Articles

Des places à prendre pour les femmes dans les métiers de l'informatique

Pourquoi les filles ne sont-elles pas tentées par les métiers de l'informatique ?

Par Christine Vaufrey B , le 09 novembre 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 19 mars 2012

Lorsqu'on cherche à connaître la place des femmes dans les métiers de l'informatique, les chiffres que l'on trouve parlent d'eux-mêmes : en Europe, seulement un tiers des salariés en informatique sont des femmes, annonce le site Developpez.com. En France, la situaiton est encore plus critique : selon le Syntec Informatique (syndicat professionnel), les femmes ne représentent que 27 % des salariés du secteur. Dans les écoles d'ingénieurs, la tendance est à la baisse constante : « si en 1983 l'informatique était le domaine le plus féminisé des écoles d'ingénieurs, 17 ans plus tard, la part des femmes était équivalente à celle des secteurs de la mécanique et de la défense, traditionnellement masculins, constate Isabelle Collet, docteure en sciences de l'éducation », lit-on sur ZDNet.fr.

Pourtant, l'informatique ne manque pas de grands noms féminins, comme on peut le constater dans un article intitulé « Les femmes qui ont marqué l'Histoire de l'informatique » publié sur PC Inpact.

Voici quelques temps, Thot Cursus publiait un dossier intitulé « Les TIC auraient-elles mauvais genre ? », qui explorait diverses voies d'explication de la désaffection marquée des femmes pour les carrières informatiques. Aujourd'hui, il est temps de relever les initiatives qui tentent d'aller contre ce phénomène.

Dans les écoles et universités : des programmes spécifiques pour les filles

L'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), école d'ingénieurs renommée, a mis en place dès le début des années 2000 un programme appelé IT-Femmes, qui vise à encourager les jeunes filles à embrasser les études spécialisées et les emplois du secteur informatique. Les actions sont menées dès les études secondaires, des ateliers étant organisés dans les établissements scolaires pour familiariser les filles avec les arcanes du web. Plus tard, les étudiantes de 1ere et 2eme années peuvent se faire « marrainer » par des étudiantes plus avancées qui leur donneront conseils et tuyaux afin de suivre le cursus jusqu'à son terme dans les meilleurs conditions. Des stages d'été sont également proposés, ainsi qu'un programme de mentorat mettant en relation des étudiantes et des professionnelles travaillant dans les secteurs scientifique et technique. Le site du programme propose également des portraits de femmes informaticiennes, qui décrivent de façon très vivante leurs motivations, leur rythme de travail et leurs tâches, rompant ainsi avec les stéréotypes des milieux geeks où évoluent des garçons fatigués et mal lavés.

Dans les entreprises : une charte et des stratégies d'embauche

Quelques entreprises implantées en France, et pas des moindres, ont adhéré à la charte européenne de bonnes pratiques pour assurer l'égalité entre femmes et hommes dans les métiers de l'informatique. Il s'agit d'une part de rendre les filières d'enseignement plus attractives, et d'autre part de favoriser le recrutement des femmes sur des postes d'informaticiens. L'entreprise Microsoft, décidément soucieuse d'améliorer son image sociale, aborde régulièrement le sujet, exemples à l'appui, dans ses TechDays annuels.

Le monde du libre n'est pas en reste pour réévaluer la position des femmes dans les métiers de l'informatique. La fondation Mozilla a ainsi ouvert en 2009 le site WoMoz (Women & Mozilla), qui propose un blogue, une lettre d'information et un wiki pour promouvoir les initiatives les plus intéressantes dans le domaine. Le but avoué de l'entreprise est d'attirer plus de femmes sur les projets de la fondation Mozilla.

Dans les fondations et organisations à but non lucratif : un important travail de plaidoyer

Les fondations américaines sont les plus actives en ce qui concerne la promotion des femmes dans les carrières scientifiques et techniques. Le Anita Borg Institute for Women and Technology a pour mission tout à la fois d'accroître la contribution des femmes sur tous les aspects des technologies et d'accroître l'impact des technologies sur les femmes. De nombreux projets visent à dresser l'état des lieux des embauches dans le secteur de l'informatique, ainsi que des pratiques d'organisation et de management qui semblent bien être au coeur de la réticence des femmes à intégrer ce secteur. La mise en réseau des femmes travaillant dans les technologies constitue également un axe de travail important de cette fondation.

Cette mise en réseau est également au centre de la stratégie des organisateurs du sommet Women Who Tech, dont la prochaine édition se déroulera le 23 mai 2012. Rassemblant des femmes occupant des postes techniques dans les milieux politiques, associatifs et des affaires, ce sommet vise à faire entendre la voix des femmes capables d'utiliser leurs habiletés technologiques « pour transformer le monde et inspirer le changement ». Cette ambition, si démesurée soit-elle, met pourtant l'accent sur le fait que les femmes qui occupent des responsabilités dans le monde de l'informatique et des TIC en général, cherchent avant tout à développer des services utiles, souvent gratuits, et susceptibles de mettre les personnes en lien les unes avec les autres.

Ces quelques exemples (nous aurions pu en citer beaucoup plus) montrent qu'il y a désormais une prise de conscience générale de la nécessité d'accroître le nombre de femmes dans les filières et carrières liées aux TIC. Peut-être faudra t-il une année encore, voire davantage, avant de voir les effets de cette mobilisation. Mais rien n'interdit à chacun d'entre nous d'oeuvrer pour le bien commun, en sensibilisant les filles aux carrières informatiques, en portant une attention particulière aux candidatures féminines sur les postes techniques, en repensant les modes de management et d'organisation du travail de manière à les rendre plus attractifs pour les femmes.

Illustration haut : Mike Licht, Flickr, licence CC.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné