Articles

Déscolariser l’éducation ou faire école à la maison ?

Apprendre en liberté

Par Denis Cristol , le 28 novembre 2016 | Dernière mise à jour de l'article le 05 décembre 2016

Apprendre hors l'école, de quoi parle-t-on ?

Peut-on imaginer  comme Ivan Illitch dans les années 70 « une société sans école » ? Doit-on plutôt organiser sa vie pour enseigner à ses enfants à domicile ou hors d’une institution éducative ? Le phénomène d’éducation par soi-même de ses enfants serait en progression dans le monde et en Europe.

Selon les statistiques recensées au sein d’un article de wikipédia de novembre 2016, c’est près de 60 000 jeunes au Canada et plus de de 5 000 familles en France qui seraient concernées. Bien loin des 2,5 millions de jeunes américains. Cet évitement de l’école c’est aussi une façon pour des parents noirs américains de soustraire leurs enfants au racisme. Cela concernerait près de 200 000 jeunes.

On peut être conscient du rôle des méthodes pédagogiques dans l’édification des démocraties, mais force est de se rappeler la loi. En France par exemple, le code de l’éducation stipule  une obligation d’instruction des enfants de 6 à 16 ans. Le non-respect de cette obligation peut même conduire à une amende de 1 500 euros. Avec réticence, le service public français autorise l’éducation de son enfant mais donne des règles et organise des contrôles.  

Comment apprend-t-on ?

L’apprentissage en famille, avec le voisinage ou en contact direct avec la nature serait une autre piste à explorer, pour fuir les violences, les inégalités et les idées conformistes. Jacques Rancière avec sa fable du « Maître ignorant » nous disait en filigrane qu’il est possible d’apprendre sans maître, par soi-même.

Les apprentissages informels sont souvent sous-estimés dans le cadre formel de l’école. Pourtant, ces apprentissages buissonniers, souterrains, incidents sont régulièrement observés et ont une place essentielle. De l’apprentissage de sa langue maternelle, jusqu’aux apprentissages moteurs, affectifs ou émotionnels une large partie de ce qui nous utiliserons toute notre vie ne s’apprend pas à l’école.

Le Unschooling ou « apprentissage en liberté » ne se fait pas sans cadre. Il s’agit d’une philosophie exigeante engageant toute la famille, s’organisant pour faire l’école à la maison parfois avec l’appui de cours à distance. On crée des écoles parentales en s’inspirent  des méthodes pédagogiques qui puisent directement dans l’expérience de type Freinet, Montessori ou Steiner.

Ces méthodes que l’on range souvent dans le courant des pédagogies nouvelles, recherchent les façons « naturelles » d’apprendre. Il est bien sûr possible de recourir à une panoplie d’outils en ligne. Internet, la Khan Academy ou d’autres ressources (serious games ou MOOC gratuits) sont désormais à portée de clic.

La déscolarisation n’est pas que la fuite d’un enfant de l’école. Elle peut se comprendre comme la transformation des pratiques scolaires parmi les plus normatives. Changer l’école devient alors un slogan pour réinsérer l’école dans la vie et non pas faire comme si elle était une bulle hors du temps et du monde. Il est ainsi possible de relever des expériences innovantes :

  • De faire prendre des décisions à des élèves
  • De transformer la classe en laboratoire
  • De se réapproprier sa vie par l’écriture
  • De faire d’un projet de rénovation de l’école un projet esthétique et social
  • De se libérer du cours magistral par la classe inversée
  • De développer des évaluations par contrat de confiance
  • De conjuguer tutorat et projet interdisciplinaire
  • D’intégrer les méthodes Montessori ou Steiner
     

En synthèse

Si vous vous souvenez du tout dernier film de Matt Ross « Captain Fantastic » ou toute une famille s’engage dans un projet éducatif en pleine forêt,  hors normes connues, on observe la richesse d’une éducation liée aux rythmes et rituels de la vie mais  la difficulté resurgit pour la cellule familiale coupée des règles communes aux moments les plus cruciaux quand elle doit interagir avec les autres.

La solution pour ceux qui n’ont ni l’énergie ni les compétences de se transformer en éducateur, réside soit dans un apprentissage des outils en ligne pour prendre les choses en main, soit dans une réhumanisation de l’école redevenue lieu de vie, avec un temps plus long pour cette dernière alternative.

École dont il ne s’agit pas d’attendre qu’elle se transforme par la seule inertie du temps qui passe et des maux qui s’accumulent, mais d’une implication de chacun parent, élève et enseignant mais aussi leaders éducatifs desquels plus de changement sont attendus.

Références

Un film emblématique « Etre et devenir »  https://m.facebook.com/events/210057999437371/

Code de l’éducation - LegiFrance
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000006166564&cidTexte=LEGITEXT000006071191

Apprendre en liberté - https://apprendreenliberte.wordpress.com/

Quand les méthodes pédagogiques contribuent à la démocratie - Denus Cristol - Educavox
http://www.educavox.fr/accueil/debats/quand-les-methodes-pedagogiques-contribuent-a-la-democratie

Le leadership éducatif - Denis Cristol - Apprendre autrement
ttp://4cristol.over-blog.com/le-leadership-%C3%A9ducatif

25 applications préférées pour que votre enfant apprenne en souriant - Marie-Eve Boudreault - Je materne
http://marieeveboudreault.com/2015/08/22/nos-25-applications-mobiles-preferees-pour-leducation-libre-de-jeunes-enfants-unschooling-apprentissage-en-famille/

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné