Articles

Comment les outils du net produisent une amplification sociale

Plus facile, plus rapide, plus fréquent...

Par Denis Cristol , le 23 janvier 2017 | Dernière mise à jour de l'article le 22 février 2017

Les outils du net sont de véritables amplificateurs sociaux. Ils jouent un rôle sur le renouvellement en profondeur des façons d'apprendre. Non seulement parce qu'ils exacerbent les sens par le pouvoir multimédia qui leur est associé, à chaque message peut être joint une vidéo ou une capsule audio, mais aussi parce qu'ils bouleversent le cadre des interactions humaines. Passons en revue quelques artefacts numériques.

À la différence d'une lettre, le courriel peut être adressé à des milliers de personnes à coût marginal; il peut être copié, archivé et gardé en mémoire, il peut être rappelé et les fonctions de copies cachées provoquent parfois des effets en cascade. Les newsletter ou webzines sont des outils d'apport de contenus particulièrement pertinents en matière d'apprentissage. Ils soutiennent des dispositifs et délivrent une stimulation pour s'intéresser à des contenus.

Le journal intime cède la place au blog collaboratif. L'extimité remplace l'intimité. Si l'expression de soi pour soi ou quelques proches dans un carnet secret procédait d'un dévoilement discret et aidait à la réflexivité, la prise de conscience de sa pensée en train de se dérouler, la mise par écrit de ses sentiments, émotions et affections en ligne au vu et au su de tout un chacun produit une explosion de potins, de rumeurs, un bruit sourd qui dérange la pensée.

La contention émotionnelle et la pudeur qui confinaient les états d'âme dans un cercle intime sont remplacés par une prise de parole parfois débridée et sans retenue. Les romans d'apprentissage ou bildungsroman du XIXème (roman d’apprentissage), les lettres à un ami par lesquels il était possible d'exposer à l'autre un apprentissage sont désormais collectives, co-rédigées et commentées par des tiers qui interpellent les propos avec leur grille de lecture.

La solitude de l'auteur rencontre celle du lecteur. Une conversation peut s'engager des idées nouvelles se fécondent à partir du dialogue. Il est possible d'entrer dans l'intelligence collective d'un écrit collaboratif. À condition de trouver des partenaires de dialogue et pas seulement des voyeurs. Les échanges en ligne nous enseignent, charge aux professeurs de trouver les bons nids où dialoguer et éviter des pépiements qui produisent plus de distraction que de réelles prises de conscience.

Le forum et les échanges en ligne sur les réseaux sociaux permettent une prise de parole plus facile et plus rapide qu'au café du commerce en bas de la rue, avec un rapprochement voire un télescopage d'idées encore plus fort. L'on y retrouve les blagues potaches du comptoir, les avis à l'emporte-pièce sur l'actualité. La création d'une tendance ou d'une mode prend plus d'ampleur par la portée et la publicité faite à une idée qui se diffuse sans contrôle ni contexte d'émission au grée de tweets ou de recopies, sans se soucier de propriété intellectuelle, ni s'embarrasser de citation ce tribu payé aux maîtres.

En matière d'introduction de nouveaux concepts, d'apprentissage par conflit sociocognitif, la démultiplication de groupes thématiques, et de partenaires potentiels sur les réseaux sociaux autorise une plus grande vitesse de réponse entre ses préoccupations personnelles et les interactions avec les autres. Au-delà d'une foire aux questions, le forum peut devenir un véritable lieu d'apprentissage.

Le wiki et la collaboration et plus globalement tous les collecticiels favorisent des participations à distance. L'amplification est ici une rupture d'isolement. Si l'on se souvient des cartes géographiques dessinant un réseau de chemin de fer. On perçoit le territoire différemment quand on associe les traits qui relient deux stations par la notion de temps plutôt que par celle de distance.

L'anamorphose produite déforme la représentation que l'on se fait de la proximité entre deux stations. Le réel d'une carte est distordu par les rapprochements. Il en est exactement de même de nos représentations de l'effort collaboratif pour produire une œuvre collective. Cet effort est amoindri, alors même que nos représentations habituelles nous empêchent de le voir. Les stations se sont rapprochées et les allers et retour s'en trouvent accélérés facilitant du même coup les échanges d'idées.

Les organisateurs d'agenda Doodle, Zoutch, Framadate optimisent plus sûrement les rencontres et les événements à l'aide d'outil de rencontre et d'agenda. Alors que l'organisation laborieuse de temps de rencontres planifiés par une personne au centre du système nécessitait un ordonnancement linéaire, la possibilité d'une multiplicité de centres décentralise le pouvoir d'initiative.

C'est l'idée perçue comme portant le plus de sens sur laquelle chacun va s'aligner plutôt que celle émanant d'un point central. Ce maillage décentralisé ressemble plus aux ajustements organiques et de proche en proche d'une nuée d'étourneaux que de la manœuvre d'une masse imposante, baleine ou paquebot. En matière d'apprentissage, les apprenants disposant d'un cadre et d'une finalité générale sont en mesure de mener des explorations individuelles et de les partager au bénéfice de tous. C'est l'un des présupposés du knowledge building, ou des théories connectivistes de l'apprentissage.

Tous des amis ?

Tous les travaux classiques de sociologie, sont en cours de réécriture. sur le nombre d'amis possibles par exemple le nombre de Dunbar qui estime qu'au-delà de 150, les interactions sont trop faibles pour parler d'amis, l'empan de contrôle qui limite à 12 le nombre de collaborateurs dont on peut coordonner l'action, la distance moyenne au sein d'un réseau physique affirmant que tout être humain était à distance de chacun des autres de 6 maillons (cf. travaux de Milgram). Ces travaux prennent insuffisamment en compte la technologie et son pouvoir démultiplicateur qui transforme la nature même des systèmes d'apprentissage, en intégrant le savoir comme flux échange, au sein d'un espace social inter relié.

L'amplification sociale des apprentissages, c'est  la mise en système de ces outils et leur emploi combiné qui augmente l'effet de boucle de rétroaction de l'un à l'autre.

Dans l'approche systémique, tous les éléments sont inter-reliés. Selon le moment et le contexte où est positionné l'apprenant, les éléments se combinent différemment. Comme une forme observée du dessus, du dessous, de côté ou en biais ne révèle pas la même surface, la toile internet sur laquelle se projettent nos pensées et nos questions laisse entrapercevoir un système unique.

La démultiplication des points de vue et les possibilités d'échanges ou d'influence de proche à proche et de n'importe quel point de la toile est amplifiée par la présence de hot spot, nœuds et carrefours qui prennent la forme de blogs influents, de sites spécialisés, de dynamiques communautaires, de nouveaux lieux de rassemblement : lab, espace de coworking, fab lab.

Illustration : Geralt - Pixabay

Sources :

Extimité : https://fr.wikipedia.org/wiki/Extimit%C3%A9

Knowledge building https://en.wikipedia.org/wiki/Knowledge_building

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné