Articles

Cameroun : l’Agence universitaire de la Francophonie célèbre ses lauréats en Foad

Par Louis-Martin Essono , le 10 janvier 2007 | Dernière mise à jour de l'article le 22 octobre 2008

En cette période de rentrée universitaire au Cameroun, où les autorités essaient de trouver des solutions pour loger les étudiants dans les amphis, il est clair, aux yeux de tous, que la demande de la qualité des enseignements dans le supérieur est de plus en plus grande et exigente.

Les conditions de travail, pénibles pour les enseignants et pour les étudiants, amènent ceux-ci et ceux-là à partir, partir, loin d’ici, pour trouver ailleurs un environnement plus propice à l’éclosion scientifique. Le rêve est irréalisable et les campus numériques francophones de l’Auf se révèlent de véritables sources de salut, qui offrent actuellement des solutions qu’attendent les étudiants.

Le développement des Tic par le Programme 4 de l’Auf incite et invite chaque année, à travers les pôles francophones, à prendre des inscriptions en ligne pour les foad.

Ce 22 décembre, une cohorte d’apprenants recevait leur diplôme devant un parterre riche de personnalités universitaires et administratives. Le Directeur du Bureau Afrique centrale de l’Auf de Yaoundé avait de quoi se réjouir. Depuis trois ans, à travers les campagnes de promotion de l’EAD, on a enregistré un accroissement de 84% de demandes en fàd. En 2006-2007 par exemple, seuls 46% des 1214 candidats ont été retenus et 126, sur les 654 ont reçu une allocation.

Le campus de Yaoundé, en synergie avec l’Auf, s’aligne, dans le cadre de la foad, sur les grades et les diplômes professionnels respectant le système LMD dans le but de respecter la généralisation qui s’universalise. Cette praique fait accéder les récipiendaires à une équivalence de plein droit avec les ECTS et aux possibilités de mobilité internationale pour des études dans les cycles supérieurs où est en application cette réforme.

Cependant, l’affluence de candidats (dont beaucoup de travailleurs) serait plus forte encore si les frais à payer l’étaient par tranches et si la connexion hors du CNF était possible.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné