielle!

L’intelligence artificielle peut même être utilisée dans le traitement de problèmes psychologique. Une entreprise québécoise a travaillé sur ISA, une interface qui se veut le premier contact auprès d’employés qui auraient des problèmes psychologiques à confier. Ainsi, petit à petit, l’interface invite l’usager à se s’ouvrir, à sélectionner les soucis à partir de choix de réponses et vérifie une panoplie de facteurs pour mener l’individu vers la meilleure ressource psychologique appropriée. L’I.A. ne remplace absolument pas un psychologue en chair et en os, mais permet de faire une démarche pour justement amener l’utilisateur à user des ressources disponibles. Elle retient aussi ce qui a été choisi auparavant et peut voir s’il y a une évolution positive ou négative et réagir en conséquence.

Évidemment, des questions se posent. Par exemple, dans le cas d’ISA, la présidente de l’ordre des psychologues du Québec déplore le manque de flexibilité des questions de l’interface et doute de l’efficacité qui reste à prouver.

La fiabilité aussi des I.A. est mise en cause. L’outil de Google pour prévoir l’éclosion de grippe dans une région s’est avéré peu fiable jusqu’à maintenant. Et puis, il y a toute la notion d’éthique qui reste à définir pour éviter que des données confidentielles soient reprises par d’autres, entre autres.

Jusqu’où, aussi, les machines connectées pourraient-elles informer nos médecins de mauvais choix de vie sur notre santé? Des questions importantes auxquelles devront répondre les chercheurs, concepteurs et éthiciens. La médecine ne se départira toutefois pas de l’intelligence artificielle qui pourrait grandement faciliter la tâche de diagnostiquer, soigner et suivre les patients.

Illustration : Masa__Israel IMG_4079 via photopin (license)

Références

AiCure. Consulté le 17 novembre 2016. https://www.aicure.com/.

Attalin, Vincent. "L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE VA TRANSFORMER LA SANTÉ." LinkedIn Pulse. Dernière mise à jour : 16 septembre 2016. https://www.linkedin.com/pulse/lintelligence-artificielle-va-transformer-la-sant%C3%A9-vincent-attalin.

Audet, Isabelle. "Santé Mentale : L’intelligence Artificielle à La Rescousse." La Presse. Dernière mise à jour : 24 novembre 2015. http://www.lapresse.ca/vivre/sante/201511/24/01-4924194-sante-mentale-lintelligence-artificielle-a-la-rescousse.php.

"Intelligence Artificielle : La Médecine En Mutation." Planète Santé. Dernière mise à jour : 5 janvier 2016. http://www.planetesante.ch/Magazine/Actualites-et-recherche/Technologie/Intelligence-artificielle-la-medecine-en-mutation.

Marmu, Aurélie. "L’intelligence Artificielle Au Service De La Lutte Contre Le Cancer." RSLN | Regards Sur Le Numérique. Dernière mise à jour : 29 septembre 2016. https://rslnmag.fr/innovation/sante-intelligence-artificielle-lutte-contre-cancer-microsoft-research/.

Pinaud, Florence. "L’intelligence Artificielle Remplace-t-elle Votre Médecin ?" La Tribune. Dernière mise à jour : 16 octobre 2016. http://www.latribune.fr/technos-medias/informatique/l-intelligence-artificielle-remplace-t-elle-votre-medecin-607123.html.

Plessier, Flora. "Comment L’intelligence Artificielle Révolutionne Le Monde De La Santé Américain." Mission pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France aux Etats-Unis. Dernière mise à jour : 19 novembre 2015. https://www.france-science.org/Comment-l-intelligence.html.

Rozières, Grégory. "Une Intelligence Artificielle Prescrit De Meilleurs Traitements Que Des Médecins, Selon Une étude." Le Huffington Post. Dernière mise à jour : 5 octobre 2016. http://www.huffingtonpost.fr/2013/02/13/une-intelligence-artificielle-prescrit-de-meilleurs-traitements/.

Sense.ly. Consulté le 17 novembre 2016. http://sense.ly.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné