Articles

La MOOC aventure continue !

Vers une génération de MOOC ou l'on co-apprend

Par Denis Cristol , le 13 février 2017

La mise en place d’une nouvelle génération de MOOC

L'abandon d’un nombre élevé de participants (plus de 90%) constitue actuellement un écueil pour les MOOC. Ceux-ci sont réalisés en parallèle des activités pédagogiques des institutions qui les proposent et ne connaissent pas ou peu d’intégration avec elles.

Les offres co-existent sans communiquer. Par ailleurs, les apprenants vivent moins une auto-formation qu’une solo-formation, ils restent majoritairement isolés avec peu d’activités collaboratives.

Bénéfice d'un renouveau des formats de MOOC pour les organismes de formation

Pour les organismes de formation, s’orienter vers des MOOC basés sur le co-apprentissage en ligne présente l’avantage de s’intéresser plus finement aux motivations individuelles et aux dynamiques pédagogiques au-delà du seul apport de contenus. Il s’agirait en effet de mieux mailler ces dispositifs en ligne aux savoir-faire pédagogiques existants au sein des organismes. Ce type de MOOC tisserait et renforcerait des liens avec les entreprises par les rapprochements physiques préconisés.

Il permettrait l’apparition de formats pédagogiques nouveaux :

En effet, les MOOC basés sur le co-apprentissage favorisent les rencontres de proximité. En se centrant sur des projets concrets des participants, ils vont accroitre l’opérationnalité de la formation et son lien au travail.

Bénéfices pour les entreprises

Les entreprises vont bénéficier d’une opportunité d’échange entre cadres sur des objets d’apprentissage ou projets opérationnels à partager. Par la promotion du co-apprentissage en ligne, ces nouveaux MOOC insistent sur la création « d’espace personnel d’apprentissage », ils renforcent l’envie d’apprendre par soi-même et encouragent une culture d’auto-formation accompagnée.

Au-delà de la seule réalisation du MOOC, cet apprentissage « d’apprendre à apprendre » sera transposable dans toutes activités professionnelles. Loin de produire une solitude interactive, ces MOOC hybridant les activités en présentiel et en distanciel permettront une meilleure assiduité dans l’apprentissage et un meilleur recours au collectif. Cette dimension collaborative est un autre bénéfice à un moment où soit les entreprises misent sur plus de valeur ajoutée collaborative, soit elles sont poussées à se réorganiser. Dans les deux cas les équipes ont besoin d’apprendre à mieux collaborer.

Bénéfice pour les salariés

Le principe d’apprentissage propre aux MOOC « quand et où je le souhaite » connaît des limites lorsqu’il s’agit de s’inscrire dans la durée. L'activité d'apprendre entre en friction avec son environnement et, quelle qu’en soit la modalité, nécessite toujours un effort. Le bénéfice pour les salariés est de disposer pour apprendre d’un soutien plus fort et de points d’appui avec le reste de l’offre de formation de l'organisme pour réaliser son projet individuel d’apprentissage.

Le MOOC organisé sous un format de co-apprentissage inséré à d’autres activités pédagogique permet de donner plus de sens et de disposer de plus de ressources pour soutenir sa motivation.

Un format de MOOC  renouvelé 

Le format préconisé de MOOC en co-apprentissage s’appuie sur l’expérience capitalisée des X MOOC:

  • Une communication de 3 à 6 mois avant le lancement,
  • Un temps de production des contenus maîtrisés,
  • Un séquencement sur des temps ramassés sur 6 à 8 semaines maximum,
  • Des apports vidéo de qualité calibrés en durée pour rythmer les échanges,
  • Des dossiers supports et ressources complémentaires,
  • Des quiz, évaluations en cours de dispositif et des évaluations finales.
      

Il propose en outre d’autres leviers pédagogiques pour favoriser le co-apprentissage:

  • La réalisation d’un événement de lancement

    Cet événement de lancement permet de fédérer les énergies, de repérer des acteurs leaders, de déceler les questions clés et d’inciter chaque participant à prendre en main ses responsabilités sur son apprentissage. Il est un temps physique de regroupement des acteurs les plus motivés, de clarification des rôles et de la gouvernance pédagogique du dispositif.
     
  • La création de leurs espaces personnels d’apprentissages par les participants eux-mêmes

    La maîtrise des compétences numériques pour apprendre à distance et de façon collaborative est régulièrement identifiée comme une limite à la participation en ligne. La création de son espace personnel d’apprentissage permettra d’être plus confortable avec les technologies numériques. Cet espace pourra prendre la forme d’un blog individuel d’apprentissage, de l’organisation d’une veille. Les participants seront appuyés par les logiciels libres et tutoriels, par les autres participants, par toutes les ressources accessibles en présence ou à distance, mais ils auront tout loisir de choisir les espaces en ligne dans lesquels ils sont confortables.
     
  • Des défi ou projets à réaliser à distance et à l’occasion de regroupement

    L’apprentissage est stimulé par un ou des  projets concrets à réaliser. Les participants seront mis au défi de réaliser un projet pendant la durée du dispositif. Ils choisiront librement le défi à relever. Ces projets seront co-suivis par d’autres participants mais également par des membres de l’équipe d’animation du MOOC.
     
  • Des activités à réaliser dans sa vie personnelle ou professionnelle

    Un ensemble d’activités simples mais impliquantes peut être proposé pour garder en tension l’envie d’apprendre. La réalisation de ces activités sera débattue dans des groupes d’échanges locaux ou sur les forums.
     
  • L’appui à la création d’un groupe local thématique d’échange de pratique ou de co-développement

    La dynamique d’un MOOC basé sur le co-apprentissage sera renforcée par un groupe local thématique qui aura loisir d’échanger sur les points délicats vus en ligne. Cette proximité soutien la motivation et crée de l’émulation entre groupes distants pouvant échanger en ligne des traces de leurs participations au dispositif.
     
  • Le recrutement préalable et l’animation et la formation d’une équipe de facilitateurs

    Les pratiques sociales de co-apprentissage seront appuyées par des facilitateurs en proximité géographique. Ces facilitateurs seront des membres volontaires qui, au-delà des contenus du dispositif, cherchent à apprendre des compétences de facilitation en présence et à distance. Leur recrutement sera réalisé lors de la période de communication. Ils bénéficieront d’une formation à la facilitation. De préférence, ils agiront en binôme. Des ressources spécifiques leurs seront dédiées de même qu’un créneau régulier de webconférences pour se regrouper.
     
  • Des regroupements synchrones

     Les temps de regroupement synchrones se déroulent en ligne et en proximité géographique. Ils sont organisés sur le principe des réalités locales, habitudes, réseaux déjà existants,  géographie, rythme et topographie. Ces temps sont encouragés par l’équipe centrale d’animation, qui propose ponctuellement une webconférence avec un expert, ou des micro-événements pour faciliter la coalescence et l’alimentation des groupes locaux.
     
  • La reconnaissance continue des membres dans leur investissement d’apprentissage

    Les participants les plus engagés se verront donner la possibilité d’animer des temps pour le collectif, sous la forme de témoignage ou de webconférences, voire, par cooptation de participer à l’animation et à la gouvernance du dispositif.
     
  • La valorisation des traces d’apprentissage

    Les traces d’apprentissage seront régulièrement données à voir en ligne à chacun, sous forme de murs-vidéo, texte, mindmap, infographies, padlet, pour encourager le partage et la démultiplication des ressources offertes sur le thème commun traité.
     
  • La réalisation d’un événement de clôture

    L’événement de clôture permettra de regrouper les participants les plus engagés, de célébrer les apprentissages et d’en capitaliser les traces, voire de faire un retour d’expérience sur ce qui a été vécu.
     

Illustration : Unsplah - Pixabay

Sources :

Introduction à l'organisation du co-apprentissage - WikiBook
https://fr.wikibooks.org/wiki/Peeragogy_Handbook_V1.3/Introduction_%C3%A0_l'organisation_du_co-apprentissage 

Faut-il s’émouvoir des « faibles » taux de complétion des MOOC ? - Matthier Casel - EducPro
http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/2015/02/23/faut-il-semouvoir-des-faibles-taux-de-completion-des-mooc/ 

Se construire un Espace Personnel d’Apprentissage  - Anaé - Educavox
http://educavox.fr/innovation/pedagogie/se-construire-un-epa 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné