Articles

Intégration pédagogique des TIC en Afrique : une vision de terrain

Par Thot , le 04 mai 2009 | Dernière mise à jour de l'article le 20 octobre 2009

L’Agenda panafricain de recherche sur l’intégration pédagogique des TIC en Afrique, que l’on connaît sous l’acronyme Panaf, est présenté depuis sa création comme une organisation qui rassemble les chercheurs africains et occidentaux pour contribuer à l’amélioration de la qualité de l’Éducation en Afrique par le biais de l’intégration des TIC. La première phase est achevée et laisse la possibilité de poursuivre la recherche.

C’est pourquoi la réunion de Dakar, qui a rassemblé des chercheurs, des représentants des ministères en charge de l'Education et des technologies et d'autres partenaires a été organisée pour clôturer cette  première phase du projet (2007-2009) et pour jeter les prospective en vue de la deuxième phase (2009-2011). Cette rencontre a permis d’analyser les résultats de recherche de la Phase 1 à travers les rapports nationaux et aussi, d’examiner les résultats des ateliers nationaux sur les politiques engagées par les États africains relativement aux TIC et à leur diffusion dans les écoles.


L’observatoire des Tic en Afrique propose une excellente vision d'ensemble  sur les politiques des TIC au plan  des enjeux nationaux, de leur description et des documents y relatifs. Chaque pays membre de l'organisation offre cette consultation qui est réalisée à partir de 120 critères différents. Les descriptions réalistes, mises en ligne, sont effectuées sur le terrain sur la base de critères comme l’accès aux équipements, la connectivité, l’impact sur les administratifs, les gestionnaires, les pédagogues et même et surtout sur les apprenants. Cet observatoire est une mine d’informations pour la recherche en éducation et sur la qualité de cette éducation.

Les pages web consacrées à la rencontre de Dakar permettent de consulter en ligne les réactions des chercheurs participants vis-à-vis de ces politiques à partir des fiches que ces derniers ont rempli à chaud à la fin de la conférence. Ces réactions font apparaître des tendances fortes : existence de plans nationaux de généralisation des TICE dans la majorité des pays représentés, acteurs motivés dans leur majorité mais enseignants insuffisamment formés, bande passante souvent estimée trop faible pour un usage intensif des ressources en ligne... Certains pays se distinguent : le Sénégal par exemple a déjà équipé la majorité de ses établissements soclaires; le Ghana, bien qu'anglophone et réputé être progressiste, semble très peu avancé et souffre d'équipements de seconde main et souvent obsolète; le Mozambique à l'inverse a d'ores et déjà intégré les TIC à ses curriculum, preuve que le niveau de développement n'est pas une condition sine qua non à la mise en place d'une politique volontariste d'apprentissage des et avec les TIC.

Ce genre d’expériences, que soutient le CRDI, constitue une contribution méliorative dans les changements de comportement de tous les acteurs éducatifs, et notamment des responsables politiques en charge de l’Éducation et des technologies pour mettre en œuvre effectivement ce qui, souvent, demeure au niveau des intentions et des déclarations.



Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné