Articles

Les communautés de pratiques enseignantes : un défi pour l’institution

Par Christine Vaufrey B , le 29 septembre 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 26 juin 2011

Le Café pédagogique rend compte d’un colloque organisé par l’INRP (Institut National de Recherche Pédagogique) en septembre 2008 sur le thème « Associations d’enseignants et travail collaboratif : quels modèles ? ».

Trois associations d’enseignants disposant d’un portail web assurant la mutualisation des ressources pédagogiques et encourageant le travail collaboratif étaient co-organisatrices de cette rencontre : Clionautes (histoire, géographie et instruction civique), Sésamath (mathématiques) et Weblettres  (français).

Les similitudes et différences d’approche de la mutualisation et de la production de nouvelles ressources pédagogiques, dans ces trois associations, sont décrites dans l’article du Café pédagogique.

Nous retiendrons ici un point essentiel, dont l’étude devra être poursuivie lors des journées de réflexion à venir : comment l’institution scolaire va t-elle intégrer de telles pratiques collectives, elle qui a toujours privilégié le travail individuel, tant au niveau des enseignants que des élèves ? Il s’agit, en somme, de passer progressivement d’un modèle d’organisation pyramidal (création de ressources par un petit groupe d’experts, utilisation par la masse des enseignants) à un modèle plus transversal ou, selon la belle métaphore employée par la rédactrice du Café, un mobile de Calder, avec des tas de petits univers dans différentes dimensions.

Car il semble bien clair, pour les usagers et animateurs de ces trois communautés enseignantes, que la multiplication des points d’entrée dans un thème, la diversité des contributeurs, créent de la valeur ajoutée et permettent une gamme d’exploitation des ressources bien plus importante que lorsqu’une toute petite équipe s’en charge.

Il est bien évident également que l’enseignant ne se contente pas d’utiliser les ressources pédagogiques selon un mode d’emploi préétabli ; tout enseignant est un « bricoleur », il combine, adapte, transforme les ressources pour se les approprier et les exploiter dans sa classe. Les communautés de pratiques constituent aussi une reconnaissance de cette créativité individuelle.

On comprend que l’institution scolaire s’émeuve d’une telle activité, surtout lorsqu’elle débouche sur des manuels et ressources pédagogiques innovants, comme on peut le voir par exemple avec les manuels de mathématiques et ressources destinées aux élèves créés par Sésamath.

Ces associations seraient-elles en train de déplacer le centre de gravité de la créativité pédagogique vers les acteurs de terrain ? C’est probable. Et elles le font grâce à Internet, qui leur offre un espace d’échange d’une dimension jusqu’à présent inconcevable, qui leur permet aussi de produire des ressources et de les proposer à leurs membres et collègues sans attendre l’approbation de l’institution.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné