Articles

L’autonomie des étudiants en réponse à la surcharge des professeurs en ligne***

Par Denys Lamontagne , le 04 décembre 2006 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Gary Stager enseigne deux cours du Online Master of Arts in Educational Technology Program à l’Université Pepperdine.

Ses étudiants sont des professionnels en mi-carrière. Il n’est pas rare qu’un professeur en ligne d’un goupe de 20 étudiants produise plus de 5 000 entrées durant un semestre.

Durant le semestre il a eu l’idée de demander à chaque classe d’identifier les 10 meilleures idées discutées dans leur classe avec le contexte, les références et les justifications de leur sélection à inclure dans le document final. Des transcriptions de séances synchrones, les fils de discussions et les sources partagées en ligne étaient les matériaux bruts de cet exercice de collaboration.

Aucune autre instruction n’a été donnée. Quelques semaines plus tard, s’inquiétant de n’avoir aucune rétroaction, il a eu la surprise de découvrir que non seulement ses étudiants avaient créé des wikis pour trouver, débattre et éditer leurs grandes idées, mais ils avaient aussi partagé les idées avec d’autres classes et passé beaucoup de temps à débattre de ce qu’ils avaient appris et consolidé.

On s’excuse de ne pas vous en avoir informé

Même si les produits de ses étudiants étaient non-anticipés, la qualité était très élevée. Les faits que la dynamique se déroulait 24 / 24, que leur travail était public et autres considérations, établissaient d’office des standards élevés sans aucune dépendance à l’enseignant.

Ils ont même contacté une sommité du domaine, qui ne donne pour ainsi dire jamais d’entrevues, qui a collaboré en leur fournissant des contributions de première main et de grande qualité, qui seront réutilisées éventuellement dans d’autres cours et accessibles à toute personne, via Internet...

Tout ceci a été réalisé sans l’intervention du professeur, sans même qu’il le sache. Tout ce qu’il a fait a été de suggérer l’activité, et les étudiants étaient capables d’apprendre, de collaborer, de représenter leurs connaissances et de partager leurs concusions, sans lui...

Et il en est fier !

Pour l’article complet : Students Gone Wildpar Gary Stager, décembre 2006

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné