Articles

La politique la plus puissante d’amélioration de l’éducation est la réduction de la pauvreté.***

Par Denys Lamontagne , le 12 septembre 2005 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Dans une conférence donnée par David Berliner (professeur au Educational Leadership & Policy Studies de l’Université de l’Arizona) lors de l’ouverture de l’American Educational Research Association à Montréal, en mai 2005, on y apprend que la pauvreté et l’échec scolaire individuel ou communautaire sont intimements liés, avec données et statistiques à l’appui.

«Une petite réduction de la pauvreté familiale mène à des accroissements significatifs des comportements positifs à l’école et à de meilleurs résultats académiques.»

D’où la conclusion que « the most powerful policy for improving our nations’ school achievement is a reduction in family and youth poverty»

Que dire de plus, sinon que de ne plus se leurrer avec des réformes psycho-pédagogiques alors que les vrais éléments de réformes sont le plus souvent ignorés.

Nous vous recommandons la lecture de cette conférence :

Our Impoverished View of Educational Reform par David C. Berliner Août 2005 - format .pdf, 846 kb

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné