Articles

Marketing de la formation à distance : des chiffres et des orientations***

Par Denys Lamontagne , le 25 septembre 2005 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Des chiffres

Des données récentes de plusieurs sources différentes nous rappellent une fois de plus l’état de la formation à distance et son potentiel prometteur.

  • Selon l’ Observatorio Español de Internet, 350 000 Espagnols ont suivi cette année une formation via Internet dont 150.000 sont des étudiants universitaires, 90% des étudiants à distance sont âgés de plus de 25 ans ; 60% ont entre 30 et 45 ans. 350 000 sur 40 millions. Mettons 500 000 tous médias confondus. Ce qui nous donne 1,3 % de la population ayant suivi une formation à distance dans l’année.Source : Le petit journal
  • Selon Mohamed Hadj-Djilani, directeur général de l’ Office National d’Enseignement et de Formation à Distance (ONEFD) en Algérie, son institution compte 140 000 inscrits, de 16 à 77 ans. L’ONEFD compte 20 centres régionaux. En calculant les quelques rares autres offres à distance d’Algérie plus ceux qui suivent des cours étrangers, nous obtiendrions 280 000 personnes sur 32,5 millions d’habitants que compte le pays, un gros, 0,9 % de la population.Source : Winne
  • Selon l’enquête mensuelle NETendances CEFRIO auprès de 1 000 répondants adultes, 10,5 % des québécois ont déjà suivi une formation ou un cours sur Internet. Si on considère que les premières persées d’internet ont commencé en 1995, cela revient à 750 000 sur 7,5 millions d’habitants en 10 ans. Estimons-les à 100 000 personnes / an ces dernières années. Ceci incluant tout aussi bien un tutoriel pour apprendre à télécharger des MP3 qu’un cours plus officiel.

    Par ailleurs, en compilant les totaux des étudiants inscrits dans les principales institutions et universités à distance, (Téluq, Cégep à distance, Sofad, Université Laval, Université de Montréal) on en arrive à un peu plus de 130 000 étudiants / an. En ajoutant toutes les institutions privées et les formations à distance offertes en entreprise, on peut estimer à plus de 200 000 les personnes ayant suivi une formation à distance durant l’année. 200 000 sur 7,5 millions soit 2,6 % de la population.

  • En additionnant le nombre d’inscrits à distance du CNED (325 000, dont près du tiers en France), du CNAM (environ 10 000), des universités françaises et des dizaines de campus virtuels tels ceux de l’UVPL (6 000) ou d’ENVAM, et l’offre de plus en plus élargie de formations à distance et en ligne (Etudium, École chez soi, CNFDI, etc) , on dépasse assurément le million d’inscrits à distance en France, sur 60,5 millions d’habitants, soit autour de 2 % de la population.
  • En 1995, avant l’arrivée d’Internet, nous avions fait ce genre d’exercice pour le Québec et la France; nous en étions arrivés à un mirobolant 25 % de la population répartis sur 40 ans. En d’autres termes, dans le cours de sa vie, une personne sur quatre aurait pris au moins un cours à distance. En considérant que plusieurs en suivaient plus d’un, on arrivait autour de 1 % de la population par année.

Ainsi la formation à distance aurait au moins doublé sa clientèle en 10 ans!

Il va de soi qu’Internet y est pour quelque chose : à la fois les formations sont plus nombreuses et plus accessibles; beaucoup sont gratuites et les délais de toutes sortes qui grevaient la formation à distance (délais d’inscription, d’expédition, de rétroaction, de disponibilité) sont grandement réduits.

Orientation du marketing

Mais il n’y a pas encore de quoi pavoiser : ces chiffres formidables cachent le fait que les formations à distance ne sont toujours le fait que d’une minorité. Si avant une personne suivait un ou deux cours dans l’année, aujourd’hui elle en suit de plus nombreux, plus souvent et plus courts.

Année après année, nombre d’études nous rappellent que ceux qui suivent des formations sont les gens éduqués (23 % pour les personnes ayant un faible niveau d’études ont suivi une formation professionnelle au cours de l’année contre 69 % pour celles qui ont un niveau élevé). ( Rapport L’apprentissage tout au long de la vie en Europe - Août 2005)

Paradoxalement, ce sont ceux qui savent le plus qui veulent apprendre encore plus.

Ceci indique la direction fondamentale du marketing de la FAD : vers les populations éduquées. C’est cette direction que l’on observe à tous les niveaux de la FAD.

Et les autres ?

Plus le rapport «effort de mise en marché» versus «intérêt de la clientèle» est défavorable, moins on trouvera d’offre; ce qui est clairement observé en formation à distance, l’intérêt étant la première condition de l’apprentissage.

Seule une volonté sociale ou administrative fera en sorte que l’on trouvera des formations à distance de premier niveau : alphabétisation, prévention, sécurité, formations de base; la clientèle potentielle n’étant ni facile à recruter, ni très payante.

De ce que nous observons des formations qui ont eu du succès chez des clientèles peu scolarisées, leur marketing est systématiquement tourné vers la popularité, dans le sens non intellectuel : le plaisir, le jeu, le social, dans le but d’augmenter l’intérêt de la formation. Également ils investiront quelques efforts vers l’acceptation de ce genre d’approche par les sources de financement : services publics et fondations philanthropiques.

Le moteur du développement

En résumé, si on souhaite voir la formation à distance devenir populaire, chez les gens scolarisés et chez les autres, elle devra nécessairement être mise en marché puisque la réalité du marché est apparemment la force principale qui la gouverne, même si cela nous contrarie.

La majorité des institutions éducatives n’ont jamais intégré la formation à distance autrement que comme solution palliative. La FAD n’a donc jamais été soumise à la même logique de financement et c’est pour l’instant celle du marché qui prévaut à son développement.

Ressources connexes

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné