Articles

Bulletins de notes en ligne : qu'en pensent les enseignants ?

Par Christine Vaufrey B , le 05 janvier 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 10 février 2012

Les Environnement Numérique de Travail (ENT) sont en train de se généraliser dans les écoles secondaires de France, principalement au niveau du collège. La plupart de ces dispositifs comportent un module "carnet de notes" auquel les parents peuvent avoir accès. Mais la communication d'informations de ce genre aux familles pose problème aux enseignants, ce qui explique que de nombreux établissements n'activent pas cette fonctionnalité. Christophe Monnet, membre de l'équipe qui réalise l'ENT Laclasse.com, mentionnait d'ailleurs dans une entrevue en 2009 que la majorité des établissements scolaires ne souhaitaient pas ouvrir l'ENT aux parents. 

Texas : la mise en ligne des bulletins de notes est devenue la norme

 

Au Texas, les bulletins de notes et les cahiers de texte sont mis à la disposition des familles par le biais d'Internet dans la plupart des écoles secondaires. Certaines d'entre elles disposent d'une expérience de plusieurs années en la matière, ce qui permet de dresser un bilan de cette pratique.

Un article du Statesman (quotidien édité à Austin, Texas) s'y essaie. Le moins que l'on puisse dire, c'est que les résultats sont contrastés. Une enseignante interrogée par le journaliste et les personnes ayant déposé des commentaires sous l'article semble bien résumer le sentiment général : les relevés de notes constituent de bons supports de discussion entre les parents et leurs enfants et doivent être utilisés comme tels. Mais la mise en ligne des notes engendre également de nombreux problèmes.

Plus de travail pour les enseignants et des usages inadaptés de la part des familles

 

- La mise en ligne des notes occasionne un surcroît de travail pour les enseignants qui, sous la pression des familles, doivent communiquer les notes beaucoup plus souvent qu'auparavant. Les parents tolèrent en effet mal d'attendre les notes pendant des semaines ou des mois, ils veulent les avoir rapidement après le devoir ou l'examen. Les familles estiment qu'elles peuvent alors réagir plus efficacement pour aider leur enfant à progresser que lorsqu'elles sont averties plusieurs semaines après un mauvais résultat. Ce qui se traduit fréquemment par des marathons de correction pendant la fin de semaine chez les enseignants, qui ont alors l'impression de sacrifier leur vie personnelle.

- Certains parents abusent du système et demandent aux enseignants de justifier leurs notes, d'augmenter les devoirs à la maison, ou au contraire de les réduire ! Le bulletin de notes peut vite devenir un objet conflictuel dans le dialogue parents - enseignants.

- Les familles qui n'ont pas accès à Internet, ou pas le temps de s'investir dans la vie scolaire de leur enfant, sont mises à l'écart, car les notes ne sont plus distribuées sous forme papier. Or, ce sont souvent dans ces familles que se trouvent les enfants en difficulté d'apprentissage, et le bulletin électronique ne permet donc pas de compenser le moindre investissement observé des familles des enfants en difficulté.

Apprendre à utiliser l'outil, dialoguer avec son enfant

 

Ces constats laissent penser que le bulletin de notes électroniques a plus d'inconvénients que d'avantages. Mais il faut relativiser ces observations, et surtout accompagner la pratique de cet outil nouveau : dans un district scolaire du Texas, le responsable a pris le soin d'expliquer aux parents que les notes n'étaient pas produites en quelques jours après les tests, et que des projets d'apprentissage réalisés sur le long terme ne permettaient pas de présenter des notes chaque semaine. Les parents semblent avoir compris le message. Par ailleurs, l'enseignante interrogée insiste sur l'intérêt du bulletin de note électronique comme prétexte au dialogue entre parents et enfants : une mauvaise note s'explique, se réfléchit, permet d'examiner l'organisation personnelle de l'élève et éventuellement de lui apporter une aide.

Certes, les parents obsédés de performances et toujours prêts à accuser les enseignants de tous les maux existent; mais on peut parier sur le fait qu'après quelques explications et devant une attitude cohérente de la part de tous les membres de l'équipe enseignante, ils modifieront leur attitude.

L'amélioration de la communication entre parents, élèves et enseignants reste un enjeu de taille, si l'on considère qu'un jeune n'a guère de chance de réussir sans l'implication de sa famille dans sa scolarité. Cela mérite bien un peu de patience et de diplomatie de la part des enseignants qui n'ont pas à se faire imposer des pratiques incompatibles avec leur métier, mais qui n'ont pas non plus à balayer d'un revers de main les occasions de dialogue avec les parents.

 

Electronic grade books are now the norm. Statesman.com, 2 janvier 2010.

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné