Articles

Enseigner et apprendre à enseigner

Quelles voies pour influencer le développement professionnel des enseignants sur l’apprentissage en général et la littératie en particulier

Par Om El Khir Missaoui , le 28 novembre 2017 | Dernière mise à jour de l'article le 07 mars 2018

On a tous fait l’expérience qu’un tel ou tel enseignant a été à l’origine de notre (dés)amour d’une matière étudiée.

Cet effet enseignant constitue un des leviers sur lequel le système scolaire peut s’appuyer pour favoriser l’apprentissage en classe et le développement des habilités disciplinaires et comportementales chez les enfants et les ados.

Formation continue

Or, ces enseignants sont-ils efficacement outillés pour être à la hauteur des attentes d’un système éducatif qui les investit d’une telle mission ? Certes, outre la formation initiale, qui n’est d’ailleurs pas toujours professionnalisante, la formation continue est censée assurer et accompagner le développement professionnel des enseignants.

On se trouve en fait dans des situations pour le moins qu’on puisse dire plutôt chaotiques : ou bien cette formation est en décalage en temps et en contenu avec les besoins réels des enseignants, qu’on n’a peut être pas bien diagnotiqués, ou bien  encore elle est parcellaire et ponctuelle alors qu’il y a une durée nécessaire pour mener, transférer et évaluer les actions, ou enfin elle ne mobilise pas les experts ou les instances en éducation (autant) qu’il le faut. Et la grande inconnue reste d’estimer objectivement l’impact des formations sur les ultimes bénéficiaires visés par l’action éducative, à savoir les apprenants.

Lors d’une action concertée sur Les approches et pratiques favorables à la persévérance et réussite scolaires, un rapport de recherche de l’Université TELUQ nous présente une synthèse des connaissances sur les modèles de formation continue les plus efficaces pour l’enseignement de la lecture et de l’écriture chez les élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire.

La littératie, ou lettrure, définie comme « l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités » constitue l’assise de tout autre acquis cognitif. 

Richard Mario et son équipe ont sélectionné un corpus de 50 études classées selon une analyse combinée à partir :

  • de la taxonomie à 4 niveaux de LinguiSystems (2006) pour évaluer le niveau du degré de contrôle des biais des devis de recherche
  • du modèle d’évaluation du développement professionnel à 5 niveaux de Guskey (2000) afin de situer le niveau d’efficacité des activités de formation offertes aux enseignants.
     

Quoique la synthèse de recherches n’ait pu établir, de manière probante et à large échelle, l’efficacité d’un modèle précis de formation des enseignants en littératie sur les résultats des élèves, en matière de professionnalisation des enseignants, elle a permis d’établir un ensemble de caractéristiques communes que partagent les programmes de formation continue les plus efficaces. Cela se résume en  cinq principes favorisant l’efficacité du développement professionnel des enseignants.

  1. Le développement professionnel devrait viser explicitement à améliorer l’apprentissage des élèves et devrait être modulé à partir d’une évaluation systématique des résultats obtenus.
  2. Les activités de développement professionnel devraient être étayées par des données probantes et animées par des spécialistes dont l’expertise est reconnue.
  3. Le développement professionnel devrait prévoir une démarche d’accompagnement reposant sur le travail collaboratif.
  4. Le développement professionnel devrait être distribué dans le temps.
  5. Le développement professionnel des enseignants doit être soutenu par une direction faisant preuve de leadership pédagogique
     

En Nouvelle-Zélande, au Singapour et en Ontario, de telles démarches ont prouvé leur efficacité. Sans remettre en cause l’existant mais l’améliorer, c’est une vision systémique de la formation des enseignants qui permet d’influencer l’apprentissage en classe. Tous les niveaux d’intervention éducative sont sollicités de concert et en symbiose. L’ultime arbitre de la réussite ce sont les résultats des élèves qui font infléchir les interventions dans un sens ou dans l’autre.

Pour orchestrer une telle vision, les chercheurs insistent sur l’accompagnement des enseignants afin qu’ils puissent transférer et évaluer leurs nouveaux acquis qui pourraient intervenir aussi sous l’égide d’un ordre des enseignants qui jouerait le rôle d’interface dans la conception et la mise en œuvre des politiques éducatives.

Référence

Richard, Mario. Université TELUQ. Rapport de recherche : "Quels sont les modèles de formation continue les plus efficaces pour l’enseignement de la lecture et de l’écriture chez les élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire? Une synthèse des connaissances.”
http://r-libre.teluq.ca/1099/1/Rapport%20scientifique%20FRQSC-MRichard.pdf

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur