Articles

Nipédu, Twictée, Mooc, Savanturiers : Regis Forgione, Fabien Hobart - Partie 2 - Penser l'apprentissage ?

Partie 2 - Penser l'apprentissage ?

Par Nicolas Le Luherne , le 26 février 2018

Logo Twictée

Alors, pour le béotien que je suis, qu’est-ce que la twictée ?

Fabien Hobart : Il y a quelques années, l’excellent Bruno Mallet a répondu à une interview dans Libération dont le titre est : «La twictée n'est pas juste une dictée sur Twitter». J’ai envie de reprendre cela pour vous dire que Twictée, qui est la contraction de deux mots Twitter et dictée, ne se résume pas à une simple dictée. C’est bien plus que cela.

RF : En fait chaque épisode est une véritable séquence pédagogique déclinée en 4 ou 5 séances qui se déroulent en gros sur 3 semaines. Et il faut compter une dizaine d’épisodes Twictée dans l’année scolaire.

Twictée c’est près de 1 000 classes inscrites à ce jour et une association de près de cent membres actifs qui propulsent chaque épisode Twictée, produit des ressources, accueille et accompagne les newbies dans le dispositif.

Ce dispositif d’apprentissage et d’enseignement de l’orthographe qui utilise (entre autres !) le réseau social Twitter. Quand on voit tous les débats autour de l’usage des réseaux sociaux et les polémiques sur l’innovation pédagogique, on pourrait vous rétorquer que vous habituez à l’usage d’un média social même si les élèves ne créent pas de compte. Est-ce une attaque facile ou une remarque justifiée ?

FH : Non, elle est justifiée. Elle nous sert de levier pour présenter le dispositif. L’essentiel de cette proposition pédagogique est lié à l’augmentation des performances orthographiques des élèves et notamment grammaticales. Il y a aussi de l’éducation aux médias et à l’information. On sait que nos élèves seront des utilisateurs en puissance des réseaux sociaux et très certainement de plateformes que l’on ne connait pas encore. On parle d’élèves qui ont entre 6 et 18 ans. On souhaite montrer une utilisation constructive des réseaux sociaux.

On parlait dans la première partie de l’entretien de l’utilisation par certains enseignants de Twitter et d’autres outils pour leur veille pédagogique et leur développement professionnel. On montre aux élèves que le réseau social peut nous permettre de nous entraider. Il répond à certains codes et à certaines exigences notamment du côté de l’orthographe. Ce n’est pas anodin de le travailler avec et par un réseau social. Il faut instiller un réflexe de révision lorsque l’on publie un message écrit. Il y a une part d’éducation aux médias dans le cadre de l’ e-réputation par exemple ici.

Certains collègues qui pratiquent depuis très longtemps la dictée négociée, dite innovante “slash” formative, ont intégré certains des éléments didactiques de Twictée. Pour répondre sans trop digresser, ce nouveau dispositif est une amélioration et selon nous, en toute humilité, une amélioration de la dictée négociée en classe.   

Twictée est une approche globale !

FH : C’est une approche globale qui va tenir compte à la fois d’une exigence et d’objectifs disciplinaires liés à l’orthographe mais aussi à l’éducation aux médias et à l’information. Il y a des prolongements de Twictée dans d’autres univers. Des enseignants de géographie s’en sont emparés pour travailler de façon ritualisée la géographie. C’est une approche cognitive dans la mesure où elle prend en compte les besoins de l’élève dans toute sa globalité. On a du mal à l’imaginer, parfois, mais il y a des phases orales. Il y a une dimension pédagogique où les enseignants, qui vont se saisir de Twictée, vont faire évoluer le dispositif proposé par l’association en fonction des besoins spécifiques de la classe.

RF : Au-delà de l’élève, tous les acteurs de la classe sont concernés. On parle beaucoup de forme scolaire. Il suffit d'observer les photos qui sont publiées par les enseignants qui pratiquent Twictée. En fonction de la phase, la classe est extrêmement modulable.

Lors de la phase initiale, que nous avons voulu volontairement très proche dans son cérémonial de cet objet patrimonial qu’est la dictée ancestrale, on a une disposition traditionnelle de la classe. Dès la phase de négociation orthographique, les élèves bougent, disposent d’un espace d’écriture commun. Ils s’organisent en groupe. Les enseignants sont observateurs de cet espèce de bouillonnement d’apprentissage.

Au fait, comment ça marche ? Est-ce que le fait de pouvoir écrire 280 caractères va changer la donne ?

FH : Twictée comment ça marche ? Je l’ai suggéré tout à l’heure mais cela part de quelque chose de très très simple : la dictée classique ! C’est quelque chose de très important. En l’espace de deux jours, on peut imaginer 700 à 900 classes qui vont pouvoir faire plus ou moins la même dictée en fonction des niveaux. On a plusieurs textes qui correspondent peu ou prou aux cycles de l'École en France [5 textes NDLR].

En amont, les enseignants décident de produire ces textes de 140 caractères. Ce format initial du tweet est très important. On en a voulu un extrêmement rassurant pour les élèves. On souhaitait également un dispositif qui permette de définir précisément et de circonscrire des phénomènes grammaticaux et orthographiques. Il s’agit de ne pas les multiplier car dans la suite de la séquence cela peut être piégeant de se trouver avec un texte trop long pour l’enseignant.

Une fois cette dictée faite individuellement, les élèves se rassemblent par trois ou quatre pour se mettre d’accord sur un texte consensus. A partir du travail de chacun, ils vont se mettre d’accord sur un texte. Celui-ci va être proposé à un groupe d’une classe miroir francophone. Les élèves de celle-ci vont apporter des éléments de correction que nous appelons des twoutils. Ceux-ci sont des petites leçons d'orthographe en 280 caractères. Ils répondent à une construction canonique qui comporte le mot correctement orthographié, sa justification. Il y a également la catégorisation du phénomène grammatical sous forme de balises ou mots clics. Enfin, on trouve des éléments de communication que l’on trouve sur le réseau social.

Tu parles de plombier, de Twictée, «Twoutil» ou #VerbeRemplacé… les termes peuvent paraître gadget ? N’est-ce pas un frein pour le non-initié et donner le flanc à l’innovato-sceptique ?

RF : Comme toujours mon côté rationalisant répondrait : oui et non. La réponse facile serait de dire qu’on arrive à 1000 classes inscrites et qu’à ce stade on ose espérer que c’est pas tant que ça un frein. Il y a un côté enrôlant dans ce vocabulaire partagé qui apporte un sentiment d'appartenance à une communauté, Fabien aime bien dire un “encerclement positif”. Et puis je ferais la distinction entre ce lexique général (Plombier, Twictonautes etc.) et les balises utilisées pour corriger les erreurs, là il s’agit d’un métalangage grammatical qui permet aux élèves de catégoriser les erreurs et d’appréhender concrètement la grammaire. Sur ce point on pourrait répondre en disant que le projet eFRAN TAO (Twictée pour Apprendre l’Orthographe) en cours apportera un éclairage scientifique.

Quelle est la plus-value de Twictée ? Un chercheur a-t-il pu analyser les effets de celle-ci sur les performances des élèves ?

FH : La réponse est dans ta question. Nous, nous ne pouvons avoir que des ressentis même si je ne t’ai pas précisé, Nicolas, une phase de Twictée non obligatoire : l’évaluation positive des twictées. Au regard des phénomènes grammaticaux contenus dans la phase initiale, l’enseignant regarde combien les élèves ont commis d’erreurs et le nombre de solutions apportées sous forme de diagramme. Le praticien peut observer les évolutions dans les évaluations dites plus classiques.

Les projets E.Fran permettent de mettre en relation des initiatives autour du numérique, des industriels, la recherche et des institutionnels pour pouvoir mesurer l’impact de certaines propositions pédagogiques. Le consortium, qui intègre la twictée, a été sélectionné. Dans ce cadre deux laboratoires observent ce qu’il se passe du côté des élèves comme des enseignants. L’objectif est de comprendre les plus-values de la twictée en terme de performance d’élèves mais aussi de capacité à générer des pratiques pédagogiques pertinentes chez les enseignants.

RF : Depuis l’année dernière l’association Twictée est lauréate d’un projet eFRAN au sein d’un consortium composé des académies de Créteil, Poitiers, Grenoble, d’un partenaire industriel qui est Viaéduc, des laboratoires de recherche CIRCEFT et CHArt ainsi que LIDILEM et CREALEC, et c’est l’ESPE de Créteil qui est porteur du projet TAO : Twictée pour Apprendre l’Orthographe.

Le recherche se décline en 3 axes. Une observation écologique de classes qui pratiquent Twictée comparées à d’autres qui enseignent l’orthographe par d’autres méthodes. Une expérimentation pour tester chez les élèves l’efficacité du dispositif.

Et enfin un observation de la communauté des Twictonautes pour analyser leurs pratiques et leurs échanges concernant l’orthographe mais aussi les implications en terme de développement professionnel.  C’est tout le dispositif qui est placé sous l’oeil de la recherche en terme de sociologie, linguistique, didactique et psychologie cognitive pour comprendre les effets du dispositif Twictée. Pour le coup je suis à mi-temps en classe cette année et à mi-temps pour l'association sur ce projet TAO.

Aller à la Partie 1

Sources :

Le site Twictée
https://www.twictee.org/twictee/

La twictée n'est pas juste une dictée sur twitter, Marie Piquemal, Libération, 12 mai 2016
http://www.liberation.fr/france/2016/05/12/la-twictee-n-est-pas-juste-une-dictee-sur-twitter_1452104

Repenser les formes la forme scolaire à l'heure du numérique, Vers de nouvelles manières d'apprendre et d'enseigner, Catherine Beccheti-Bizot, Rapport, mai 2017

http://cache.media.education.gouv.fr/file/2017/55/1/IGEN-Rapport-2017-056-Repenser-forme-scolaire-numerique-nouvelles-manieres-apprendre-enseigner_849551.pdf

Appel à projet e-Fran, Eduscol
http://www.education.gouv.fr/cid94346/appel-a-projet-e-fran.html

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné