Articles

Chemins croisés aux 6èmes Rencontres du FFFOD

Par Martine Jaudeau , le 14 mars 2006 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

 

 

Le FFFOD, Forum français pour la formation ouverte et à distance, et la Région Aquitaine se sont associés pour tenir ces sixièmes rencontres à Bordeaux et réfléchir à l’avenir de la Formation Ouverte et A Distance (FOAD) avec leurs membres et partenaires.

3 axes ont structuré les échanges animés par l’équipe d’ Algora et analysés par Alberto l’Impromptu pour notre grand plaisir. L’objectif final étant de dégager les orientations de la FOAD et du Forum.

FOAD et individualisation de la formation

Partant de l’image haute en couleur de la personnalisation marketing du «Moi.com» qui décline «consultant en moi» ou «neuro coach» pour «coacher» votre intérieur, votre vie ou même votre retraite en «blended learning» (!), un bref historique de l’individualisation en éducation montre que l’idée n’est pas nouvelle mais peut remonter jusqu’à Socrate et la maïeutique ou Rousseau et le respect de l’élève et son accompagnement.

C’est avec la massification de la formation que l’individualisation trouve une gageure. Elle revient alors à distance, à la possibilité de choisir des parcours différents et de progresser à son rythme, le principal défi se situant dans le manque d’automotivation.

Les conditions de sa réussite sont alors de l’inclure dans un projet d’ensemble où les équipes d’administrateurs, de pédagogues et de formateurs s’associent en partenariats à la réorganisation des pratiques, des représentations et des finances, pour accompagner l’individu acteur.

Ainsi l’apprenance donne les moyens de se former par soi-même en trouvant réponses à ses problèmes dans sa propre situation. Il s’agit d’une attitude favorable et durable à l’acte d’apprendre qui débouche sur un engagement dans l’action. Elle permet une adéquation entre des dispositifs et des dispositions. La motivation reposera sur l’intérêt pour le projet, la confiance, le choix et le plaisir.

Innovation, technologie et médiation humaine

La médiation est au coeur du métier de documentaliste, mis en parallèle avec le métier de formateur, professions qui ont vu leurs fonctions tellement évoluer que se pose aujourd’hui la question de leur identité professionnelle. L’enjeu clé se situe dans l’articulation de la fonction avec l’organisation.

L’utilisation des normes et standards tel que le LOM (Learning Object Metadata), outil d’échange et de partage, implique ainsi les deux communautés de pratiques de la formation et de la documentation pour des besoins convergents et menant à une indexation collaborative.

La médiation vue en relation avec l’autonomie de l’individu montre que mettre des ressources seules à disposition des apprenants ne suffit pas. Il s’agit plutôt de motiver, d’engager, d’inciter à l’autoformation. Le tutorat et l’accompagnement sont alors indispensables. Par les pairs aussi. Une communauté virtuelle de pratique qui construit des échanges et crée un dialogue entre tous les acteurs va dans le sens de la ’séduction’ au dispositif.

A la lumière de la stratégie de Lisbonne, aller vers une économie de la connaissance dans un monde du travail nomade et furtif, où conflits entre générations et entre sexes existent, c’est encourager une disposition permanente à apprendre et devenir des «surgénérateurs» d’émulation ou d’envie.

FOAD et knowledge management

Le capital des connaissances revêt une double importance : économique pour construire l’économie du savoir, et culturelle et sociale pour construire la société du savoir. Le valoriser comme ressource de processus de l’organisation, c’est répondre à trois défis : capitaliser, partager et créer.

Cela participe de plusieurs points de vue allant de la stratégie, la gestion et l’organisation, aux méthodes et aux outils. Que valoriser et comment pour rajouter de la valeur au capital des connaissances et créer un patrimoine des savoirs utiles ?

Il s’agit donc de mettre en place des dispositifs de valorisation de trois types : serveurs de connaissances (internet), communautés de savoir et formation. Identifier et capitaliser les domaines et savoirs critiques puis élaborer des dispositifs de transfert comme le TIG, transfert inter-générationnel.

La gestion des connaissances passe par la mise en mode projet et la résolution de problèmes. Une communauté de pratique associée permet le partage, la diffusion et la pérennisation des compétences.

La FOAD pour générer l’envie d’apprendre

La formation à distance devient un outil majeur de l’individualisation de la formation et de l’accompagnement. Ses liens avec la gestion de la connaissance, le développement de bases de données de ressources documentaires et la gestion des compétences relient différents secteurs, métiers, marchés et compétences. Loin du «tout, tout seul» et du repli sur soi, les acteurs travaillent donc, ensemble, au côté positif de sa force visant l’accès à tout individu pour se former juste à temps, juste ce qu’il faut afin d’obtenir une plus grande employabilité et une vie meilleure.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné