Articles

Eidos 64 : Innover en classe : la résistance est-elle (f)utile ?

Une édition épicée

Par Nicolas Le Luherne , le 12 mars 2018

Tout était un peu étrange et épicé sous le soleil de Bayonne pour cette édition 2018 d’Eidos 64, à commencer par la parenthèse. Je me suis dit ils sont fous, l’innovation vouée aux gémonies par tout une frange de la communauté éducative. Serait-ce le retour des “pédagogos” contre les “consternants” ? Et pourtant, cette parenthèse et ce courage sont indispensables.

La nécessité de la hauteur

Nous étions si habitués à nos bulles informationnelles, à ne poser les questions que dans le sens des solutions qui nous conviennent que nous avions peut-être oublié le nécessaire débat, l’indispensable questionnement. A la manière de cette journée, ce qui compte le plus dans cette interrogation, c’est la parenthèse. Elle disrupte ce qui se présente parfois comme la disruption.

Françoise Cros, Jean-Marc Decompte, Département 64"Toutes les méthodes pédagogiques sont très bonnes à partir du moment où elles sont pertinentes et adaptées au public concerné." Françoise Cros

Cela peut paraître évident et pourtant c’est mieux en le disant. La parenthèse de cet évènement ferme celle des clichés sur les tenants de l’innovation. Le praticien n’innove pas pour se faire plaisir, pour l’innovation, mais pour répondre à un problème. Si cela devait être le cas alors oui elle est futile. A la manière de ce qu'évoque Fabien Hobart dans l’entretien pour Thot Cursus, ce qui compte est le “Ici et maintenant”. Le dispositif pédagogique s’adapte au contexte et à la progression des apprentissages de l’élève. André Tricot le dit lui-même : "une bonne explication vaut mieux qu'un mauvais problème."

Promouvoir les talents

Françoise Cros pointe un problème majeur : les meilleurs innovateurs, les plus pertinents, ne sont pas ceux qui l'affichent le mieux. L’innovation est souvent une réponse du quotidien. Qu’est-ce qui est vraiment innovant d’ailleurs ? C’est surtout une affaire de regard, de lunettes avec lesquelles on observe sa pratique professionnelle et celles des autres. On entre dans un processus d’essai et d’erreur ! A la manière d’un enquêteur l’enseignant cherche à répondre aux besoins de sa classe. C’est d’ailleurs le problème pour l'innovation : ce qui fonctionne à l’échelle micro ne fonctionnera pas nécessairement à l’échelle macro. Innover, c’est adopter une nouvelle posture, progresser et répondre à un problème. 

L’innovant ne l’est pas forcément dans le regard de l’autre parce qu’il n’est pas connu et souvent parce qu’il ne se fait pas connaître. Si l’outil numérique infuse nos pratiques, la culture éponyme le fait nettement moins. La question pour les cadres est souvent celle de comment favoriser l’intelligence collective, la modélisation et le partage. Il ne s’agit pas d’avarice pédagogique des praticiens mais plutôt de sentiment de légitimité. Dans nos salles de classe où nous sommes encore trop seuls, le regard de l’ami critique est souvent perçu plus comme une reproduction d’une évaluation verticale qu’un partage horizontal.

André Tricot à EIDOS par Numérique 64Aller au-delà des évidences

“Des affirmations sans fondement empiriques qui finissent par aller de soit : les mythes de l'innovation pédagogique s'ouvrent toujours par une formule du genre "Tout le monde sait bien que...”

André Tricot nous rappelle toute l’importance d’aller au-delà de ce qui semble convenu pour garder l’esprit en alerte. Je ne l’ai pas perçu comme la volonté de dire que cela ne fonctionne pas ou que cela n’a pas de valeur. C’était plutôt le regard bienveillant du chercheur qui dit aux “innovants” : “Soyez vigilant !”.  

C’est un adepte de la pédagogie par projet (épisode 89, Nipédu) et pourtant il nous déclare : “La pédagogie par projet a fait l'objet de très peu de publications scientifiques (Seuls 2 articles évaluent l'impact mais de façon biaisée)”. C’est vrai, cela peut paraître comme une porte ouverte pour certains et pourtant c’est mieux en le disant ! La question n’est pas de remettre en cause ce qui fonctionne dans la classe mais de remettre en cause les évidences. Enseigner, je le disais déjà tout à l’heure, c’est une affaire de moment, d’instant et de contexte de classe. La classe active c’est génial, peut-être, mais un peu moins efficient à 17h00 quand l’élève a fait 2 heures de sport et 3 heures d’ateliers.

Une innovation accessible et acceptable 

« L’innovation est fondamentalement transgressive. »

Jusqu’où les élèves, les profs, les institutions et les parents sont-ils capables d’accepter (d’accompagner ?) la transgression ?” Cette citation d’André Tricot fait écho à ce que déclarait quelques temps avant Françoise Cros “Laisser le smartphone à la porte du collège, c'est aller à l'encontre de la réalité des mutations de la société”.

Nous n’innovons pas hors-sol ou plutôt hors société. La pédagogie ne se passe pas que dans les classes, elle doit se faire auprès des familles et de l’ensemble des acteurs de la communauté éducative. La question du sens se pose, de la mémoire de l’École également. Nous avons tous une histoire avec elle. Heureuse ou malheureuse, elle laisse des traces, forge un point de vue. C’est un objet patrimonial, un idéal, et donc il est souvent douloureux d’y toucher. On ne peut pas balayer tout cela d’un revers de main. Innover s’explicite et la nouveauté ne serait-ce pas de co-éduquer ?

L’innovation comme cycle de vie

"L'innovation réussie a pour fortune de s'institutionnaliser, de se routiniser et de devenir la norme."

explique Françoise Cros lors de sa conférence. Il y a un cycle de vie qui amène un dispositif à devenir mature et finalement pas si nouveau. Si on allait un peu plus loin, on aurait presque du mal à définir ce qu’est une innovation. Est-ce la continuité, la réinterprétation ou l’évolution d’une idée. Ce serait, en tout cas, donner de la valeur à celle-ci selon Stephen Dawnes.

Une ambiance épicée

Je crois qu’il faut en passer par l’ambiance générale de ces conférences. J’ai aimé cet esprit “punk” comme aurait pu le dire André Tricot qui nous oblige à bousculer nos représentations, à ne pas se contenter du “tout le monde sait bien”.

Une mention spéciale à la trop courte conférence de Mme Cros pour son discours inspirant et rendez-vous pour l’édition 2019 à Pau le 23 janvier 2019.  

Sources :

Eidos 64,

http://eidos64.fr/

L’innovation pédagogique, mythes et réalités, André tricot, 2018
https://www.decitre.fr/livres/l-innovation-pedagogique-9782725635828.html

L'innovation scolaire aux risques de son évaluation, Françoise Cros, éditions L'Harmattan, juin 2004
https://www.decitre.fr/livres/l-innovation-scolaire-aux-risques-de-son-evaluation-9782747568128.html

       

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné